How to make it in America

howtomakeitinamericaJe viens de terminer cette courte série de quatre fois quatre épisodes. Enfin pas tout à fait… lorsque j’ai voulu regarder la saison 2, j’ai pris le mauvais DVD dans le boîtier. J’ai pris machinalement celui de droite (comme un DVD normal) et j’ai donc zappé les quatre premiers épisodes de cette saison. Alors oui, au début je trouvais les situations bizarres, avec des protagonistes inconnus mais bon… ça arrive parfois qu’entre deux saisons les scénaristes intègrent une faille spatio-temporelle de quelques mois. Bref, a priori je n’ai pas loupé grand-chose puisque je n’ai eu aucun mal à suivre jusqu’à la fin. D’ailleurs, à la fin, c’est là que je me suis rendu compte de mon erreur. Oups. Et le pompon, c’est que ça finit en queue de poisson. Je te dis pas ma tête quand j’ai réalisé que le deuxième DVD du boîtier n’allait me servir à rien…

Bref. J’ai été déçue par cette série. Je rappelle que je n’y connais pas grand-chose et que je n’en regarde pas beaucoup, mais une série HBO qui parle de mecs qui créent leur marque de t-shirts à New-York, ça paraissait intéressant. Ben en fait non. Le pitch tient en deux lignes, Ben et Cam sont deux jeunes types fauchés qui veulent se faire un nom dans la mode, avec des jeans, puis des t-shirts et pour ça ils vont devoir ramer et trouver du fric. On tourne grave en rond dans cette série. On suit leurs pitoyables aventures, grotesques lorsqu’entre en jeu l’oncle de Cam, tout frais sorti de prison et truand de premier ordre. Parallèlement à ça on suit le parcours de l’ex de Ben, Rachel, sans qu’on comprenne bien le rapport entre les deux histoires.

Les personnages ne sont pas travaillés, ils sont insipides lorsqu’ils ne sont pas caricaturaux. L’intrigue se limite à « on veut se faire du fric et vite ». Du point de vue de la réalisation, il y a des bonnes choses, comme ces instantanés, ces photos genre Facebook, de soirées ou de rues prises sur le vif, qui viennent faire la transition entre deux séquences. La musique est extra. Quelqu’un qui intègre du M83 dans sa BO récolte quoi qu’il advienne toute ma reconnaissance. Bref, il y avait du potentiel mais il aurait d’abord fallu un scénario et des personnages forts. Pour les fans (et je sais qu’ils sont nombreux parmi vous…quoi ? Non ? Ah bon…), le merveilleux Pharrell Williams fait une brève apparition dans la saison 2. WTF ?

Je pense que pour me remettre de ça, je vais me replonger dans Six Feet Under, même si ce n’est pas la série la plus fun du monde, loin de là.

A noter que le même jour, j’ai bousillé mon t-shirt Remarque (klik pour voir) sur lequel il est fait mention de la série. Coïncidence ? Je ne crois pas. Enfin, bousillé… faut le dire vite. Je l’ai lavé avec un truc orange qui a déteint, du coup il est rose très pâle (même après re-lavage à la Javel). J’ai aussi bousillé mon tee préféré « Carpe that fucking diem », du coup j’ai repassé commande sur Society6. La vieille excuse pour prendre deux tees et une coque téléphone…

6 Commentaires

  1. Mum

    Encore une mise en abyme ? Des tees à ce prix bousillés !! Quand Mum faisait ta lessive tous les quinze jours 1) on avait le plaisir de ta visite 2) les tees étaient épargnés.

  2. MK

    J’ai regardé cette série il y a moment maintenant mais j’ai aussi été decu. Bon pitch mais franchement mal exploité.

    MK

  3. Maazz

    essaie le trempage dans du bicarbonate, en général c’est bien.

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :