Festival international de théâtre de rue d’Aurillac 2013, jour 1

P1060310

C’était la première fois que je me rendais à ce festival niché dans les verdoyants reliefs du Cantal (et ça m’a rendue poète, c’est chouette). Le soleil était au rendez-vous, les coups qui vont avec également. Et cerise sur le gâteau, nous étions gracieusement hébergés (avec Jean-David, encore lui…) chez les parents de ma collègue Céline, où nous attendaient, outre une chambre et un petit déjeuner, plan de la ville, programmation officielle, bons plans et guidage dans les rues de la ville. ROY-AL. Grand merci à eux pour leur accueil et leur gentillesse !

Le temps de s’installer et de rejoindre le centre-ville avec la navette gratuite, il était plus de midi en ce premier jour officiel de festival. Repas pris au restaurant La Fontaine, plat du jour et dessert de qualité, service ultra-rapide et avenant, de quoi attaquer les spectacles avec appétit. Le programme « off » en poche après un passage à l’office de tourisme, l’heure du choix était arrivée et vu le nombre de représentations partout en ville… autant dire qu’on s’est lancés un peu au hasard, au gré des noms aguicheurs et des distances à parcourir avec nos pieds échauffés, déjà.

 Aurillac1

Direction le square de Vic pour assister à « Cendrillon mène le bal », par la compagnie Mine de Rien Genève. Sur « scène », une jeune fille, seule, pour une réinterprétation facétieuse du conte de Cendrillon. Enfin… seule… pas vraiment ! Pas moins de quatre personnes du public se sont retrouvé embarquées dans cette histoire rocambolesque, avec costume et tout, tandis que nous autres, assis par terre, avions le rôle de pigeons roucoulants. Un spectacle de 45 mn dynamique, drôle, participatif, aussi réjouissant pour les grands que pour les enfants… Une belle mise en jambes !

 Cendrillon

Interlude acrobatique Cours Monthyon avec la compagnie Isis et le Cirk’Isis. Des rebonds aériens sur un trampoline devant une foule compacte.

 P1060238

Direction ensuite l’école Jean-Baptiste Rames pour le spectacle « CabarHéHéHé » du CollectiHiHiHif. Passage obligé pour Jean-David qui les avait déjà vus l’an passé. Deux garçons et deux filles sur scène, pour 45 mn de numéros aussi déjantés que drôles.

 Cabarhéhéhé

Après ces barres de rire, un peu d’acrobatie aérienne, et de rire toujours, et d’un peu de poésie aussi, à la mairie d’Aurillac pour Mattatoio Sospeso, un couple d’Italiens évoluant à la verticale des bâtiments, pour un ballet aérien vertigineux, « Les amants du ciel ». De l’humour et de la poésie pour dissimuler une grande technique d’exécution… Bon, la mairie devra certainement racheter quelques géraniums et pétunias vu que les jardinières ont un peu souffert pendant la représentation mais ça les valait bien.

 Mattaoio Sospeso

Ensuite un peu de marche à pied pour rejoindre le parking Paul Doumer, intrigués par l’intitulé de la compagnie et du spectacle. La Ligue des utopistes non alignés présentait le « Dispositif inespéré de conférence motorisée et pliable ». Oulà ! Accueillis par un type en bleu de travail, l’ambiance était donnée. Le public se faisait engueuler pour laisser divaguer leurs gamins, ou pour pique-nique sauvage. Distribution de chapeaux en papier. Difficile de dire quand le spectacle a réellement commencé ! Peut-être quand cette mini-voiture a fait son entrée tonitruante ? Difficile également de décrire ce spectacle, fait d’inventions toutes plus impressionnantes et débiles les unes que les autres. Instruments de musique à base de tong ou de cuvette de toilettes, poêle à faire sauter les chips, aspirateur ou évier recyclés… Un bric-à-brac sans nom mais d’un potentiel comique infaillible. Le tout saupoudré de considérations philosophico-humoristiques hilarantes. Une heure de plaisir total ! Et en plus, ces joyeux drilles viennent du Limousin \o/

Ligue_des_utopistes

Une truffade gobée sur le pouce plus tard, retour à l’école ! La même que l’après-midi, pour le « No Sense cabaret » de la compagnie Bruitquicourt. Du burlesque musical assez inégal mais avec des passages très drôles. Pour tout dire, les températures étaient bien tombées, j’étais debout et la fatigue commençait à se faire sentir. Je n’étais peut-être pas dans les meilleures conditions pour apprécier ce dernier spectacle du jour.

No_sense_cabaret

Retour à la navette à 23h30, puis à la voiture, puis dodo ! Rebelote le lendemain matin avec le premier spectacle prévu à 9h30 ! A suivre ici…

20130821_212917

5 Commentaires

  1. Val

    Encore des découvertes ! Incroyable ton année 2013 ! Et elle n’est pas terminée…
    Rien à ajouter car pas de passage par Aurillac cette année. Juste une suggestion de restau pour le festival 2014 : la table des Matières (sympa et créatif. Réserver très à l’avance)…

  2. Annie GAUTHIER

    Merci pour ces commentaires très agréables à lire, qui changent du « Manuel Valls chahuté à Aurillac » qu’on peut lire partout depuis 2 jours. Sinon, dans le off du off, vous n’avez pas vu passer les Graoux par hasard?

    • @Annie : bonjour et bienvenue chez moi :) Et merci pour ce commentaire ! Alors Manuel Valls je vais en parler un tout p’tit peu dans la note suivante ;) Mais comme je ne l’ai pas croisé, ce sera bref !
      Et non, je n’ai pas vu les Graoux ! Enfin je ne crois pas !

  3. Pingback: Festival international de théâtre de rue d’Aurillac 2013, suite et fin | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :