Jakup Auce à la galerie In Extenso

20131116_165154Jakup Auce Fell in love with the wolf. Mais qui est Jakup Auce ? Un artiste qui installe ici, à Clermont-Ferrand, sa toute première exposition. Alors pour se présenter, il a choisi de nous proposer des autoportraits. Attention, ça demande un peu d’imagination. Et qui est ce loup ? Un retour à la sauvagerie, à la nature des choses.

Dans la petite salle d’expo d’In Extenso, de grands roll-up sont regroupés, serrés, juste de quoi se faufiler. Les images ? Difficiles à décrire. Impossible même.

(Parenthèse… je dis « roll-up » par déformation professionnelle. Au bureau je suis Madame Roll-up, si tu veux tout savoir. Ce sont des toiles en plastique sur lesquelles on imprime des visuels pour montrer à quel point on est beaux et qu’on fait rêver. Ça se roll et se dé-roll à l’envi, et ça se transporte facilement.)

20131116_161134

Bon mais là, on appelle ça des « structures autoportantes ». C’est… mieux. D’ailleurs « autoportante » ça ressemble à « autoportrait » finalement. Des structures autoportantes d’autoportraits. Des structures autoportraitantes.

On est loin des selfies auxquels les réseaux sociaux nous ont habitués. Jakup Auce peut continuer à se balader incognito. Les visuels sont constitués de montages, de collages d’images scannées. Le tout n’est pas retouché, et est imprimé tel quel sur les toiles. Certains montages sont assez saisissants, on dirait qu’ils sont en 3D. Une impression de relief, de profondeur. D’autres sont plus lisses et inextricables. On voudrait prendre du recul pour essayer de décrypter l’image mais impossible, les autres œuvres nous en empêchent. Les autoportraits se défendent mutuellement, chacun veillant à livrer un peu de son auteur, pas trop, et en enfermant le spectateur dans un labyrinthe oppressant dont il est au final soulagé de sortir.

20131116_161336

20131116_161021

Jakup Auce expose pour la première fois et c’est à Clermont. Sans s’être renseigné sur la région, il a fait figurer sur une toile un volcan en éruption. Et toujours sans s’être renseigné, il a complété son expo avec une dernière œuvre, un bocal contenant un volcan en éruption sous-marine. Encore un autoportrait, pour peu qu’on se sorte de la tête l’image des brosses à brushing. Violence tellurique et accessoires superfétatoires s’associent dans le même bouillon, Jakup Auce brouille les pistes, s’amuse du monde mais nous met en garde… sous l’écorce, ça chauffe et ça menace.

 20131116_161051

20131116_161212

20131116_161246

L’exposition est à voir jusqu’au 21 décembre. L’entrée est gratuite. N’hésitez pas à interpeller Annabel, perchée dans le bureau au fond de la salle, elle se fera un plaisir de vous guider dans ce dédale et de vous apporter (ou pas) les réponses aux énigmes posées par l’artiste. Un grand merci à elle pour son accueil, ses explications et le petit papotage.

Pour ceux que ça intéresse (tout le monde, hein?), la manifestation « Étoile cathédrale » est renouvelée cette année. Vendredi 22 novembre, nombre de galeries d’art du secteur de la cathédrale seront ouvertes jusqu’à 22h. Avec évidemment le FRAC et la galerie In Extenso, mais aussi des galeries privées. La manifestation se poursuit le lendemain, samedi 23 novembre, toute la journée.

2 Commentaires

  1. Pingback: Thierry Courtadon s’est fait voir | The magic orange plastic bird said...

  2. Pingback: French Riviera à la galerie In Extenso | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :