Le roi du curling (Kong curling)

Le roi du curlingJ’avais vu la bande-annonce juste avant « Touristes », et je m’étais dit que c’était l’occasion ou jamais de voir une comédie norvégienne en VO.

Truls est un joueur de curling comme on n’en fait plus. Pointilleux comme personne. Même la victoire ne le satisfait pas, s’il juge que ses coups auraient pu être meilleurs d’un millimètre. Mais un jour, il pète un plomb à cause d’une glace un peu trop rugueuse et agresse un arbitre. Il finit en slip dans un champ puis à l’hôpital psychiatrique. Dix ans plus tard, on le laisse enfin sortir, sous la tutelle de sa greluche rose de femme. Il apprend alors que son père spirituel, celui qui lui a tout appris du curling, est mourant et en attente d’une greffe de poumon. Il décide alors de reformer sa dream team et part à la recherche de ses trois anciens coéquipiers. L’objectif ? Remporter le championnat pour récolter l’argent nécessaire à la greffe du poumon.

Le scénario est mince comme un fil et totalement improbable (payer une greffe) mais peu importe. On laisse son cerveau au vestiaire, on enfile son survêt de curling et on glousse.

D’une certaine manière, ce film rappelle « Touristes » par son côté déjanté, burlesque, voire carrément crétin. Par contre, on est à fond dans le premier degré, pas de peinture sociale à part des gros beaufs particulièrement moches.

J’avoue, je suis cliente de ce genre d’humour. C’est con, débile, grossier mais ça me fait rire. J’ai particulièrement apprécié les décors et les costumes, très travaillés dans ce qu’il se fait de plus kitsch et moche. Si j’avais dû travailler dans le cinéma, j’aurais adoré faire ça. Costumière ou accessoiriste. Rechercher quelles étaient les fringues à la mode en 1992, quel papier peint était au goût du jour en 1956, quelles chaussures en 1889, dégoter une Dictée Magique ou une boîte de Scrabble de 1986. Bref.

De plus, je suis toujours fascinée par les épreuves de curling aux JO d’hiver et ce film nous offre de belles prises de vue et de belles émotions (!) à coup de balais et de glissades travaillées.

Enfin, la langue norvégienne est euh…charmante. Et même que des fois ils parlent anglais.

Je ne me risquerai pas à vous recommander ce film. Si vous allez le voir, ce sera en votre âme et conscience et je ne veux rien à voir avec ça. Vous ne m’avez jamais vue, je ne vous ai jamais rien dit, cette note n’existe même pas. Je compte sur vous.

2 Commentaires

  1. @maazz : hum…pas pire que sur la note suivante…;)

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :