De fil en aiguille…

Hier, un communiqué a été envoyé à la presse et relayé sur les réseaux sociaux par St Augustine, artiste appartenant (enfin plus maintenant) au label clermontois Kütu Folk Records.

Quelques tweets précédents laissaient entendre qu’il se passait des choses. Maintenant voilà, c’est fait, l’aventure est finie. Du moins pour les groupes cités dans le communiqué de presse. Ne restent plus dans le label que The Delano Orchestra (seul groupe clermontois) et des groupes étrangers. De quoi bousiller de manière définitive (à mon sens), l’esprit de ce label né ici, fondé par des groupes clermontois (St Augustine, Pastry Case, Leopold Skin et The Delano Orchestra).

J’ai assisté à la naissance du label, il y a quelques années. En 2007 (2008?) j’allais les voir jouer dans la cave du Puy de la Lune (les groupes qui démarrent dans des caves, ce n’est pas qu’une légende), à Clermont, mal assise sur une pauvre chaise en compagnie d’une trentaine d’autres personnes. J’en profite pour remercier celui qui m’a entraînée dans cette cave, même s’il ne doit plus me lire depuis longtemps. Cette cave, c’était bien avant les chroniques dithyrambiques dans Magic, les Inrocks, Le Monde, etc. C’était des potes qui avaient chacun leur personnalité, leur style, et qui s’éclataient à jouer ensemble les titres des uns et des autres et à faire des covers. J’ai vu sortir les premiers disques cousus main. Je les ai chez moi, presque tous. Je les trouve magnifiques, uniques, et maintenant se sont les précieuses reliques d’un temps révolu. Ce fut bref mais intense.

St Augustine invoque des raisons en lien avec « l’indépendance, l’entraide et la solidarité ». J’ignore ce qui se cache derrière ces belles valeurs bafouées mais j’ai quelques soupçons, sur lesquels je ne m’étendrai pas ici. Des trucs qui m’ont interpellée ces derniers temps. Et si mes soupçons s’avéraient exacts, je pense que je serais capable d’en chialer. Sans rire. Est-ce que ce qui se cache derrière cette perte d’indépendance est bien ce à quoi je pense ? Et pour la solidarité et l’entraide, est-ce que la raison est à chercher à la date même où St Augustine a fait son communiqué ? Trop de coïncidences à mon goût.

J’espère juste que la fin de cette aventure collective ne va pas donner lieu à des règlements de comptes publics. Je n’ai pas envie d’assister à ça. C’est déjà bien trop moche. Trop moche que ça finisse comme ça, si tôt, avec un communiqué publié sur Facebook.

Je continuerai à écouter et acheter la musique des uns et des autres, quel que soit le label, parce que je les aime, tous (désolée, ça fait un peu École des fans). Je leur souhaite que cette rupture soit le moyen de se lancer dans de nouveaux et beaux projets personnels. Après tout, la crise était sûrement inévitable et il était peut-être temps que chacun reprenne sa propre route. Comme dans tout divorce ce sont les enfants qui trinquent, je leur demande de nous épargner, nous, le public fidèle, parce qu’on n’a pas envie de choisir notre camp. Et je demande aussi au public fidèle de ne pas mettre de l’huile sur le feu en accusant Pierre, Paul ou Jacques.

Et les « splits », ça permet aussi des retrouvailles. Parfois.

Hop, une photo de famille, histoire de prouver que je suis une fan, une vraie, et que l’histoire était belle. Il y a des albums, un t-shirt, un fanzine (qui doit être collector), des autocollants (certains ont même été jusqu’au Japon collés sur ma valise), et, absentes de la photo, des places de concert au Puy de la Lune, à la Coopé, à la fête de la musique, ici ou là.

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :