Les Pépites de la culture en Auvergne – #3

Troisième édition des « Pépites » du Nouveau Monde… après deux précédentes sessions passionnantes qui ont vu défiler Riot House Production, les Cycles Victoires, la Table de Clémence ou Olivier Bernasson de pecheur.com (et tant d’autres que je ne vais pas citer), nous étions invités à entendre cinq nouvelles pépites de la réussite culturelle auvergnate dans la salle de projection de la Jetée (cœur battant du festival du court-métrage).

affiche

Premier à se présenter, Eric Fayet, co-fondateur de Bibliocratie. J’en ai déjà parlé vite fait lors de mon billet sur la conférence édition et numérique. Bibliocratie est une plate-forme qui permet à n’importe quel auteur de présenter son (futur) livre au public. Poésie, roman, essai… pas de comité de lecture, aucun manuscrit refusé, chacun peut proposer sa prose ! Il faut évidemment un nombre minimum de souscriptions pour que le bouquin soit imprimé mais la fabrication peut être lancée à partir de 50 exemplaires. De quoi donner sa chance à à peu près tout le monde. Il faut préciser que ce système n’a strictement rien à voir avec l’édition à compte d’auteur, qui a si mauvaise réputation (et pour cause). Chez Bibliocratie les auteurs déposent leur manuscrit gratuitement, le site se rémunère sur les souscriptions des internautes (10%), et les auteurs touchent… (accroche-toi à ta souris) 100% des droits d’auteur. Eric Fayet a précisé que si l’un de ces livres était un jour transposé à l’écran par Spielberg, il ne toucherait rien. Walou ! Belle abnégation, non ? Les livres sont imprimés en France dans trois imprimeries dont une en Auvergne. La différence avec une plate-forme comme Bookly (cf. Lucie Brasseur et mon billet sur la conférence), c’est qu’il n’est pas question ici de diffusion dans les réseaux traditionnels (si j’ai bien compris le principe). Les livres « achetés » en ligne sont reçus directement à domicile par les souscripteurs, et il y a une librairie en ligne sur le site, point barre. Evidemment ça limite la visibilité d’un ouvrage mais c’est un pied à l’étrier non négligeable. Et on en revient aux problèmes évoqués par Lucie Brasseur : si on n’a pas un réseau d’amis conséquent, difficile de trouver des souscripteurs à part en quémandant des RT sur Twitter comme je l’ai vu faire… Mais peu importe, Bibliocratie expédie ses livres aux quatre coins du monde et c’est d’ailleurs son ambition première « la conquête du monde ».

Deuxième intervenante à se présenter devant le public de la Jetée, Marie Paccou du film bricolé. Le festival du film bricolé c’est quoi ? C’est un festival qui a lieu à Billom, à quelques enjambées de Clermont, et qui propose au public des ateliers pour créer de petits films réalisés avec des bouts de ficelle. Le film d’animation peut s’envisager de façon très simple et très ludique, y compris pour des enfants. Et ça peut aussi être, en quatre minutes seulement, de petits bijoux de sensibilité. Marie nous a offert la projection de son film « Un jour », multi-primé, et pour paraphraser un grand philosophe auvergnat, Rodolphe C., la réaction du public a été « WOW ».

L’année dernière le festival a bénéficié d’un financement participatif via la plate-forme Ulule. Malheureusement pour 2014, c’est râpé, prochaine édition en 2015 ! En attendant, je vous invite à aller voir les travaux de Marie Paccou et d’Anne Bernardi (la parfaite maîtresse de cérémonie de ces Pépites) sur le blog de l’asso La Maison aux Mille Images ou sur leurs sites respectifs :

Marie Paccou

Anne Bernardi

Suivant à prendre le micro, Hervé Deffontis, responsable de la com’ à la Coopérative de Mai. Il remplaçait au pied levé Didier Veillault le directeur, retenu sur le Printemps de Bourges. Bon alors ceux qui me suivent depuis longtemps, aka mes lecteurs séculaires, savent que la Coopé et moi c’est une longue histoire d’amour. J’y ai vécu des soirées de concerts mémorables avec nombre de mes artistes préférés. La Coopé est sans contexte l’une des plus belles réussites clermontoises, et même auvergnates. La volonté politique associée à des compétences de haut vol dans le domaine musical… ça donne une salle plébiscitée par les artistes qui y sont passés, des résidences prestigieuses, une programmation ambitieuse et un catering trois étoiles (surtout depuis peu, coucou Clémence). Toutefois, Hervé a insisté sur le fait que rien n’était acquis, qu’il fallait toujours se battre avec les tourneurs pour imposer des premières parties locales et que c’était même de plus en plus difficile. C’est quand même un comble dans ce vivier extraordinaire qu’est l’Auvergne… Bon bref, dans l’actu de la Coopé, le festival Europavox début juin. Et pour rappel, petit tour de la maison lors des journées du patrimoine en septembre dernier !

pépites

Quatrième intervenant : Antoine Lopez, co-fondateur du festival du court-métrage, désormais à la retraite (depuis l’an dernier). C’est qu’il en a des trucs à raconter ! Et il a pas la langue dans sa poche ! Du ciné-club de ses années étudiantes au festival international, désormais 2e derrière celui de Cannes… il y en a eu du chemin. Le secret de la réussite :  « ne jamais imiter, inventer ». Antoine Lopez s’en fout des tapis rouges et des flashes qui crépitent sur des stars en carton. Et il a réussi, avec ses camarades, à imposer au public (et surtout aux politiques) une vision du cinéma exigeante, un genre méconnu (le court), et une organisation sobre et à l’échelle de la ville. Des 1 200 spectateurs de la première « semaine du court » aux 160 000 de d’édition 2014… ce n’est plus de la persuasion, c’est de l’éducation. Il est quand même franchement spectaculaire de voir des gens faire la queue plus d’une heure devant un amphi aux sièges inconfortables, pour voir des courts-métrages de réalisateurs inconnus au bataillon. C’est le résultat de toutes ces années de programmations soigneuses, ambitieuses, qui ont littéralement formé le public clermontois à ce genre délaissé (moins maintenant avec le web et l’animation numérique). Antoine Lopez a peur pour le festival dans le cadre d’un redécoupage régional ? Je suis pour ma part beaucoup moins inquiète tant que l’asso « Sauve qui peut le court-métrage » sera fidèle à ses valeurs. L’affiche du festival 2015 vient d’être dévoilée et c’est toute la ville qui se l’approprie. Merci M. Lopez d’avoir porté Clermont et le cinéma à un tel niveau d’exigence.

Enfin, cinquième pépite auvergnate pour refermer cette passionnante conférence : Mr Nô. Enfin… pépite auvergnate faut le dire vite ! Il est Creusois ! D’Aubusson ! Et comme moi il a migré vers Clermont pour ses études, de philo, et a finalement choisi la voie de la musique électro plutôt que le professorat. Excellente décision ! Mr Nô joue désormais pour les dancefloors les plus prestigieux, aux quatre coins de la planète. Pourtant on ne peut pas dire qu’il s’y soit pris de la meilleure manière, puisqu’il a d’abord contacté… la billetterie de la Coopé. Bon il est pas tombé loin, heureusement, c’était pas la bonne porte mais la bonne maison quand même. Maintenant il joue avec Jean-Charles de Castelbajac, créateur de mode qu’on ne présente plus. Ce dernier a même réalisé le logo du tout frais label « Plus », destiné à fédérer autour de Mr Nô la fine fleur de la scène électro. Le tout jeune Comausaure, 19 ans seulement, vient de rejoindre le label et de faire ses gammes devant le public du Printemps de Bourges, se payant le luxe d’un excellent papier dans les Inrocks. Clermont capitale du rock ? Hey ! C’est fini ça ! Clermont cœur battant de la création musicale française au sens large, rien de moins.

Un grand merci à la team d’Auvergne Nouveau Monde : Cédrine, Alexandra, Amélie, Sarah et Julien, ainsi qu’à Christophe et Gaël pour le soutien technique (du Wi-Fi qui marche du feu de dieu pour le live-tweet, on s’est bien fait plaisir !! ;)). Merci à tous ceux que je ne connais pas et qui ont œuvré pour que cette soirée soit une belle réussite (buffet y compris) !

Prochaine soirée Pépites du Nouveau Monde le 3 juillet prochain sur le thème de l’innovation. La liste des invités n’est pas encore dévoilée mais ce seront sans nul doute de nouvelles personnalités talentueuses qui viendront nous raconter leur parcours et leur réussite en Auvergne.

La conférence bientôt en replay sur vos écrans ! Stay tuned !

La conférence bientôt en replay sur vos écrans ! Stay tuned !

2 Commentaires

  1. Pingback: Garage Paradise – expo à la Tôlerie | The magic orange plastic bird said...

  2. Pingback: Tokyo – Marie-Sophie Leturcq | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :