Eternal sunshine of the spotless mind

ESOTSMJ’ai re-regardé ce film extraordinaire réalisé par Michel Gondry. Parce que dans quelques jours sort l’adaptation cinématographique de L’écume des jours de Boris Vian, réalisée également par Michel Gondry. Je suis pétrifiée d’angoisse (rien que ça) car L’écume des jours et Michel Gondry, c’est un peu un condensé de ce qui me fait vraiment vibrer en littérature et au cinéma. La poésie, l’audace, l’absurde, et dans le même temps, une grande technique, une grande intelligence et une intuition hautement sensible des rapports humains. J’ai également entrepris la relecture (3e ou 4e fois?) de L’écume des jours et dès les premières pages, je décolle. J’ai profité de l’achat du dernier numéro de Magic avec en couverture le groupe Phoenix (que je kiffe d’amour et qui sort un album tout bientôt) pour acheter le numéro de Première (que je n’achète jamais mais ça risque de changer) consacré en grande partie à ce grand événement qu’est la sortie de L’écume des jours. J’avoue que l’interview croisée de Gondry, Duris et Tautou m’a mis l’eau à la bouche. J’ai suffisamment d’admiration pour chacun d’entre eux pour avoir bon espoir dans cette adaptation et j’ai hâte autant que peur de m’installer dans les fauteuils du cinéma.

Donc pour mettre mon cerveau en jambes, je me suis replongée dans Eternal sunshine of the spotless mind. Un peu le film impossible à raconter. C’est l’histoire de Joel et Clementine qui se rencontrent, s’aiment, se déchirent, s’oublient et se rencontrent, s’aiment…Une certaine idée de l’infini…

Joel est un type sympa, pas moche, un peu emprunté, timide et pas très aventurier dans l’âme. Clementine la délurée a les cheveux teints en orange, bleu ou vert selon les jours, va de l’avant, prend des risques, brûle la chandelle par les deux bouts. Les opposés s’attirent paraît-il. Jusqu’au jour où trop c’est trop, on se quitte et comme souvent, on veut tourner la page et oublier, pour mieux rebondir ailleurs avec quelqu’un d’autre. Que le premier/la première qui n’a jamais souhaité oublier me jette la première tomate. Sauf qu’en vrai, c’est pas possible. Dans Eternal…(ESOTSM), c’est tout à fait possible en prenant rendez-vous avec la société Lacuna. C’est ce que Clementine fait et ça marche, elle a complètement oublié Joel et pour la peine, Joel fait de même. Mais lors de l’intervention, les choses ne se passent pas comme prévu. Les souvenirs, censés être effacés un à un par un programme informatique, passent en revue les pires moments de la relation mais aussi les plus beaux, remettant les choses en perspective. Impossible d’arrêter le processus d’effacement mais Joel tente de cacher des souvenirs dans des recoins de son cerveau que l’ordinateur ne trouvera pas. À son réveil, qu’en restera-t-il ?

Bon. Il faut accepter le postulat de départ. Le scénario de Charlie Kaufman ( Dans la peau de John Malkovitch, Human nature (réaliséESOTSM2 par Gondry également, qui n’a pas eu Dans la peau de… mais qui aurait bien voulu)) est évidemment totalement fantaisiste. Et la mise en scène de Gondry, avec ses bricolages maison et ses personnages déjantés, en rajoute encore une grosse couche. Mais sous leurs délires un peu potaches (le film n’est pas particulièrement drôle mais regorge de petits moments rigolos), les deux compères traitent un sujet cinématographique rebattu (la rupture amoureuse) comme une métaphore sensible et poignante. Oscar 2005 du meilleur scénario, tout de même.

ESOTSM est servi par un casting de haute volée. Jim Carrey (oublie tout ce que tu sais de lui, à part le magnifique Truman show) et Kate Winslet, tous les deux à contre-emploi et totalement investis par leur personnage. Kirsten Dunst en secrétaire délurée mais pas tant que ça. Elijah Wood (alias Frodon dans Le Seigneur des anneaux, j’avais totalement oublié qu’il jouait là-dedans) en assistant crétin. Une musique originale délicate, des morceaux additionnels de choix.

Bref, si j’en reviens à L’écume des jours, avec un « scénario » en or, un réalisateur que j’adore et qui a l’air d’avoir bricolé plus que jamais, des acteurs principaux et des seconds rôles triés sur le volet…Je ne vois pas pourquoi ça ne marcherait pas. Mais j’ai tellement peur…

Pour rester sur Michel Gondry, je conseille vivement La science des rêves, totalement onirique (oh?) et déjanté (VO impérative), Human Nature, déjanté et à la réflexion poussée, et Soyez sympa rembobinez, summum du bricolage Gondriesque. Pour finir, je précise que les bonus du DVD de ESOTSM sont extraordinaires. Des interviews, le making-of, des scènes coupées, et le film commenté dans sa totalité par Charlie Kaufman et Michel Gondry (et son accent anglais à pleurer). Je n’ai pas refait le film en entier mais les commentaires sont priceless sur certaines scènes. A réserver aux fans.

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :