Meeting François in Clermont

Aujourd’hui j’ai testé pour vous le meeting politique.

Petit préambule nécessaire :

  • il ne s’agit en aucun cas d’un appel à voter pour ce candidat en particulier

  • il était de passage aujourd’hui

  • j’étais en vacances

  • j’avais des courses à faire en centre-ville

  • je n’ai jamais assisté à un meeting politique de toute ma vie

  • l’occasion fait le larron

En plus, je suis partie avant la fin…

Bon alors. Début des réjouissances annoncé à 18h. À condition que la météo le permette, ce qui n’était pas gagné d’avance. À 17h30, j’ai croisé une escouade de journalistes flanquée du président du Conseil régional sur la place Gaillard. Ah tiens ? J’ai hésité à rester, car ils n’étaient sûrement pas là pour faire l’inventaire du mobilier urbain, mais je me suis dit que l’arrivée de Hollande était imminente donc j’ai rejoint la foule place de Jaude pour ne rien manquer de l’arrivée de la star du jour.

Mal m’en a pris.

À 18h, rien.

À 18h30, rien.

Une heure d’attente, ça permet de bien appréhender la promiscuité humaine, ainsi que la roublardise. Je n’ai jamais entendu autant d’excuses en carton pour se faufiler devant. « Je cherche ma femme ». « J’accompagne une personne handicapée ». « Je suis trop petite ». Le « coucou » adressé à une personne mystère éloignée qu’on n’identifiera jamais tellement elle était éloignée. Le pote qui arrive en retard et rejoint la troupe en se postant juste devant moi avec son mètre quatre-vingts. Bref, jamais je n’avais vu autant d’énergie déployée pour se garantir une place de choix. Alors qu’on avait un écran géant juste en face, et qu’il était donc peu probable qu’on rate quoi que ce soit.

Et un froid ! J’étais tétanisée.

Pendant ce temps, le staff du PS distribuait des pancartes A3, des petits drapeaux au nom de François Hollande, des drapeaux français, des autocollants…Du coup, certains se retrouvaient malgré eux avec ça entre les mains et se transformaient instantanément en des militants de la première heure. Difficile de refourguer la pancarte comme une patate chaude à son voisin le plus proche, au risque de passer pour un agent infiltré à la solde de Sarkozy. D’ailleurs, j’ai failli repartir lorsque j’ai pris conscience de ma tenue : un beau caban bleu électrique au milieu des parkas et écharpes rouges. J’y peux rien si le bleu est plus fashion que le rouge cette année !

À 19h, ah tiens, ça s’agite. Enfin !

Petit discours de Serge Godard, maire de Clermont, suivi d’un discours plus fourni de la part de Robert Hue. Tiens donc. Dans la série : mais que sont-ils devenus ? Il n’a pas changé. Si l’on excepte bien sûr son étrange revirement politique. Il a dézingué la gauche révolutionnaire. Il a dézingué Sarkozy en lui promettant un licenciement sans indemnités. Hourras nourris.

Là j’ai découvert une subtilité du meeting politique. Quand le nom de l’adversaire est prononcé, il faut crier « booooooouh ». Quand on avance une promesse, si possible revenant sur une mesure passée par l’adversaire, il faut crier « ouaiiiiiiiiis ». Quand un bon mot est lâché, il faut glousser et applaudir, même si en fait, ce n’est pas très drôle.

Bon Robert, ça me fait grave plaisir de te revoir après tout ce temps, mais j’ai body-karaté à 20h et j’aimerais bien entendre ce que François a à dire avant de devoir partir…et il est déjà 19h15.

Robert m’a entendue et a cédé sa place. François est monté sur le podium sous les vivats de la foule. Et il a hurlé. Dans un meeting politique, pour donner de la force à ses idées, il faut les vociférer, quitte à se ruiner la voix, ce qui n’était pas loin de se produire si j’en juge par quelques croassements qui sont par inadvertance sortis de la gorge de François Hollande. Donc là, rebelote. « Sarkozy ! » => boooouh ! « Retraite à 60 ans ! » => ouaiiiis ! « Les riches ! » => bouuuh ! « Le TGV à Clermont ! » => ouaiiiiiis ! (démago !!).

Bref, un meeting politique, c’est fait pour galvaniser les foules, pas pour expliquer un programme. Et si certains n’ont pas le courage d’aller gratter pour voir ce qu’il en est réellement de ces idées, et se fondent sur ce qu’ils ont entendu ce soir, c’est tout bénef. Pour peu qu’ils soient repartis avec un drapeau tricolore qu’ils pourront réutiliser lors de la prochaine coupe du monde de foot ou de rugby, alors là, c’est le super banco.

À 19h30, j’ai mis les voiles et je suis tombée sur les renégats qui tentaient de faire passer des messages en arrière-plan de la scène. Dommage pour eux, le cadrage de la caméra n’était pas en leur faveur. On avait un peu de tout, un anti-Hollande qui le trouvait pas assez à gauche, des anti-incinérateur, des militants de la cause du SIDA, des gens qui prophétisaient la fermeture des crèches de Clermont…Bref, des tas de causes à défendre. Mais Hollande leur tournait le dos. Tout un programme.

J’ai vu ce qu’était un meeting politique. C’est bon. Je n’y retournerai plus. Mais j’irai voter.

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :