L’écume des jours (le film)

L'écume des joursJe me demande bien ce que ceux qui n’ont pas lu le roman vont bien pouvoir ressentir et penser en voyant ce film. Comme je viens de le relire, j’étais donc particulièrement sensible aux changements de scénario, aux inventions de Gondry, aux citations in ze text de Vian, aux points de détails descriptifs du roman que Gondry a matérialisés et qui vont sembler délirants au péquin moyen…

Un peu perturbée au début, par les acteurs, par les bricolages animés, j’ai fini par me laisser totalement happer par ce film, extrêmement fidèle au roman. Michel Gondry a modifié ou rajouté pas mal d’éléments mais ça ne gâche rien, bien au contraire. Son univers est tellement proche de celui de Vian que ce dernier n’aurait pas renié les inventions gondriesques, c’est sûr.

Le casting. Quelle affiche ! Romain Duris, Audrey Tautou, Omar Sy, Gad Elmaleh, Aïssa Maïga, Philippe Torreton (en Jean-Sol Partre déjanté), Alain Chabat, Zinedine Soualem, Laurent Lafitte, Natacha Régnier…j’en passe et surtout, un guest dont personne n’a parlé, ni dans l’interview de Première, ni chez Ruquier, il n’est même pas dans la fiche casting d’Allociné et je crois bien qu’il n’était même pas au générique de fin. Des consignes de silence ? Bref, y a une petite surprise sympathique même si sa prestation de comédien n’égalera jamais ses autres qualités de réalisateur.

J’ai beaucoup aimé la façon dont Gondry a traité le film de bout en bout. D’abord en couleur, très gai, foisonnant, puis en noir et blanc à la fin, glauque et sinistre. C’est exactement ce que l’on ressent à la lecture du roman. Le pianocktail, le biglemoi, l’anguille dans le robinet…Tous les incontournables du roman sont là, même les wagonnets à l’église, légèrement détournés en course au mariage. Mais Gondry a également rajouté un Minitel, où on tape sa recherche, qui arrive à des téléopératrices, qui envoient le résultat sur des jumelles géantes qui font office de Google maps réel. Les voitures dans les rues semblent avancer en marche arrière. Nous sommes hors du temps, ni dans les années 1940, ni en 2013, sauf pour quelques ploucs qu’on aperçoit filmer une scène avec leur smartphone à la sortie de l’église. Mort aux badauds sur les scènes de tournage !

Quid de l’histoire d’amour entre Colin et Chloé, au milieu de tout ce joyeux bordel ? Et bien contre toute attente, elle n’a pas été étouffée. Elle a même gagné en profondeur grâce à Romain Duris et Audrey Tautou, techniquement trop vieux pour les rôles (dans le roman, ils sont tous censés avoir la petite vingtaine voire moins pour Isis, 18 ans). Heureusement, le scénario a pas mal élagué dans les histoires de Chick et son addiction à Jean-Sol Partre. Seul petit regret, faire de Chick un voleur alors que ce n’est pas le cas dans le roman. Bon, il a juste pas payé ses impôts, mais sûrement pas volé de l’argent à Colin.

Je me relis et j’ai l’impression que ça n’a ni queue ni tête. Difficile, voire impossible de parler de ce film sans faire parallèle sur parallèle avec le roman.

Je ne sais pas si je suis objective, car j’aime Boris Vian et Michel Gondry. J’ai conscience que les délires de l’un et de l’autre, mixés en une seule œuvre, risquent d’en dérouter plus d’un. Je ne saurais trop conseiller de lire/relire le roman avant de voir le film, ne serait-ce que pour ne pas se laisser désarçonner par un mec à tête de pigeon ou une sonnette de porte qui se déplace. Pour ma part, et bien que l’ayant relu le week-end dernier, j’ai l’impression que plein de détails m’ont échappé. Chaque scène, chaque plan, est un foisonnement visuel hallucinant. Une prouesse technique de deux heures. Le plus gondriesque des films de Gondry.

(y a des photos sur Allociné…j’ai dormi ou quoi ? Les scènes n’étaient pas dans le film, merde!)

Bon sinon, j’ai vu une bande-annonce…Encore un truc qu’il va falloir que je relise. Attention, encore un truc passablement inadaptable (pas autant que L’écume mais bon…) : Au bonheur des ogres, de Daniel Pennac. J’ai adoré la série des Malaussène, c’est drôle, addictif, et j’adore l’écriture de Pennac. La bande-annonce m’a laissée dubitative. En octobre, apparemment.

5 Commentaires

  1. Ah mais tu me rassures pour le vol de Chick, j’en revenais pas d’avoir oublié. Pareil pour certaines photos.
    Je vais digérer un peu le visionnement avant ma note, moins enthousiaste que la tienne probablement…

    Pas vu la bande annonce d’Au bonheur des ogres, mais en effet, je visualise pas du tout ce que ça peut donner…

    • @Fred : je pense très honnêtement que j’ai aimé parce que j’ai relu le roman il y a quelques jours. Je me souvenais finalement de très peu de choses et je me dis que sans l’avoir relu, j’aurais trouvé certains trucs du film, disons-le, débiles.
      Vian et, dans une moindre mesure, Pennac, c’est surtout le style littéraire, les tournures, les jeux de mots…hautement casse-gueule à mettre en image.
      Bon ben j’attends ton avis maintenant ;)

  2. Pingback: Bento mi-fraise mi-frisquet | The magic orange plastic bird said...

  3. Pingback: L’écume des jours (le roman) | The magic orange plastic bird said...

  4. Pingback: Microbe et Gasoil | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :