Bel Ami

En juin prochain (le 27 plus précisément), sortira au cinéma l’adaptation de Bel Ami, de Guy de Maupassant. Œuvre majeure de l’auteur, intemporelle, subversive, elle ne supportera pas la médiocrité, et moi non plus.

Note initialement publiée le 6 juin 2010

Je viens de terminer la lecture de ce roman, sur mon Reader.

Quelques commentaires sur l’édition électronique d’abord. Je sais que ces œuvres sont reproduites par des passionnés, bénévolement, mais tout de même. La ponctuation que diable ! Ils ne connaissent pas les espaces insécables. C’est horrible. Parfois, on trouve des virgules n’importe où. Des points au milieu de phrases. Des guillemets pas dans le bon sens. Une mise en page aléatoire des dialogues. La littérature, ce n’est pas seulement un alignement de mots. Les signes de ponctuations sont d’une importance capitale. Ce sont les mots qui respirent, qui halètent, qui expirent. Là le texte était poitrinaire. Bon. Passons.

Je ne me souvenais plus vraiment de ce roman, que j’ai lu étant adolescente.

Quel gros porc ce Georges Duroy !

Duroy est un jeune homme sans le sou, qui revient d’Algérie après une campagne. Il ne mange qu’une fois par jour pour économiser son maigre salaire d’employé de bureau. Un jour il croise un ancien camarade d’Algérie, qui lui propose de l’employer dans son journal. On ne refuse pas une telle opportunité. D’autant que ce nouvel emploi lui ouvre les portes des salons mondains de la capitale. Et dans les salons mondains, on y trouve beaucoup de femmes charmantes. C’est là que commence la folle progression de Duroy. Parti de rien, fils de paysans normands, il gravit un à un les échelons professionnels et mondains.

Et Duroy est beau garçon. Il a une belle moustache qui plaît aux dames. Il va donc en séduire cinq. Une prostituée, deux femmes mariées, une veuve, et une ingénue. On se croirait dans un soap-opera. Les maris ne voient rien, bien sûr, et Duroy s’en tire toujours malgré les événements qui pourraient le perdre.

Georges Duroy, qui finit baron Georges Du Roy de Cantel, est un homme de la pire espèce. Cupide, arriviste, égoïste, manipulateur, hypocrite, mufle…bref, tout ce qu’on peut imaginer de pire. Un petit exemple des pensées qui traversent son esprit :

Elle lui répétait sans cesse : « Comme je t’aime, mon petit ! M’aimes-tu autant, dis, mon bébé ? »

Il ne pouvait plus l’entendre prononcer « mon petit » ni « mon bébé » sans avoir envie de l’appeler « ma vieille ».

Ce que je peux aimer Maupassant ! À chaque fois je suis subjuguée par sa capacité d’analyse psychologique. Et je réitère ce que j’ai dit lors de ma note sur « Mont-Oriol », il a dû être particulièrement éprouvé par son époque. Et je pense qu’il est le premier féministe de l’histoire. Je pense au personnage de Madeleine Forestier, que Duroy va finir par épouser pour accéder aux avantages de son défunt prédécesseur. Elle est intelligente, fine (c’est elle qui écrit les articles en back office), revendique une certaine liberté, et elle en paiera le prix. Les autres bonnes femmes sont dépeintes comme des grues, écervelées ou dévotes. Les techniques de drague de Duroy sont à mourir de rire, bien que je pense que ce n’était pas le but à l’époque où le roman a été écrit.

Bref, encore un roman d’une modernité ahurissante. La presse, la politique, les relations entre les deux (déjà !), l’argent, le pouvoir, les scandales sexuels…C’est triste à dire mais rien n’a changé. Maupassant est un génie.

Une adaptation est en cours avec Robert Pattinson dans le rôle de Duroy. Alors euh…Duroy est blond, et moustachu, dans le roman. Ce qui est loin d’être évident lorsque je vois une photo tirée du film. Mais pour incarner un sale type, j’aime autant que ce soit un acteur que je n’aime pas. L’effet n’en sera que plus efficace. Au casting également, des pointures du cinéma hollywoodien, comme Uma Thurman ou Kristin Scott Thomas. L’affiche me fait un peu penser à celle de « Marie-Antoinette » de Sofia Coppola, avec sa police rose, et les quatre étoiles du magazine Glamour refroidissent plus qu’autre chose. Je pense que je serai déçue. Wait and see.

1 Comment

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s