Lidwine Prolonge – 2064 cent ans plus tard – expo à la galerie In Extenso

J’avais publié il y a quelques semaines un « appel à témoins » un peu particulier. La galerie In Extenso était à la recherche de ses prophètes pour l’exposition de Lidwine Prolonge.

J’avais assisté au vernissage. Evidemment point d’interviews à voir ce jour-là, mais un chouette tour en voiture de collection (Opel GT 1969) avec Michel de ClassicArverne pour naviguer entre les deux lieux d’exposition (et être la cible de tous les regards dans les petites ruelles du plateau central). Petite minute promo pour cette belle agence qui propose de la location de voitures de collection ainsi que des séjours en Auvergne au volant de ces petits bijoux. Triumph, Mustang, Mini… de quoi assouvir tous les fantasmes. Fin de la minute promo.

classicarverne

Cette exposition touche désormais à sa fin. Il vous reste le samedi 17 mai pour en profiter. Demain quoi. Ou aujourd’hui, selon.  C’est la Nuit des musées, In Extenso sera ouverte jusqu’à 22h.

Non, il n’est pas trop tard ! Au cours de ces dernières semaines, Lidwine Prolonge a questionné de nombreux visiteurs volontaires, afin de connaître leur vision de l’an 2064. Plusieurs montages intermédiaires se sont succédé, compilant des visions d’hommes et de femmes sur notre futur, souvent assez inquiétantes. Pourra-t-on lire dans les pensées des gens, nous obligeant à nous censurer nous-mêmes ? Où en seront les libertés individuelles ? Je ne sais pas quelles sortes de questions Lidwine Prolonge a posées. J’aurais pu le savoir si j’avais tenu la vague promesse faite à Annabel de participer. Mille excuses. Quoi qu’il en soit, le dernier montage proposé sera le seul et l’unique. Les intermédiaires ont vécu, des interlocuteurs auront peut-être disparu de la prophétie finale. Ne restera que la substantifique moelle, visible lors de cette dernière journée d’exposition. J’espère y entendre Laurent, le voir assis dans cette célèbre chaise de Konstantin Grcic. On n’y est pas mal assis, soit dit en passant, c’est même plutôt confortable.

Champ

Champ

Contre-champ

Contre-champ

Pas autant que le ball chair de Eero Aarnio de 1963. J’en veux un. Même un faux. On est trop bien là-dedans, on n’a plus envie de sortir. Cotisez-vous, démerdez-vous, j’en veux un.

ball_chair

2064 vu par 2014… nous sommes loin des divagations d’Isaac Asimov en 1964, incarnées pour l’occasion à l’écran, avec truculence et humour, par le poète Joseph Mouton. Confortablement installé dans le seul et unique fauteuil boule de la petite salle de La Permanence, c’est une vision surprenante de 2014 qui nous est offerte. Interrogé à l’occasion de l’expo universelle, Asimov avait livré ses fameuses prédictions au New York Times. Il nous voyait sur la Lune, mangeant des micro-organismes, du faux steak, éduquant nos enfants avec des écrans de télévision et… souffrant d’ennui profond.

asimov

« Even so, mankind will suffer badly from the disease of boredom, a disease spreading more widely each year and growing in intensity. This will have serious mental, emotional and sociological consequences, and I dare say that psychiatry will be far and away the most important medical specialty in 2014. The lucky few who can be involved in creative work of any sort will be the true elite of mankind, for they alone will do more than serve a machine. »

So fucking true!!

Pour lire un bel article de Laurent sur cette expo, c’est par là que ça se passe (klik).

La Permanence, 7 rue Abbé Girard (1964 > 2014)

In Extenso, 12 rue de la Coifferie (2014 > 2064)

Jusqu’au 17 mai.

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :