Edwy Plenel – conférence au Corum Saint-Jean de Clermont-Ferrand

Juste pour garder une trace quelque part de cette soirée, je vais en dire deux ou trois mots (bon OK, un peu plus).

Le club de la presse Auvergne a eu la bonne idée d’inviter Edwy Plenel, président et co-fondateur du journal Mediapart.

20140403_201040

Même si vous n’avez jamais lu Mediapart (journal en ligne uniquement, et sur abonnement payant), vous en avez forcément entendu parler, de par ses révélations explosives régulières, ou en voyant son moustachu fondateur sur les plateaux de télé.

Ne peut-on d’ailleurs pas s’étonner de la présence d’un tel personnage dans des émissions comme « On n’est pas couché », par exemple ? Il le reconnaît lui-même, il se doit de faire le VRP et le service après-vente. Il faut communiquer sur Mediapart, puisque le site n’est financé par aucun grand groupe, aucun « margoulin » de la banque ou de la téléphonie mobile. Et il faut expliquer. S’expliquer. Se justifier. Démontrer. Car les enquêtes de Mediapart suscitent souvent au mieux la suspicion, au pire le déni généralisé. Souvenez-vous de l’affaire Cahuzac, qu’aucun autre journal ne voulait cautionner. Le scoop était trop énorme. Au point que l’accusé se paye le luxe de nier et mentir publiquement.

Et Edwy Plenel de promener son regard rieur et son calme olympien un peu partout, pour enfoncer le clou dans la couenne épaisse du microcosme politique et médiatique, et dans celle, molle et flasque, de l’opinion publique. Lors des questions, à la fin du débat, une spectatrice a évoqué la certaine violence des révélations de Mediapart, la difficulté à les croire, les digérer, les accepter. C’est malheureusement vrai. Ces enquêtes et révélations lèvent le voile sur des systèmes corrompus, des institutions défaillantes et c’est notre fierté démocratique qui encaisse le coup. Oui, nous votons pour des malhonnêtes. Pire, comme Edwy Plenel l’a rappelé, nous élisons des gens qui ont été condamnés pour des délits, de fraude, de détournement de fonds, etc. Moi je me dis souvent : pour tant d’attrapés, combien ne le seront jamais ? De quoi perdre toute foi dans la politique et la démocratie. Mais Edwy Plenel est confiant et semble croire à un nouvel ordre des choses.

Cette conférence m’a donné envie de lire son livre « Le droit de savoir » (et les autres, mais c’est celui-ci qu’il était venu présenter ce soir-là). C’est un orateur passionnant et passionné et je suis ravie d’avoir pu venir l’écouter pendant près de deux heures et demie. De plus, il nous a fait le plaisir de nous livrer deux petites anecdotes personnelles qui le lient à Clermont-Ferrand…

Merci au club de la presse Auvergne pour l’invitation de ce grand monsieur !

20140403_224549

2 Commentaires

  1. La première chose qui m’a frappé de ce gars, c’est justement que ses dossiers sont tellement bien montés que le doute semble invraisemblable, malgré l’énormité des révélations. Évidement, la force de médiapart est sa faiblesse. L’indépendance au prix de l’inaccessibilité pour les masses désagentées… Une forme d’information « élitiste »… Mais comment faire autrement?

    • @sdf de luxe : ben 9€ par mois c’est quand même pas grand chose, surtout si on compare au coût de la presse écrite. Et puis Edwy Plenel lorsqu’il évoque le nombre des abonnés, sait parfaitement qu’il faut le multiplier au moins par 3 s’il veut le chiffre de son lectorat réel. Il a clairement dit être conscient des identifiants partagés et ça lui est égal :)

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :