Articles Tagués: boris vian

Séance C2 – Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand

En tant que fan de Boris Vian, je ne pouvais pas louper cette séance dont tous les films ont été adaptés d’une série de petits scénarios écrits par l’auteur et jamais réalisés. Le recueil « Rue des ravissantes » est disponible en

Séance C2 – Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand

En tant que fan de Boris Vian, je ne pouvais pas louper cette séance dont tous les films ont été adaptés d’une série de petits scénarios écrits par l’auteur et jamais réalisés. Le recueil « Rue des ravissantes » est disponible en

Boris reVian

Disons-le tout net, voilà un spectacle jubilatoire. Je suis une fan de Boris Vian depuis mon adolescence (oui je sais, c’est assez mainstream) mais je ne me suis jamais vraiment penchée sur ses chansons. Boris Vian était un touche-à-tout de

Boris reVian

Disons-le tout net, voilà un spectacle jubilatoire. Je suis une fan de Boris Vian depuis mon adolescence (oui je sais, c’est assez mainstream) mais je ne me suis jamais vraiment penchée sur ses chansons. Boris Vian était un touche-à-tout de

L’écume des jours (le film)

Je me demande bien ce que ceux qui n’ont pas lu le roman vont bien pouvoir ressentir et penser en voyant ce film. Comme je viens de le relire, j’étais donc particulièrement sensible aux changements de scénario, aux inventions de

L’écume des jours (le film)

Je me demande bien ce que ceux qui n’ont pas lu le roman vont bien pouvoir ressentir et penser en voyant ce film. Comme je viens de le relire, j’étais donc particulièrement sensible aux changements de scénario, aux inventions de

L’écume des jours (le roman)

J’ai relu pour la troisième (?) fois ce roman de Boris Vian, avant de découvrir l’imminente adaptation de Michel Gondry au cinéma. J’ai bien fait de le relire, tant j’avais oublié la folie totale de cette histoire. Colin est un

L’écume des jours (le roman)

J’ai relu pour la troisième (?) fois ce roman de Boris Vian, avant de découvrir l’imminente adaptation de Michel Gondry au cinéma. J’ai bien fait de le relire, tant j’avais oublié la folie totale de cette histoire. Colin est un