Arrietty, le petit monde des chapardeurs

Toujours aussi séduite par ce film. Un regret juste : ses qualités graphiques sont tellement plus fantastiques sur grand écran.

Note initialement publiée le 13 janvier 2011

Raaaah la laaaaaaaaaaaaaa !!!

Troooooop beau !

Bon. On va essayer de ne pas jouer les fans hystériques dans cette note…soyons sérieux.

Hiromasa Yonebayashi (j’ai déjà eu du mal à retenir Hayao Miyazaki…faut tout recommencer !)…

J’ai été emballée dès les premières images. Arrietty est une jeune fille et elle est toute petite. Mais vraiment. Comme une souris. Elle vit avec ses parents sous une maison habitée, et ils survivent grâce aux menus larcins qu’ils effectuent dans la maison, pour leur subsistance quotidienne. Il ne faut surtout pas qu’ils se fassent prendre car les habitants de la maison pourraient leur faire du mal. Ils vivent donc parfaitement cachés…Jusqu’au jour ou Sho, un jeune garçon malade, arrive dans la maison pour s’y reposer quelques jours.

Ce scénario est une adaptation d’un conte écrit il y a de nombreuses années, et qui se passe en Angleterre. Apparemment Miyazaki rêvait d’adapter ce conte à l’écran. C’est chose faite avec le successeur qu’il s’est choisi. Et ce dernier – est-ce en raison de la pression énorme ? – a réalisé un travail d’orfèvre. Visuellement, c’est somptueux. Le jardin autour de la maison est luxuriant et le dessin nous offre une myriade de détails magiques : les gouttes qui perlent, les feuilles et les fleurs, les insectes, le soleil qui perce au travers du feuillage (cf. affiche trop belle, je la veux)…Lorsque notre œil est à hauteur de celui d’Arrietty, nous sommes vraiment plongés dans son monde, avec ses proportions gigantesques. En terme de réalisation, la balance entre ce regard au ras du sol et le regard d’un être humain « normal » est extrêmement bien géré. Chaque image foisonne de détails, avec de jolies surprise en arrière-plan (oh ! Une aile de libellule en guise de plume pour écrire !). Bref, c’est beau, beaucoup plus riche graphiquement qu’a pu l’être Ponyo mais ce dernier a été exécuté à l’ancienne par Miyazaki.

Le rythme de la narration est enlevé. On n’a pas ces sortes d’interludes contemplatifs que Miyazaki intègre dans presque tous ses films (et que j’aime !), mais ça reste malgré tout très poétique.

Au niveau du message, il y en a deux. Le premier, c’est la nécessité pour certains de devoir « chaparder » pour survivre. Les « chapardeurs » sont considérés comme des voleurs alors que bon…quand il partent en expédition, c’est pour récupérer un morceau de sucre, qui leur durera des semaines ! Bref, les chapardeurs sont obligés de déménager une fois qu’ils ont été découverts, car il semblerait que personne ne fasse l’effort de les accepter et de leur donner des quantités ridicules de nourriture. Ensuite, et c’est la conséquence du premier message, les chapardeurs sont menacés d’extinction, puisqu’ils sont indésirables. Alors il faut compter sur la solidarité, l’acceptation de l’autre et de sa différence…

L’autre élément qui a fait le buzz autour de ce film, c’est la musique originale. Là encore, je m’interroge. Il y a trop de merveilleuses histoires humaines qui gravitent autour de ce film. Les belles histoires existent mais aujourd’hui, on est en droit de s’interroger sur la véracité de certaines histoires à fort potentiel émotionnel (et commercial). Une jeune harpiste bretonne, fan des films Ghibli, a un jour envoyé un de ses albums aux studios, comme ça, pour leur faire un cadeau. Quelques jours plus tard, dring ! Voulez-vous travailler sur le prochain film ? Et au lieu de faire juste un morceau, elle a tout fait, y compris chanter en phonétique. Et depuis, c’est une star au Japon. De nombreux musiciens reprennent le thème principal du film. De nombreux enfants et adolescents se mettent à la harpe. Bref, la success story de ouf. Et quelque part, c’est mérité car la musique est extrêmement présente dans ce film, et accompagne à merveille les belles images féériques. Donc buzz marketing ou pas, chapeau pour cette belle BO qui plaît au public japonais ET au public français (parce qu’en général…les BO Ghibli…bof bof).

Bref, ce dernier cru est une sacrée réussite. Je n’irai pas jusqu’à dire que l’élève a dépassé le maître mais ça laisse entrevoir de jolis projets pour les années à venir.

Ah ! Et parmi les personnages secondaires, on a un chat absolument irrésistible. J’espère qu’il y aura des produits dérivés !

 

10 Commentaires

  1. galuchon

    Quelques mois après ta critique, nous avons eu l’occasion de le voir (sur grand écran (privé, eh oui !)) et je confirme que ce fut un réel plaisir. Rien à ajouter (ni ôter…) à ce que tu en dis.
    Débrouillez-vous pour en profiter tous.

    • @Galuchon : un grand écran privé…comment tu te la pètes ! ;) Hier je me suis rendu compte qu’il faudrait que je revoie Arrietty en me concentrant vraiment sur les détails (genre il y a un pot de cornichons dans le garde-manger, et il y a vraiment marqué « cornichons » dessus, idem dans la maison d’Arrietty, une grosse bouteille de chépaquoi « de rose »)
      Je re-visionnerai bientôt « colorful », pas le même genre qu’Arrietty, mais tout aussi magnifique (mais peut-être que tu l’as déjà vu)

  2. Paicheler

    Bonjour à tous,

    Je tapais arrietty rose bouteille sur google par pure curiosité et e tombe sur ce précédent commentaire.

    Donc je vais vous ire à vous, bande de curieux, ce qu’est cette bouteille !

    C’est tout simplement une bouteille de vin provenant de mon domaine (ou plutôt celui de mes parents, mais dans 2/3 ans le mien :p), le chateau coupe roses, cuvée champ du roy.

    Vous pouvez taper « coupe roses champ du roy » dans google image, vous verrez la bouteille, comparez !

    Pour la petite histoire le studio ghibli a envoyé un mail avec qques artworks à ma mère, en lui demandant l’autorisation de mettre notre bouteille. Elle a dit oui puis a oublié. Moi je suis allé voir le film, grand fan de ghibli, et quelle surprise de voir ma bouteille au milieu du film !

    Et voilà, tout le mystère éclairci !

    • @Paicheler : bonjour et bienvenu ! Merci beaucoup pour ces explications. Décidément ce film contient plein de belles petites histoires dans la grande histoire ! J’ai regardé sur Google images et en effet, l’étiquette est très sympa : il va vraiment falloir que je revoie le film maintenant ;)
      Longue vie au domaine ! Un de mes commentateurs fétiches ira peut-être faire un tour chez vous vu qu’il s’agit de sa spécialité (n’est-ce pas F. ??)

  3. F.

    Tout à fait, je pourrais venir visiter, mais seulement si tu m’accompagnes magicorange ! ;-)

  4. mathias

    Vous êtes les bienvenus ! Et une grosse dégustation vous attend si vous venez :p

  5. Pingback: Souvenirs de Marnie | The magic orange plastic bird said...

  6. Pingback: Miss Hokusai | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :