5 cm par seconde

5cmparsecondeJ’avais ce DVD sur mes étagères depuis un moment mais c’est le billet de Sakoto qui l’a rappelé à mon bon souvenir et qui m’a donné envie de le regarder.

Je ne saurais trop vous conseiller d’aller lire la note de la demoiselle, bien plus calée que moi en japanim.

Il s’agit en fait de trois courts métrages, racontant de brefs mais intenses épisodes dans la vie d’Akari et de Takaki, deux adolescents inséparables et amoureux (sans se l’avouer) qui vont passer leurs jeunes années à se chercher sans se trouver. D’abord c’est Akari qui déménage loin. Alors ils s’écrivent des lettres. Puis c’est Takaki qui doit déménager encore plus loin, alors il rend visite à Akari en train, sous la neige. Ce sera leur dernier contact, qui sera le début de quelque chose mais pas de ce qui les attend en réalité. Des lettres manuscrites (!), aux coups de téléphone passés d’une cabine, des e-mails aux textos… De l’adolescence à l’âge adulte, Akari et Takaki auront des milliers d’occasion de s’avouer leurs sentiments sans y parvenir. Si seulement Takaki n’avait pas perdu la lettre qu’il voulait donner à Akari. Si seulement Akari avait osé donné la lettre qu’elle destinait à Takaki. Et tandis que l’un et l’autre se languissent de se revoir, la vie continue et les sépare petit à petit. Pourtant il suffirait de faire un pas, d’oser, de se retourner peut-être, pour que leur vœu le plus cher se réalise. Mais le souhaitent-ils vraiment ?

Ce triptyque mélancolique et infiniment poétique plonge dans les méandres bien compliqués des sentiments amoureux à la fois vifs et maladroits de l’adolescence (et pas que…). D’un côté on voudrait qu’ils se retrouvent enfin, mais sont-ils toujours les mêmes ? Quand on a 13 ans, tout est différent. On voudrait que Takaki oublie Akari dans les bras de Kanae, le personnage qui m’a le plus touchée. Encore un acte manqué. Comme Takaki n’aura jamais osé avouer son amour à Akari, Kanae n’avouera jamais le sien pour Takaki. Et tous devront construire leur vie d’adulte sur ces regrets.

D’un point de vue graphismes, ces trois courts-métrages sont absolument sublimes. Hyper-réalisme à chaque plan et hyper-poésie des5cmpersecond2 lumières, des plans serrés, des décors. Je ne suis pas spécialiste comme Pauline en chara-design, mais au-delà des personnages de facture assez classique pour de la japanim, je crois que c’est le film le plus réussi que j’aie vu pour ce qui est des décors, de la lumière, des plans… Mention spéciale également aux choix de narration. Choisir de faire trois petits films bien distincts plutôt que de nous servir les habituels « 3 ans plus tard… », c’est une trouvaille narrative de génie. Comme si finalement, notre vie était faite d’épisodes avec un début et une fin, reliés entre eux par un fil rouge qu’on déroule inconsciemment dans chacun.

Et Makoto Shinkai, le réalisateur, n’oublie pas de distiller avec finesse la symbolique traditionnelle japonaise. Les cerisiers en fleur, qui représentent à la fois la joie et la tristesse, le début et la fin de quelque chose… Évidemment le parallèle est grand avec cet amour adolescent, à peine naissant et déjà voué à dépérir, sous la neige bien sûr.

Mon seul regret dans ce film, la fin tonitruante avec une chanson atroce comme seuls les Japonais en ont le secret. Je n’irai pas jusqu’à dire que ça m’a tout gâché, faut pas exagérer, mais pfff… leurs effroyables goûts de chiottes en matière de musique me consterneront toujours. Et franchement, dans ce film on aurait pu s’en dispenser aisément.

Au fait…5 cm par seconde, c’est le temps que mettent les pétales de cerisiers pour tomber à terre.

6 Commentaires

  1. Superbe ! Tu dis ne pas t’y connaitre et pourtant, tu as parfaitement analysé le film… C’est ça le génie des japonais, ils savent toucher tout le monde !

    • @gpauline : merci :) Par contre je ne pense pas que tout le monde soit ouvert aux japanim de ce genre. C’est lent, contemplatif, plein de symboliques culturelles, les personnages tergiversent sans fin (retenue/discrétion japonaise) et à mon avis beaucoup y voient une absence de scénario ou un scénario cucul. Savent pas ce qu’ils ratent ! ;)
      Du coup maintenant va falloir que je regarde l’autre dont tu as parlé dans ton billet !

      • C’est vrai… Le printemps me cause des excès d’utopie, du coup je crois que tout le monde aime la japanime ;) L’autre anime est moins beau visuellement mais il est tout aussi symbolique. Et en plus, il sera adapté en série complète cet été, c’est t’y pas génial ça ?

  2. Je t’engagerai bien comme secrétaire particulière. Je serais milliardaire donc tu aurais un budget considérable et un salaire à la mesure. Tu regarderais des films, lirais des livres, couraillerais le monde à la recherche d’expositions, d’évènements, et tu caserais le meilleur dans mon emploi du temps surchargé… Pour gagner du temps, je regarderai les films dans mon jet privé en me rendant à une expo en japanie par exemple…

  3. C’est ça, l’avantage des rêves, on n’a pas besoin de l’approbation de qui que ce soit! ;-)

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :