Un bien Biau Jardin !

Il y a… oulà !… presque un an de ça, je vous avais parlé des projets proposés par la plate-forme Ulule et Auvergne Nouveau Monde. Ceux auxquels j’ai participé ont tous bouclé leur financement et petit à petit, les box et les livres sont sortis. Ne manquait que le tracteur ! Le Biau Jardin avait fait appel à la plate-forme de crowdfunding pour le financer. Son inauguration a eu lieu le 26 septembre dernier !

A cette occasion, le Biau Jardin avait convié les souscripteurs à une grande fête, sur l’exploitation à proximité de Gerzat. Au programme : visite guidée, buffet campagnard et concert des Zycomatiks sous la serre !

fleurs

Chat trop mignon (et bio) qui m'a fait plein de câlins. Et trou dans la serre... en forme de chat ^^ (coïncidence?)

Chat trop mignon (et bio) qui m’a fait plein de câlins. Et trou dans la serre… en forme de chat ^^ (coïncidence?)

C’est accompagnée de Gilles Lèbre, gérant du Biau Jardin, que la vingtaine de personnes présente s’est rendue sur une parcelle cultivée. Un peu d’histoire pour commencer… tout a débuté du côté de Riom en 1997, avant que la tempête de 1999 ne dévaste tout et qu’il faille reconstruire ailleurs, à Gerzat.

gilles_lebre

Le Biau Jardin n’est pas seulement une exploitation agricole bio. C’est avant tout une entreprise d’insertion qui accueille des salariés en difficulté et fonctionne grâce à des dizaines de bénévoles, notamment pour tenir les points relais pour la distribution des paniers. Vingt personnes travaillent sur l’exploitation, dont neuf en insertion. Par ailleurs, le Biau Jardin est une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif) de 180 associés dont des collectivités comme Clermont Co par exemple. Comme beaucoup d’AMAP, le Biau Jardin fonctionne par abonnement à des paniers (environ 900 adhérents à ce jour). Sans ce système, qui garantit de pouvoir écouler la production en plus de faire rentrer l’argent de manière régulière, le Biau Jardin serait probablement obligé de renoncer à ses beaux idéaux. Les canaux de distribution traditionnels sont trop peu fiables pour qu’ils ne comptent que sur eux. Pour ma part, et Gilles Lèbre est conscient du problème, je ne peux pas m’engager sur un panier hebdomadaire. Je m’en étais déjà expliquée lorsque j’avais parlé du Panier Paysan. Le panier régulier, c’est s’aliéner à sa cuisine, renoncer aux restaurants et à toute spontanéité dans son alimentation… et vous qui me lisez depuis longtemps, vous savez que mon agenda (rappel, disponible ici (fin de la pause pub)) est difficilement compatible avec une présence en cuisine quotidienne. Bref, c’est un peu pour ça que j’ai participé à l’achat du tracteur, n’étant pas en mesure « d’aider » le Biau Jardin comme il le faudrait alors que je considère cette entreprise comme un modèle du genre, et parfaitement indispensable dans le paysage économique.

choux

Après la petite, ou plutôt longue, page d’histoire économique et sociale, un peu d’agronomie ! Le bio, sur 14 ha, ça ne s’improvise pas ! Rotation des cultures, jachère, entretien d’un écosystème riche, adaptation à une terre argileuse récalcitrante… Gilles Lèbre s’inspire bien sûr des expériences menées ici ou là mais rien ne vaut l’observation au fil des saisons. Cette terre spéciale, ce climat rude… des années d’expérience pour tenter d’optimiser les productions. Notez que le Biau Jardin est labellisé Nature et Progrès, l’un des labels les plus exigeants. J’ai particulièrement aimé la référence aux haies, oiseaux et insectes, qui ravissent les promeneurs de passage en plus de contribuer à la bonne santé des cultures. A cette époque de l’année, nous avons pu contempler des rangées interminables de courges, de choux, de panais…

groupe_gilles

cultures

Ce qui ne gâche rien, c’est que le Biau Jardin a une vue imprenable sur la chaîne des Puys, et que ce soir-là, une vingtaine de montgolfières se sont élancées au-dessus des volcans à l’occasion d’un événement spécial dans le cadre de la candidature à l’Unesco. Une balade potagère dans le soleil couchant des plus agréables, avant de rejoindre les serres pour la suite de la soirée.

sunset

serres

Mais avant la fête, le tracteur ! On était là pour ça quand même ! Donc on a vu un beau tracteur, neuf, mais ce n’était pas celui pour lequel on avait donné des sous. Malheureusement, suite à un incendie, le Biau Jardin a dû investir en urgence cet été. Le tracteur Ulule sera commandé en novembre mais comme ce n’est pas le mois le plus sexy pour faire la fiesta dans les serres… ils ont un peu anticipé et ils ont eu raison !

tracteur

Nous avons « signé » une plaque qui sera apposée sur le « vrai » tracteur avant de rejoindre le buffet dressé dans les serres devant les Zycomatiks. Légumes à tremper dans des sauces, toasts, fromage, cakes, raisin, jus de fruit et vin étaient au menu de ce buffet convivial et bio, bien sûr. Les Zycomatiks ont enchanté le public, appelé à participer sur de nombreuses chansons, avec leurs textes drôles et engagés.

buffet

Un grand merci au  Biau Jardin pour cette belle soirée, et surtout pour son engagement admirable pour une agriculture respectueuse de l’environnement et pour une économie sociale et collaborative.

Pour aller plus loin, voici une interview de Gilles Lèbre qui explique le fonctionnement de la SCIC.

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :