Julien Mignot – Le photographe et son double – Hôtel Fontfreyde

julienmignot_bannC’est un peu le retour au pays de l’enfant prodigue, du petit Beaumontois qui vivait sous les toits, parti faire ses armes à Paris, puis à Cannes, et qui revient auréolé de gloire, les valises chargées de clichés de stars Hollywoodiennes mais aussi d’une collection de photos d’autres artistes, les maîtres, comme s’il fallait se souvenir toujours d’où l’on vient.

Julien Mignot a été convié par le festival du court-métrage de Clermont-Ferrand à siéger au jury Labo pour cette édition 2020. A cette occasion, l’Hôtel Fontfreyde, centre photographique de la Ville, en a profité pour lui ouvrir ses portes et lui offrir ses cimaises, pour que chacun puisse admirer le chemin parcouru. Pour couronner le tout, La Coopérative de Mai, pour fêter ses 20 ans, l’a également invité à suivre de jeunes artistes en résidence et un livre devrait sortir d’ici quelques semaines, signé avec Jean-Daniel Beauvallet, fondateur des Inrocks. A se demander s’il n’est pas plus star, à nos yeux, que Robert Pattinson ou Catherine Deneuve, qui nous toisent dans l’entrée de Fontfreyde et qu’on ne verra jamais par chez nous. 

julienmignot6

Daily Cannes, en mettant en regard ces portraits lumineusement sublimes, élégants et une multitude de photos sur le vif, du brouhaha de Cannes, de son excentricité qui confine parfois à la vulgarité, rappelle la duplicité de nos magazines qui se délectent tout autant des portraits de femmes fatales que des photos trash un peu volées, un peu voyeuses. Grazia et Vanity Fair ont été de ceux qui ont confié la couverture du festival à Julien Mignot. 

julienmignot1

Screenlove, au premier étage, annonce la couleur : interdit aux moins de 18 ans. Ici les stars sont les anonymes qui chaque jour s’adonnent à un spectacle solitaire (ou pas) devant une webcam. Fasciné par ce monde d’exhibitionnisme cru et décomplexé, de solitude internationale partagée, Julien Mignot a capturé avec son Leica ces femmes et ces hommes offerts aux yeux du monde, en les enfermant chacun dans une boîte de plexiglas. Il a aussi gardé trace de ces maisons, appartements, vides de leurs propriétaires, scènes désertées en attendant la prochaine représentation, des intérieurs qui, pour moi, relèvent plus encore de l’intime qu’un corps dénudé. 

julienmignot7

20YO, c’est le projet que La Coopé a confié à Julien pour ses 20 ans (de La Coopé, pas de Julien, même s’il a déjà travaillé pour la salle au début de sa carrière). Comme pour Cannes, les portraits posés font face aux photos de scène échevelées, aux photos backstage épuisées. 

julienmignot2

julienmignot3

96 months rappelle que Julien Mignot est un enfant du pays. Pendant des années, pris par ses obligations professionnelles, il n’a pu revenir que furtivement en Auvergne et malgré ça, il a quand même profité de ces courts séjours pour faire des photos… de nature. Incroyable twist que cette salle où on découvre toute une série de photos de paysages auvergnats magnifiques qui ressemblent à des peintures grâce au procédé Fresson. Les mauvaises langues diront que je ne suis pas objective mais justement, si ! Les roches Tuilière et Sanadoire, je vous prie de croire que j’en ai un peu marre de les voir et là… elles prennent une autre dimension. Cette salle est également emplie de la voix de Jeanne Balibar, qui lit des extraits de 96 months, le très beau livre que Julien Mignot a réalisé avec ces photos et des textes très personnels. 

julienmignot4

julienmignot8

La dernière salle nous fait prendre de la hauteur avec la série Airline, encore des tirages Fresson de lignes d’horizon prises depuis les nombreux vols que prend Julien Mignot. Et en face, une spectaculaire mosaïque de photos tirées de la collection personnelle du photographe. On y décèle les influences, les inspirations et on devine une admiration profonde pour ses pairs.

julienmignot5

Exposition à voir jusqu’au 16 mai 2020

Non évoqué dans l’article, un court-métrage diffusé dans le petit couloir du rez-de-chaussée, réalisé par Julien Mignot. Mais je ne l’ai pas regardé.

Hôtel Fontfreyde – 34 rue des Gras – Clermont-Ferrand

Entrée libre du mardi au samedi de 14h à 19h.

Visites guidées gratuites les 12 février, 4 et 7 mars, 1er et 4 avril, 6 et 16 mai à 16h
Visites atypiques les 15 et 23 avril à 18h30 (performances musicales)

www.julienmignot.com

🎵 Article écrit en écoutant les albums United, Alphabetical et Bankrupt! de Phoenix.

 

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s