Waste land

Dans une semaine, Rio accueillera à nouveau le sommet de la Terre, 20 ans après le premier. Je ne sais pas si le Brésil est vraiment bien placé pour ça. Deuxième pays producteur de soja OGM, déforestation…tout ça n’est pas brillant. Mais difficile à camoufler et il n’est pas possible de revenir en arrière en un claquement de doigts. Alors ils ont trouvé un truc, pour dire que si si si, ils font des efforts. Ils vont se débarrasser de la méga décharge de Gramacho et construire une usine de retraitement flambant neuve. Je me demande juste si sans le sommet de la Terre, et sans le succès planétaire du documentaire de Vik Muniz, ils auraient été aussi pressés de prendre des mesures. Parce que bon, c’est une sacrée montagne de merde et ça fait un moment que ça se sait ! En attendant, souhaitons que tous les catadores retrouvent une source de revenus. Restera ce magnifique documentaire, témoin pour l’éternité de ce qu’est/était cette décharge : une montagne d’humanité.

Le film passe actuellement sur l’ancestrale chaîne à péage, tu peux aussi le prendre en VOD sur ta box favorite, ou acheter le DVD. Tu vas pas le regretter, crois-moi.

Note initialement publiée le 27 mars 2011

Ce documentaire multi-primé raconte le projet de Vik Muniz, artiste brésilien expatrié aux États-Unis, consistant à utiliser la décharge de Rio, l’une des plus grandes du monde, pour réaliser une œuvre. Ce qu’il va trouver dans cette décharge est bien loin d’un simple amas de détritus. Il va y rencontrer des hommes et des femmes qui travaillent jour et nuit dans les immondices : les « catadores ». Ils viennent récupérer ce qui est recyclable, afin de le revendre ou de le transformer. Le projet de Vik Muniz va sensiblement se transformer au contact de ces gens, au point de les faire participer à la création des œuvres.

Au-delà du récit de la fabrication des œuvres, ce documentaire raconte ce que personne ne veut savoir : où vont nos déchets et qui sont ceux qui s’en occupent. Dans une ville tentaculaire comme Rio, les camions se succèdent toute la journée pour déverser la collecte du jour. Les catadores sont capables de distinguer une poubelle de pauvre d’une poubelle de riche. Activité ingrate s’il en est, hommes et femmes préfèrent faire ça plutôt que de sombrer dans le trafic de drogue ou la prostitution. Les portraits des quelques femmes et hommes choisis par l’artiste et son équipe sont extrêmement émouvants, les caméras pénètrent dans les favelas et révèlent l’extrême dénuement dans lequel vivent tant de Brésiliens. Certains protagonistes, notamment Tiao, ont un charisme hallucinant et les larmes ne sont souvent pas loin en entendant certaines de leurs paroles, d’une sagesse sans égal.

La musique est signée Moby. Ambient, électro, rock…la petite touche finale qui fait de ce documentaire un chef-d’œuvre.

Beaucoup de choses à retirer du visionnage de ce documentaire : une réflexion écologique bien sûr, avec un regard concret et forcé sur les tonnes de merdes jetées chaque jour ; une réflexion sociale sur un pays où des gosses bossent à 7 ans, ont trois enfants à 19 ans, où des milliers de personnes vivent dans la pauvreté et l’insalubrité la plus totale et côtoient de riches pôles économiques ; une réflexion sur l’art, la culture (passage ô combien émouvant où Tiao raconte comment il récupère les bouquins dans les poubelles, et comment il a fait sécher « Le prince » de Machiavel avant de le lire (et d’en tirer la substantifique moelle)) ; une réflexion sur l’accomplissement personnel, sur le destin qui n’est pas écrit dans le marbre.

Tiao a pris la pose de Marat (dans une baignoire de la décharge) et la photo est devenue œuvre monumentale éphémère.

 Irma, chef cuisinière de la décharge (tout est réalisé en déchets, y compris le noir, constitué de pellicules de film, de bouchons, etc.)

www.wastelandmovie.com

 

2 Commentaires

  1. Ahhh… le Brésil de tous les superlatifs! Je baigne dans l’ambiance actuellement. Je commence à me familiariser avec la langue! Je n’ai vu que des extraits, ici et là, notament à l’ouverture du sommet de Rio. Boulversant!

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :