Le voyage dans la Lune

Air vient de commettre un nouvel album. Qui en est un sans en être un. On leur a demandé, au débotté, de créer une bande son pour le film de Georges Méliès « Le voyage dans la Lune ». Le film dure 16 minutes environ, et date de 1902. Nous sommes à la préhistoire du cinéma, et Méliès avait déjà l’étoffe d’un Spielberg, mais sans les moyens techniques. Niveau effets spéciaux, y a de l’idée mais le résultat n’est pas très convaincant, bien évidemment. Ce film offre deux niveaux de lecture (au moins). Au premier degré, on a juste envie d’aller se laver les yeux. Le visionnage de ce film m’a donné l’impression d’être fortement alcoolisée. Des images surréalistes auxquelles ont ne comprend pas grand chose, un scénario d’une pauvreté sans égale, des couleurs criardes, des plans fixes agrémentés d’effets spéciaux maladroits qui court-circuitent le cerveau…bref, faut être honnête, c’est quasiment inregardable. Si on fait abstraction du scénario et de la réalisation, on arrive à un deuxième degré de lecture. Oui, c’est inregardable. Mais Méliès a dû en baver pour arriver à ce résultat. Mille neuf cent deux, tout de même. On a déjà tous les ingrédients du cinéma moderne, et comble du truc, on a une œuvre d’anticipation. Faut s’imaginer qu’en 1902, on était encore loin du petit pas pour l’homme. On était même loin du concept de fusée. Alors imaginer une telle histoire, et la mettre en image…oui, c’est une double prouesse. Quant aux effets spéciaux…oui, il n’avait pas les moyens qu’on a aujourd’hui, mais avec des bouts de ficelles, des astuces de théâtre, des montages astucieux, il a réussi à donner vie à ses idées.

Je n’ai pas tenté de regarder le film en coupant le son. Car c’est là son état initial. Mais on dirait que la musique de Air a toujours été là. Elle permet même parfois de temporiser les passages un peu ridicules, burlesques. Elle accompagne les images, rythme les ambiances, créée des sensations. Une vraie musique de film, présente, mais qui ne vole pas la vedette aux images.

Le coffret de Air propose un DVD sur lequel figure le film uniquement, ainsi qu’un CD pour l’album. On peut dire qu’il y a deux œuvres en une. Bien sûr, ils sont partis du film pour faire la musique, afin qu’elle colle aux images, mais ils ont réussi à créer un album cohérent, qui s’écoute très bien sans tenir compte du film (le film dure un quart d’heure et l’album presque une heure). D’ailleurs, après une première écoute qui m’a surprise, voire décontenancée, je me suis dit que finalement, cette création était meilleure que leur dernier album. Il semblerait que l’exercice de la BO leur convienne tout à fait, et ils reconnaissent eux-mêmes que c’est du piece of cake pour eux de composer à partir d’images existantes. Grand bien leur fasse.

Dans les interviews lues ici ou là, partout il était question de la BO de The virgin suicides. Fort bien, c’est une très belle BO, qui complète merveilleusement bien ce très beau film. Mais personne n’a parlé de la BO de Quartier lointain. Alors là, c’est une frustration dont je ne me remets pas. Pourquoi, mais pourquoi n’ont-ils pas édité cette BO ? Je ne vais quand même pas regarder le film à chaque fois que je veux l’entendre non ? Et puis le film vaut bien Le voyage dans la Lune, largement même. Jean-Benoît et Nicolas, si vous passez par là, éditez-la !



T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :