Rencontres volcaniques à Volvic pour les Journées Européennes du Patrimoine

Les choix sont toujours cornéliens lors de ces fameuses journées du patrimoine : beaucoup de choix, un emploi du temps serré… Pour la journée de samedi, j’ai groupé deux rencontres d’artistes à Volvic. Je vous ai déjà parlé des deux : Jacques Serre lors de ma visite du musée Sahut en juillet, et Thierry Courtadon, que je n’ai plus besoin de présenter. Rencontré à l’occasion de son expo au Conseil général, il m’avait expliqué qu’il n’ouvrait pas son atelier au grand public, que c’était trop compliqué et ça se comprend ! Donc quelle ne fut pas ma joie lorsque j’ai vu que l’atelier serait ouvert pour les Journées du Patrimoine.

lave

Direction Volvic-gare, à quelques kilomètres de Volvic, pour découvrir enfin les secrets de fabrication des sculptures de lave. La visite a commencé avec M. Courtadon-père ! L’atelier n’étant pas en activité le week-end, il a mis certaines machines en route afin de nous montrer comment on découpe en tranches les gros blocs de pierre. Câble recouvert de diamant, scie circulaire, le tout inondé d’eau pour éviter la poussière… Impressionnantes machines nécessaires avant le travail à la main. A noter que l’eau n’est pas récupérée ou recyclée, enfin si, elle repart tout simplement dans le sol pour alimenter l’impluvium des eaux de Volvic. Une fois découpée, la pierre entre dans l’atelier où des outils traditionnels prennent la relève : maillets, ciseaux… et huile de coude ! L’atelier n’est pas fermé, ouvert à tous les vents et je l’ai rebaptisé « Pompéi ». Tout y est recouvert d’une fine poussière grise, raison pour laquelle il ne faut pas qu’il soit fermé sinon ce serait irrespirable. En cours de réalisation, des chapiteaux, des formes étranges… la pierre de Volvic continue d’habiller nos plus beaux monuments tout en s’affranchissant de ses usages traditionnels.

pierres

pompei

outils

Puis nous avons retrouvé Karine, au milieu de ses Kubes. Motifs personnels, humoristiques ou commandes spéciales pour des prix et récompenses… Un partenariat local prestigieux est en cours mais chut ! Work in progress ! ;) Bon et je peux le dire maintenant, y a prescription… j’en ai un dans mon salon, offert pendant l’expo au Conseil général !

karine

kube

Enfin, Thierry a levé un bout de voile sur un projet pharaonique. Il travaille sur des dizaines de sculptures originales qui seront exposées à Paris l’an prochain, dans un lieu prestigieux. Difficile d’en dire plus pour le moment, les arrangements sont en cours, mais le boulot a bel et bien commencé à l’atelier et ça promet d’envoyer du lourd, au sens propre comme au figuré ! J’espère pouvoir monter à la capitale pour voir ça de mes yeux !

thierry

La visite s’est terminée par un passage dans une sorte de showroom dans lequel toutes les sculptures sont stockées. Beaucoup étaient exposées au Conseil général l’an passé. Grosses frayeurs en voyant les visiteurs slalomer entre les œuvres, un gamin échapper son ballon… J’ai appris que la fameuse œuvre que j’avais eu la chance de photographier à la maison de site du puy de Dôme n’était en place que depuis trois jours avant d’être cassée par des gros boulets. Nous avons pu observer le morceau cassé de l’oeuvre monumentale du centre commercial Leclerc de Riom (vraisemblablement des jets de bouteilles… no comment), ainsi que son remplaçant, flambant neuf et en attente de déménagement.

cassée

courtadon_PDD

Collector…

Bref, une visite passionnante ! Un grand merci à la famille Courtadon pour l’accueil et j’espère à très bientôt pour de beaux projets !

empreinte

Au musée Sahut de Volvic, Val et moi attendions de pied ferme de rencontrer Jacques Serre, sémillant octogénaire auteur de laves émaillées superbes et aux titres parfaitement décalés et humoristiques. Il est arrivé un peu en retard, à cause de la sieste ! On lui pardonne aisément. J’ai laissé Val s’entretenir avec lui sur la technique. Toutes ces histoires de cuisson me dépassent totalement. Val s’échine à m’expliquer toutes sortes de techniques de gravure, poterie et autres émaillages mais tant que je n’aurai pas vu faire de mes yeux, ça ne rentrera pas dans mes deux neurones. Pour ma part je lui ai demandé si les titres lui venaient a posteriori où s’ils guidaient le processus créatif. Ça lui vient après, en contemplant le résultat. Jacques Serre est également revenu sur sa carrière de potier, un classeur de photos étant à disposition dans l’exposition. Passion et créativité inépuisables ont guidé tout au long de sa vie ce grand monsieur que je suis ravie d’avoir rencontré. Merci à lui pour sa gentillesse et sa disponibilité.

jacques_serre

faience

livre_or_serre

Un commentaire

  1. Pingback: Thierry Courtadon est allé se faire voir à Paris | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :