Balade dans le Livradois-Forez, à Ambert et Olliergues – Le plan d’eau et l’île aux Crayons

Après la visite passionnante du Moulin Richard de Bas, direction Ambert pour déjeuner. Pas un choix délirant donc atterrissage Chez Gazon, snack-bar sans prétention, si ce n’est celle de proposer un menu à 12,50€ tout compris. Entrée, plat, fromage ou fromage blanc, dessert et eau en bouteille… oui en effet, ça vaut le coup de s’en vanter. Repas comme à la maison : melon, rôti de porc, frites, fromage blanc/confiture (ou fourme d’Ambert, what else?) et île flottante. Service avenant, patron sympathique… bref, rien à dire.

P1050213

Direction ensuite la mairie. The famous mairie ronde, unique en son genre. Je ne suis pas rentrée à l’intérieur, me contentant de déambuler sous les arcades et d’utiliser les toilettes publiques à disposition. Bien. Des toilettes « à la turque ». Bien, ça faisait longtemps tiens! Toujours cette peur de mettre un pied dans le trou ! Plouf ! Pas le pied mais mon smartphone a sauté de ma poche arrière directement dans le trou. Gloupgloup. Disparition totale. Argh. Ni une ni deux, n’écoutant que mon courage, j’ai plongé la main dans le trou à sa recherche. Il était là, prêt à s’élancer façon bobsleigh dans les égouts de la ville… surtout ne pas lâcher, extraire la chose délicatement, sans précipitation… et voilà la bête, toujours rose dans sa coque… J’ai rincé le tout à l’eau claire, soigneusement. Car en plus ce sont des toilettes qui se nettoient automatiquement quand on sort : la chasse d’eau est chargée en produit désinfectant bien abrasif. Un mal pour un bien, ça valait mieux qu’une eau dégueulasse pleine de pipi ou autres joyeusetés. Ma main a commencé à faire une drôle de réaction quelques minutes après… mais elle ne s’est finalement pas décomposée. Bref, séchage sommaire du téléphone, qui a fini par redémarrer pour replanter plus tard après une surchauffe de la batterie. Problème de carte SD, problème d’accéléromètre. Il va mieux maintenant mais j’ai quand même passé commande de son successeur. Ça va déboîter quelques poneys.

mairie2

(c) JDO merci :)

Donc après la mairie, direction la base de loisirs Val Dore. Petit plan d’eau très bien aménagé dont on peut faire le tour tranquillement tandis que les gamins et ados barbotent dans un étang dédié à la baignade (surveillée). Beaucoup de jeux pour les gosses, des pédalos, un circuit VTT, une buvette… le tout à côté de la gare et ses vieilles machines de collection. On se gare à l’aise, à la gare. Jolie vue sur le relief alentour. Bref, un endroit très sympa pour se détendre et/ou pour occuper les enfants.

P1050235

val_dore

Départ d’Ambert à 16h30 pour me rendre à la visite de l’île aux crayons à Olliergues, prévue à 17h. L’entrée se fait par une porte de garage qui donne directement… sur un garage encombré de fagots de bois mort. Au milieu, un sapin de Noël desséché. Ça ne m’inquiète pas outre mesure, si j’ai décidé de venir visiter cet atelier, c’est parce que j’ai sur mon bureau, au travail, un magnifique crayon quatre couleurs dans mon pot à crayons. Il vient de là, cadeau d’une collègue après une commande trop importante. Une branche d’osier un peu tordue qui écrit en technicolor, l’outil idéal pour écrire sur le papier à fleurs du Moulin Richard de Bas ! J’avais hâte de découvrir les secrets de fabrication…

P1050298

bois

Dans la pièce d’à côté, c’est la « boutique ». Des dizaines de crayons de toutes les couleurs présentés en fagots, et quelques bizarreries tarabiscotées, des crayons dont on se demande bien comment on va pouvoir les utiliser pour faire son coloriage… Des visiteurs sont déjà là et attendent le début de la visite, quand soudain, on entend tonner une grosse voix dans l’atelier à côté « Vous êtes bien silencieux ! ». Arrive alors une sorte de géant en salopette, le rire rocailleux en bandoulière et l’œil qui frise. Le contraste entre le personnage et sa production est saisissant… c’est donc lui qui fabrique des zolis crayons de couleur ? On le verrait plutôt, je sais pas, frigoriste, par exemple ! Ah ben tiens, c’est précisément ce qu’il était, avant. Avant de se faire remercier. Maintenant son truc c’est les randonnées dans les bois. Trois heures pour faire 200 mètres, le temps de dénicher les branches et les nœuds les plus sages ou les plus étranges qui finiront en crayons de couleur. Véritable personnage qu’on croirait tout droit sorti de l’imaginaire d’un Jean-Pierre Jeunet écolo ou d’un Michel Gondry campagnard, Patrick Tourre nous accueille dans son antre ou l’acier côtoie le bois, les souches, les posters de concerts de rock.

crayons_fabrication

Assis sur des bancs d’école disposés dans l’atelier, les visiteurs écoutent religieusement. C’est que c’est un métier, de faire du crayon ! À l’heure des appareils connectés où on peut passer des jours voire des semaines entières sans écrire quoi que ce soit, c’est un luxe que d’écrire avec pleins et déliés. Le choix des branches d’osier, de la mèche qui va les percer. L’encollage de la mine et son insertion dans la branche. Et la taille. C’est important la taille, non ? Parfois oui et dans le domaine des crayons, nous commettons tous, ou presque, des sacrilèges en utilisant de misérables taille-crayons de bureau. La mine a encore cassé ? Bien fait ! Un crayon se taille au couteau, sachez-le. Et je ne m’étendrai pas sur la question car Patrick a plus que développé la question sur ces pages. En plus il écrit bien, le bougre.

Explications techniques passionnantes sur la composition des mines de couleur ou de crayon « à papier » (qu’il ne fabrique pas lui-même), découverte des « ingrédients » bruts, goûté du doigt pour certains, palpés. Failli repartir avec le pot de poudre de bleu de cobalt, hypnotique. La photo ne rend pas justice à l’éclat de ce bleu qui m’a rappelé la fascination ressentie la première fois que j’ai vu une œuvre de Klein en vrai avec mes vrais yeux. Attention, ce n’est pas le même bleu mais quand même, ça y ressemble.

Explications techniques ponctuées de fulgurances poétiques et humoristiques. Un véritable spectacle, du théâtre presque. Et quand après les traditionnels crayons, viennent défiler sous nos yeux des créations fantastiques… crayons multitête, bestioles de bois au centre de gravité improbable. Et pourtant, elle tient debout ! Fascination collective…

P1050292

Impossible de repartir de là (après presque 2h de visite gratuite tout de même) sans quelques exemplaires de crayons. Crayon ou baguette ensorcelée ? Un bicolore rouge-orangé/marron en hommage à ma tenue du jour (et à ce blog), un bleu (évidemment) et un crayon à papier. Ça donne envie d’écrire. De dessiner. Et aussi de faire quelque chose de ses dix doigts (autre qu’un blog)… à creuser avant la rentrée…

branche

boutique

Je vous invite à lire la présentation de Patrick Tourre, sur son site. Là aussi il y a un texte de présentation fort bien écrit. Un peu perché le Patrick non ? Oui mais aussi les pieds bien ancrés dans ce territoire brut de décoffrage qu’est le Livradois-Forez. Très engagé dans la Route des Métiers, il m’a donné envie de pousser la porte de ces artisans et producteurs qui ont choisi de s’installer là, loin de presque tout mais au cœur d’une nature généreuse, autant que ses habitants.

Magnifique journée, terminée place de Jaude avec un spectacle de rue mais j’y reviendrai…

11 Commentaires

  1. Val

    Le vieux téléphone dans le trou, c’est un acte manqué pour accélérer l’arrivée du nouveau ? Tu as eu du bol qu’il ne s’enflamme pas.
    Et heureusement qu’on a maintenant quelques jours de recul : tu as donc gardé l’usage de ta main ;-)

    Chouette visite de l’île aux crayons. Je connais la boutique, mais je n’ai pas suivi la visite guidée. Une chose de plus à noter. Et je vais dorénavant sortir le couteau pour tailler certains crayons. Couteau de Thiers, cela va sans dire.

    Pour moi, Olliergues c’est l’atelier la Boule Dore : un très bon céramiste raku (Jean-Michel Barathon). Mais il vient de prendre sa retraite, on ne le verra plus sur les marchés de potiers et je suppose que l’atelier n’est plus ouvert.
    Par contre, il continue à travailler et à exposer. Il y a deux ans, il montrait des pièces inspirées par les micro-organismes à la BU sciences des Cézeaux (j’ai adoré). Et cette année au Palais de la découverte, excusez du peu !

    • @Val : je crois que j’en veux à ce téléphone, que j’ai expédié par terre chez le coiffeur samedi matin… ça lui a remis l’accéléromètre en place ceci dit… Oui j’ai eu peur qu’il prenne feu, heureusement la batterie était à plat.
      Je pense que tu adoreras la visite commentée de l’atelier… Pense à laisser un petit dessin au maître des lieux, il appréciera à coup sûr !
      J’ai regretté de ne pas avoir eu le temps de visiter Olliergues, ça a l’air plein de charme. Pas aventurée non plus dans les rues d’Ambert, pas assez préparée et pas envie de tourner en rond (autour de la mairie^^). Du coup, si tu veux qu’on y retourne ensemble c’est quand tu veux ! J’ai encore plein de choses à y découvrir (sans compter les ateliers ici ou là).

  2. Mum

    Y s’en passe dans cette vieille Auvergne : des géants fabriquent de drôles de crayons et des téléphones portables tentent de filer à l’anglaise ou plutôt à la turque !!

  3. Waooo… ça donne tellement envie! Le bleu a effectivement l’air de torcher sa race! Quand à ton téléphone, ça donne envie d’ajouter une paire de gants (ou au moins 1 gant) de caoutchouc à la panoplie de trucs à avoir partout avec soi! ;-)

  4. (du coup, j’ai pris toutesl es infos de cet atelier magique, au cas où je passe dans le coin un jour!)

    • @sdf de luxe : j’ai des gants en plastique dans ma voiture, des trucs que je récupère dans les stations service, mais j’en ai pas dans mon sac à main !!
      Et si tu passes dans ce coin plus que lointain pour toi, je t’y accompagnerai avec plaisir ! Je suis sûre que vous auriez beaucoup de choses à vous dire lui et toi :)

    • Et du coup…j’ai commandé le S4 en urgence.Tant pis pour le Fairphone :( J’aurais vraiment aimé participer à l’aventure !

  5. Pingback: Basculoscopia, spectacle de rue à Clermont-Ferrand (instameet) | The magic orange plastic bird said...

  6. Pingback: Capitaine 4 tu n’es pas de notre galaxy… | The magic orange plastic bird said...

  7. Pingback: Sketchcrawl à Clermont-Ferrand | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :