M-art-athon

Six lieux d’exposition d’art contemporain. Le tout en quatre heures. Le programme était alléchant. Mais ambitieux. Surtout quand on a cavalé toute la matinée et qu’on a battu le tram à « hôtel-de-ville-maison-de-la-culture-en-moins-de-quinze-minutes » et ce, rien qu’avec ses pieds. Un Euro et dix centimes d’économisés mais quelques centilitres de sueurs de dépensés, en plus du litre et demi du matin.

Bien qu’en avance, B. (plus en avance que moi) et moi avons raté le début de la visite de l’expo présentée à l’école d’art de Clermont. Il y avait foule et j’ai mis du temps à comprendre que les trucs par terre et contre le mur étaient les œuvres que nous étions venus voir. L’affiche n’a pas grand-chose à voir avec le contenu de l’exposition et j’avoue que j’ai été assez hermétique au concept et à son résultat. En quinze minutes (et non quarante-cinq comme prévu), la visite commentée était pliée. Au revoir tout le monde et dépêchez-vous de rejoindre l’Hôtel Fontfreyde. Le programme recommandait de prendre le tram dans l’autre sens. Les pieds ont de nouveau repris du service compte tenu des conditions météorologiques plus que favorables, et puis nous étions du coup très en avance sur le programme donc pas pressés.

L’Hôtel Fontfreyde est devenu pour moi un lieu incontournable, je ne rate plus une expo. La dernière était fantastique et la nouvelle, présentée en ce moment, était pleine de promesses. J’ai été déçue. Ça arrive, c’est comme ça, la photo contemporaine est capricieuse.

 

Ensuite, le plan indiquait un lieu d’exposition rue de la coifferie, à deux pas de Fontfreyde. Et bien crois-le ou pas, on n’a jamais pu trouver cette rue. Je connais, et B. également, ce quartier comme le fond de ma poche et malgré les indications du programme, malgré Google maps appelé à la rescousse, rien. Il va falloir que j’éclaircisse ce mystère (une rue cachée comme dans Harry Potter?).

Du coup, Orangina en terrasse ensoleillée, et fin du marathon. Tant pis pour le reste et adieu l’apéro promis en fin de visite à La Tôlerie. De plus, nous avions déjà fait la visite commentée de l’expo Lynch. Par contre, on n’a toujours pas complété celle-ci par la visite libre et le visionnage des films. Il ne va pas falloir trop tarder. Et demain, Lynch en personne viendra visiter sa propre expo. Comme je n’ai rien de particulier à lui raconter (je n’ai vu aucun de ses films et je n’ai pas aimé ses lithographies), il se passera de ma présence.


 
     

Bilan de l’opération : à ne pas renouveler. Je préfère faire une expo (voire deux) de temps en temps, et tant qu’à faire un jour où il y a peu de monde, plutôt que de cavaler dans tous les sens et de suivre un troupeau qui m’empêche d’écouter les commentaires et de voir correctement les œuvres.

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :