Hidden River, John Davis – Exposition à l’hôtel Fontfreyde de Clermont-Ferrand

CAM00251En résidence photographique à Clermont en 2012, John Davis a choisi de suivre le cours de la Tiretaine, rivière méconnue qui traverse Clermont-Ferrand. Cachée en grande partie tout le long de son parcours dans la ville, celle-ci se laisse pourtant observer à certains endroits stratégiques. L’urbanisme envahissant a préféré recouvrir les flots plutôt que de les exposer au grand jour. La Tiretaine, métaphore humide et tumultueuse de l’âme humaine et de ses méandres inconnus.

J’avoue, j’étais assez dubitative en allant à cette exposition. La Tiretaine, je connais bien, j’habite à côté et ce que j’en retiens surtout, c’est l’odeur épouvantable qui s’en dégage en cas de fortes pluies ou de grosses chaleurs. En plus, je suis officiellement en zone inondable (je ne risque a priori pas grand-chose). Dans mon quartier, un petit parc très sympathique a été aménagé aux abords de la Tiretaine, témoignant de la volonté de réhabiliter ce cours d’eau que peu de gens connaissent ici. Mais globalement, les abords de la Tiretaine sont peu engageants, coulés au milieu des immeubles, de Michelin et du cimetière des Carmes. Qu’est-ce que John Davis a-t-il bien pu prendre en photo ? C’était sans compter le talent du photographe pour donner à la ville et ses constructions utilitaires une dimension fantastique, entre lignes de fuite et nuages menaçants. Perspectives incroyables, points de vue inédits, austérité imposante des bâtiments, j’ai découvert Clermont-Ferrand sous un jour totalement nouveau. Tomber en admiration béate devant les sites de Michelin, devant les fameuses pistes d’essai, je ne l’aurais jamais cru. J’ai également découvert des endroits que je ne connaissais pas, où la Tiretaine se dévoile aux regards et surtout, j’ai vu la Tiretaine s’engouffrer sous les bâtiments du siège de Michelin. Je passe à côté tous les jours sans avoir jamais deviné ce spectacle.

A découvrir également, un diaporama de photos tout aussi spectaculaires prises en Angleterre et une série de photos de plantes (prises à Clermont-Ferrand également) poussant dans l’asphalte. La nature qui reprend ses droits, fragile et obstinée, invincible.

Je ne saurais trop vous conseiller d’aller voir le site de John Davis, et pour mes lecteurs auvergnats, de courir voir cette expo, visible à l’hôtel Fontfreyde jusqu’au 15 septembre prochain. Dépaysement garanti et réflexion salutaire sur nos modes et nos lieux de vie.

Pour ceux que la Tiretaine passionne, allez faire un tour chez Eauvergnat, le spécialiste des lacs et rivières de la région. La Tiretaine de bout en bout et en photos, vous serez incollables.

John_davis_hidden_river

CAM00259

CAM00261

2 Commentaires

  1. Pingback: Le rasoir d’Ockham par Julien Nédélec, expo à la galerie In Extenso | The magic orange plastic bird said...

  2. Pingback: Du bon usage de la photographie – expo à la Chapelle de l’hôpital général | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :