Sketchcrawl à Clermont-Ferrand

Après avoir testé l’humiliation publique en stage d’improvisation théâtrale, puis en atelier photo argentique, j’ai testé pour vous le sketchcrawl urbain, ce qui constitue officiellement mon premier « défi de Gigy », lancé par Val qui ne recule devant aucune provocation à mon encontre.

Mais c’est quoi un sketchcrawl ? Ce sont des dessinateurs amateurs (ou pas) qui se retrouvent pour une journée (ou une après-midi) de dessins. Et c’est… MONDIAL ! Ce qui veut dire que tout autour de la planète, en ce 12 juillet 2014, ça dessinait sec en Nouvelle-Zélande, en Corée du Sud, à Lausanne, à Montpellier et donc à Clermont-Ferrand aussi, y a pas d’raison. Toutes les contributions ainsi que les résumés en images de cette journée sont visibles sur le forum officiel, que je vous invite à consulter pour un tour du monde en sourires et en dessins de toutes sortes (clik !).

Rendez-vous était donné à 14h au Pavillon Lecoq. J’avais préalablement taillé les quelques crayons que j’avais exhumés de mes tiroirs, ainsi que les deux crayons de L’île aux crayons d’Olliergues. Petite page de pub à l’attention des scribouilleurs de tout poil qui passeront par-là : je vous invite fortement à aller faire connaissance avec le géant malicieux d’Olliergues, qui fabrique ces jolis crayons de façon totalement artisanale avec ses énormes paluches. Ça vaut vraiment le détour ! Bref. Forte de deux nuances de vert, deux nuances de marron, deux de bleu, un jaune, un violet et un crayon à papier… j’ai décidé d’investir, au diable l’avarice, dans une palette un peu plus large à 1,25€ chez Hema. Je savais qu’à ce prix-là ça n’allait pas casser des briques mais je ne pensais pas que ça allait me bousiller mon carnet. La mine est très dure, ce qui est bien pour faire un hachuré bien propre et des détails mais je préfère quand même les Faber-Castell de mon enfance, plus gras, et les crayons d’Olliergues, bien gras.

préparatifs

Bref. Donc rendez-vous à 14h. Et ben y avait du monde ! Une quinzaine de personnes avait répondu à l’appel de Richard, dont Val bien sûr, et Sophie, alias Agou, que je suis fière d’avoir convaincue de nous rejoindre  (j’en avais parlé à l’occasion des Arts en balade). Je pensais naïvement que dans le petit microcosme des dessinateurs clermontois tout le monde se connaissait, et bien non ! J’étais donc particulièrement ravie de voir Richard et Tazab s’extasier sur les carnets de Sophie (clik et va voir son lac Servières). Tazab ? Mais siiiii ! Je t’en ai déjà parlé à l’occasion du vernissage de l’expo estivale au Conseil général, où je l’avais rencontré. Il avait prévenu qu’il ne pourrait pas être des nôtres pour le sketchcrawl  et puis finalement il nous a fait la surprise de passer avant son départ en vacances.

14h et des brouettes, les présentations faites et un café englouti… il était temps de s’aventurer dans les allées du jardin Lecoq à la recherche de quelque chose à croquer. Richard ayant fait une fixation sur une sculpture, nous sommes quelques-uns à l’avoir suivi dans cette direction. Hors de question pour moi de me lancer dans le croquis de ces bestioles ! Je me suis isolée et ai opté pour un plan large du parc, pensant que les arbres allaient être mes amis. Ben non. C’est nul les arbres. Ça a plein de nuances de vert, des tas de feuilles à la con… Sous ses airs échevelés, la nature est d’une sournoise complexité. Il faut noter que j’étais la seule avec des crayons de couleur (à part Val qui exceptionnellement en avait apporté par solidarité avec ma pomme). La plupart de ceux que j’ai vus travailler utilisent de l’encre noire (plume, feutre…) et ensuite (pas obligatoire) de l’aquarelle pour les couleurs.

lecoq

Choix des couleurs, maîtrise des perspectives… j’ai décroché mon sésame pour la grande section de maternelle \o/

Pendant ce temps à la fontaine des faunes... ça envoie du lourd chez Sophie !

Pendant ce temps à la fontaine des faunes… ça envoie du lourd chez Sophie !

Avec Tazab en guest à gauche, que je remercie pour n'avoir fait aucun commentaire sur mon premier dessin

Avec Tazab en inspecteur des travaux finis à gauche, que je remercie pour n’avoir fait aucun commentaire sur mon premier dessin, même si j’ai pu furtivement lire dans son regard l’expression de sa profonde consternation. Buste de Lecoq croqué par Olivier.

Val et moi avons laissé certains en tête à tête avec le buste de M. Lecoq (dont Sophie, dont j’ai perdu la trace ensuite) pour traîner du côté du bassin et du Pavillon.

Tout y est. Je suis irréprochable.

Tout y est. Je suis irréprochable.

J’ai un peu moins souffert avec un élément architectural aux caractéristiques fortes mais le résultat n’est pas glorieux pour autant. C’est alors que la pluie s’est remise à tomber et que les quelques rescapés se sont retrouvés de nouveau à la terrasse du bar. « Fais voir », « Qu’est-ce que t’as fait ? »… un premier bilan de ce début d’après-midi complété par des débats techniques qui me sont passés au-dessus de la tête. Je retiendrai ce benchmark de boîtes d’aquarelle à base de surface utile pour les mélanges, de poids et d’encombrement. Pour le reste… stylo, plume Sergent-Major, feutre, crayon-mine anti-casse, outil pour estomper, carnet Moleskine à l’italienne ou pas, grammage, carnet fait maison pour les plus psychopathes… à chacun sa technique et ses outils. Ces rencontres sont aussi l’occasion de comparer, d’échanger et de partager les bons plans et les bonnes adresses pour les fournitures. Elles sont aussi l’occasion de raconter quelques expériences dessinatoires plus ou moins heureuses, avec notamment cette anecdote très drôle de Richard au sujet du MARQ, et qu’il a couchée sur le papier. On ignore trop souvent le pouvoir de nuisance d’une gomme. Allez lire vous-même ici !

aquarelle

Dernière ligne droite de ce sketchcrawl dans la rue Abbé Girard où les derniers participants sont tombés en arrêt devant une maison bourgeoise ornée d’une statue de Jeanne d’Arc et de fresques colorées. J’ai pour ma part opté pour une vue de la rue, pour ne pas que Jeanne finisse avec la tête à Toto. Il semblerait que la nature ne soit pas la seule à être difficile à capturer. Les perspectives urbaines aussi ! Raaah ! Je trouve extrêmement frustrant que ma main ne soit pas capable de reproduire ce que mon œil perçoit. Je me demande si je ne devrais pas d’abord travailler à partir de photos pour m’habituer aux perspectives, aux proportions et aux volumes. Ou laisser tomber le dessin. Ouais. Je vais faire ça.

Rue Abbé Girard : allégorie.

Rue Abbé Girard : allégorie.

Difficile de passer inaperçus avec des sketchcrawlers...

Difficile de passer inaperçus avec des sketchcrawlers… Je n’ai pas le prénom du jeune homme qui a réalisé le dessin à droite. Qu’il se manifeste !

Néanmoins, je suis ravie d’avoir participé à cette après-midi. J’ai rencontré des gens extrêmement sympathiques, drôles et partageurs, merci à eux ! Dessiner en public est également créateur d’interactions avec les passants, qui pour certains osent s’arrêter pour observer. J’ai beaucoup aimé découvrir les différentes interprétations des sujets croqués. Les faunes un peu plus malicieux ici, un Lecoq plus renfrogné par-là, une Jeanne d’Arc moins guerrière… J’envie ce pouvoir d’interprétation que donne le dessin, comparé à la photo.

En haut à gauche : Val. En bas : ?? (s'il passe par là, je rajoute son prénom illico !) A droite : Richard en action.

En haut à gauche : Val.
En bas : ?? (s’il passe par là, je rajoute son prénom illico !)
A droite : Richard en action.

 L’affluence assez inattendue ainsi que la présence de « nouveaux » (je ne parle pas de moi, mais de gens qui dessinent pour de vrai) va manifestement inciter nos sketchers clermontois à organiser d’autres petites rencontres de ce genre très bientôt. Je me ferai un plaisir de relayer les prochaines dates, en espérant que ça tente certains d’entre vous !

En attendant… je laisse Val décider de la validation de ce premier Défi de Gigy…

Pendant que les autres fignolaient leur Jeanne d'Arc, je m'instruisais sur les murs de Clermont...

Pendant que les autres fignolaient leur Jeanne d’Arc, je m’instruisais sur les murs de Clermont…

12 Commentaires

  1. Mais c’est génial, ça, je ne connaissais pas le nom, ni que c’était mondial!
    (Tu es dure avec toi même, aussi)

    :)

  2. Très sympa ton article,j’ai bien rigolé, au plaisir de te revoir avec tes crayons couleur de compet …

    • @ricardô : merci ;) Et merci pour cette après-midi bien sympa, j’ai vraiment apprécié découvrir cet univers inconnu pour moi (je parle pas du jardin Lecoq, que je connais bien). Je pense que si je retente l’expérience, j’essaierai une nouvelle technique (les crayons c’est nul, les miens surtout).

  3. Merci pour cet article et pour les liens! :) Apparemment je vous ai perdu sur la fin, pas grave, j’ai été pas mal inspirée :) Je te mets le lien vers ma production de ce premier Sketch Crawl, et encore merci d’avoir passé le mot!
    http://www.sophienavas.fr/blog/2014/07/mon-premier-sketch-crawl-a-clermont-ferrand/

  4. Val

    Si j’en crois tout ce que j’ai lu ou entendu, ta prestation pendant et après le sketchcrawl a été fort appréciée : je me rallie donc à l’avis général et je déclare que le premier défi de Gigy est validé !
    J’ai bien un peu hésité à renvoyer la décision pour que tu re-présentes ton dossier l’année prochaine… (pour que tu m’accompagnes de nouveau)

    J’ai regardé les dates des précédents sketchcrawls d’automne, et à mon avis, le prochain sera le 18 octobre. Interdit de prévoir de randonner ce samedi là !!! (et ceux qui l’entourent).
    Mais on espère que cette fois, on arrivera à se faire un sketchcrawl clermontois complémentaire, avant l’officiel. Qui pourrait d’ailleurs être hors Clermont : je suis sûre que tu as plein d’idées.

    La prochaine fois, promis, je te passe mes aquarelles. Et on a tout l’été pour s’entraîner !

    • @Val : mes dessins au patrimoine de l’Unesco l’an prochain ? C’est trop d’honneur ! ;)
      Pour du crawlage hors Clermont, évidemment que les idées ne manquent pas : Montpeyroux (hein ? ;)), Randan, Vichy…
      Et oui, il faudrait que je trouve une technique autre que les crayons (et que je me paye des cours).
      Merci pour cette validation ! Ouf !

  5. Mais c’est que je sens comme une ébauche d’accroche avec le dessin dans ce récit?
    Merci et à bientôt!

  6. Pingback: Il faut aller voir… Nans et Mouts à poil | The magic orange plastic bird said...

  7. Pingback: Les Arts en balade – 2015 | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :