Le Petit monstre du noir

Oui, je lis des livres pour enfants si je veux. Peut-être que j’ai peur du noir ? Ou des monstres ? Va savoir…

Non en fait j’ai enfin récupéré mon exemplaire de ce joli conte pour enfants, suite à une souscription sur le site Ulule. Faut que je te refasse un topo sur Ulule ? Bon, vite fait alors… Les gens déposent des projets sur le site (validés par Ulule bien sûr), afin de trouver un financement pour se lancer. Les gens donnent ce qu’ils veulent et peuvent demander des contreparties en échange de leur don. Voilà.

La Poule qui Pond est une petite maison d’édition jeunesse qui vient tout juste de voir le jour à Clermont. Son fondateur, Valentin Mathé, m’a proposé de me remettre le livre en mains propres, ce qui évidemment était l’occasion idéale pour en apprendre plus sur la naissance de l’entreprise et les projets en cours.

poule-qui-pond

Mais le livre, d’abord. Le Petit monstre du noir est donc le premier  volume d’une collection qui devrait s’agrandir très vite. Les illustrations sont de Blandine Rivière, et les textes de … Valentin en personne. J’avoue que j’ai participé au projet car je souhaitais encourager une maison d’édition. C’est bien l’édition. Les livres, tout ça… Et jeunesse en plus. Je ne m’attendais pas à prendre autant de plaisir à lire ce Petit monstre du noir. C’est l’histoire d’une petite fille dont la chambre est envahie par des personnages effrayants. Bien sûr elle ne les voit pas mais elle en a peur. Jusqu’au jour où un petit monstre poilu se manifeste. Il a encore plus peur qu’elle… mais du gros monstre du placard. Ensemble, en viendront-ils à bout ? La mise en page de ce petit livre est magnifique. Les illustrations répondent aux textes et vice-versa. Ces derniers sont intelligemment mis en forme de telle sorte qu’on vit l’histoire, qu’on a envie de la lire à voix haute avec enthousiasme. Beaucoup d’humour aussi, et l’utilisation du mot « sapristi », qui me ravit. Sur le fond… difficile de me mettre à la place d’un enfant mais il me semble que l’histoire est astucieuse et permet de dédramatiser une éventuelle peur du noir et du dodo.

monstre2

Une belle réussite donc que ce premier opus. L’objectif est d’atteindre cinq volumes d’ici Noël prochain. Le second est en cours de financement sur la plate-forme Ulule et… il n’a pas de titre ! Donc en plus de donner des sous, vous pouvez faire des propositions à l’auteur, Alexandre Gimbel. Une sombre histoire de voleur de chaussettes, lui aussi assez poilu, qui risque fort d’être poilante également… Autre projet en cours à base de monstre, Petit ogre veut un chien, illustré par Fabienne Cinquin, pointure clermontoise de l’illustration jeunesse, et écrit par Agnès de Lestrade. Ce livre sera adapté à la lecture des enfants dyslexiques. Un beau projet, utile et engagé !

Je vous encourage donc à soutenir les deux projets ci-dessus en cliquant sur les liens Ulule et en précommandant. Si vous voulez vous procurer Le Petit monstre du noir, deux solutions : la commande en ligne ou les librairies partenaires. J’ai été agréablement surprise d’entendre que certaines grandes surfaces étaient enthousiastes pour mettre en rayon un premier livre d’une maison d’édition tout juste sortie de l’œuf. Ce qui m’enthousiasme moins, ce sont les coûts d’impression pratiqués en France et qui obligent à aller imprimer en Belgique pour trois à quatre fois moins cher. Vraiment dommage mais compréhensible.

Je remercie Valentin pour cette rencontre, ce joli livre, les goodies sympas et la dédicace. Ah oui au fait, ma souscription Ulule m’a permis d’avoir mon nom au générique de fin ;) Ce qui sera aussi le cas d’un autre bouquin dont je vais vous parler bientôt !

Pour ceux qui sont dispos et qui ont des enfants sous la main, ne ratez pas la séance de ciné-goûter aux Ambiances mercredi 9 juillet. Films, ateliers et lecture au programme ! (et goûter, aussi).

monstre

3 Commentaires

  1. Roux Nathalie

    Bonjour,
    Je suis séduite par votre premier opus.
    Pourrait on se rencontrer pour discuter d’un éventuel projet d’édition pour enfants à partir des collections du musée d’art Roger-Quilliot? Si vous êtes intéressée, merci de m’appeler au 04 73 16 ** ** (masqué par Ghislaine mais transmis derechef à la personne concernée !).
    Nathalie Roux, directrice du MARQ Clermont-Ferrand.

  2. Pingback: Thibault Prugne | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :