Clermont-Ferrand, patrimoine et architecture par Arnaud Frich et Caroline Drillon

Assurément un document de référence que chaque Clermontois devrait avoir dans sa bibliothèque !

Pour inaugurer cette série « Esprit des lieux » #001 (j’aime l’ambition anticipatoire du nombre), les éditions Page Centrale ont choisi la capitale auvergnate, Clermont-Ferrand. Et pour nous conduire dans ce voyage dans le temps, les caves et les toits, Arnaud Frich à la photo et Caroline Drillon à la plume.

20140521_000724

Arnaud Frich, photographe professionnel, est tombé en amour avec Clermont et l’Auvergne voilà quelques années. De passage, il a décidé d’y poser ses valises et ses objectifs, pour notre plus grand bonheur. Les photos de cette ville que j’arpente chaque jour m’ont surprise autant qu’émerveillée. Arnaud Frich a su saisir des angles de vue insolites, des détails auxquels le citadin pressé ne fait plus attention, des lumières flatteuses sur ces bâtiments injustement accusés de noirceur, des perspectives extraordinaires sur les trésors de l’architecture clermontoise, qu’elle date du Moyen-Age ou de l’année dernière.

Caroline Drillon, journaliste et écrivain, nous embarque dans une machine à remonter le temps avec force détails et un trait d’humour savoureux. Les centaines de caves du plateau central, les fontaines déplacées au gré des siècles, la révélation (enfin !) du contenu de l’urne juchée à la pointe de l’obélisque… pardon ! De la « pyramide »… Je n’ai pas grandi à Clermont, l’obélisque en a toujours été un pour moi. J’ai appris avec stupéfaction que les flèches de la cathédrale n’étaient pas de la même taille. C’est que ça penche, par là-haut ! Je vais me rendre à la prochaine occasion à l’église Notre-Dame du Port afin de débusquer ce chapiteau montrant Adam en train de botter les fesses d’Eve. Au-delà des anecdotes insolites et croustillantes, c’est tout un patrimoine architectural qui nous est conté, presque jusqu’au vertige ! Les noms de rue défilent, ceux des hôtels particuliers aussi, et je me rends compte que je connais bien mal ma ville. Ouvrir les yeux, lever le nez, pousser les portes et reluquer à travers les grilles… voilà le secret !

A noter que ce superbe livre est bilingue français/anglais, et constitue de fait une vitrine inestimable pour la ville de Clermont-Ferrand auprès de ses visiteurs exotiques.

 20140521_000843

Apparemment le BAT du livre de Marielsa Niels est parti chez l’imprimeur… la prochaine publication des éditions Page Centrale est attendue de pied ferme ! Et ce sera donc en début d’été si tout roule !

Et comme chez Page Centrale on a choisi le format carré, à quand un volume consacré à la photomobile et à la célèbre appli photo qui fait (ça tombe bien) des photos carrées ? ;)

Bon et moi ma vue préférée de Clermont (pardon Arnaud Frich), ça reste quand même celle que j’ai de ma fenêtre. Un spectacle permanent, de jour comme de nuit, au soleil ou dans le brouillard. Clermont, cette pièce montée surmontée d’une cerise noire. Les flèches sont quasi-alignées. Quasi. A gauche, Notre-Dame du Port. Au milieu, la cathédrale. A droite, Saint-Eutrope. Et enfin tout à fait à droite, le puy de Dôme, pas vraiment de l’architecture mais un sacré monument. What else ?

20140511_210403

11 mai 2014

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :