Caricaturistes : fantassins de la démocratie

caricaturistes_hollandePivot de ce documentaire passionnant, le dessinateur Plantu nous emmène faire un tour du monde des dessinateurs de presse. Douze dessinateurs, de la Chine au Venezuela, en passant par Israël ou la Côte d’Ivoire, nous livrent leur vision du monde et surtout de leur liberté d’expression. Attention, les dessinateurs présentés dans ce film ne sont pas forcément ceux de la conférence Cartooning for peace de 2006 organisée à l’ONU et dont Plantu est à l’origine, mais peu importe, ils ont tous des choses à dire. Parce qu’un dessin, ça parle. Ça parle même tellement que parfois, le pouvoir en place voudrait bien les faire taire. Ça parle aussi à ceux qui ne savent pas lire car oui, confits que nous sommes dans notre « infobésité », on oublie parfois que certaines populations ne peuvent s’informer comme nous. Le dessin de presse est un genre que j’admire particulièrement : intelligence, culture, humour, concision, qualité du trait et de la caricature, rapidité d’exécution… beaucoup de qualités à réunir en une seule personne pour taper là où ça fait mal.

J’ai découvert avec stupéfaction qu’un dessinateur chinois produisait des films d’animation très critiques voire très violents sur l’actualité de son pays. Il a même pris parti, à sa façon, pour l’artiste Ai Wei Wei. Même s’il est conscient de certaines limites à ne pas dépasser, il semble relativement serein dans ses activités. Autre découverte, consternante celle-là, au Venezuela il faut donner son nom et son numéro d’identité à la caisse du supermarché quand on achète une tranche de pastèque. Le lot quotidien de cette dessinatrice qui reçoit des lettres de menaces, mais aussi, et heureusement, des lettres de soutien du monde entier. Et quand Chavez a interdit de dessiner la tête du président (la sienne), il a fallu trouver d’autres moyens de représenter le pouvoir. De quoi stimuler la créativité des dessinateurs de presse, finalement. Pas facile tous les jours pour ces observateurs de l’actualité, qui nous livrent chaque jour une vision critique des événements. Accusés successivement d’être antisémites, antimusulmans, anti-chrétiens, anti-tout, les dessinateurs encaissent en sachant très bien que si ça réagit, c’est que le boulot a été bien fait. Le consensus ne sert à rien. Notez que même dans nos pays démocratiques, les dirigeants politiques ne se gênent pas pour passer un coup de fil aux directeurs de journaux pour les engueuler quand un dessin leur déplaît. Il faut, plus que jamais, préserver la liberté d’expression et (ce n’était pas dans le film) garder à l’esprit que nos grands journaux (et médias) sont aux mains de financeurs privés et que la dérive n’est jamais bien loin.

Voilà un beau documentaire réunissant des personnalités attachantes et résolument optimistes même si sur leurs gardes en permanence. Si, comme à moi, ça vous avait échappé, allez-y pour voir Arafat dessiner un petit drapeau israélien à côté du drapeau palestinien et signer la feuille, puis Shimon Peres signer à son tour sous l’œil de Plantu. Ça donne envie d’espérer qu’avec quelques feutres et crayons de couleurs, on pourrait peut-être faire avancer les choses. Ouais, c’est un peu naïf (cucul ?) mais c’est pas grave.

Tiens ben ils ont fait plusieurs affiches :)

Caricaturistes_sarko

caricaturistes_poutine

caricaturistes_GWBush

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :