Séance I1 – Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand

Une séance internationale plutôt intéressante, dans une grande salle du Capitole complète.

 

(4) Sthorzina

Serbie. Deux gamins mènent leur petit trafic de clopes grâce à un bateau télécommandé et quand ils ont un moment, s’affrontent sur un jeu vidéo guerrier. L’un interroge son grand-père sur la guerre, la vraie, pas si loin. L’autre se prend des trempes par son commissaire de père, jusqu’au jour où il met la main sur un pistolet. Un film fort sur l’enfance et la persistance des horreurs de la guerre, malgré le temps qui passe et les générations qui se renouvellent.

 

(5) Makkhi (La mouche)

J’ai eu, pendant les 30 mn de ce film, l’impression d’avoir absorbé une drogue puissante. Premièrement, l’image était dégueulasse. Mais vraiment. De l’ultra basse déf qui brouillait les visages et effaçait l’intégralité des textes des génériques. Ensuite, l’histoire totalement décalée aurait pu être vraiment drôle si la mise en scène avait été à la hauteur. C’était lénifiant et j’ai fini par m’endormir à la fin. C’est l’histoire de deux tueurs de mouches professionnels, qui éradiquent les insectes dans un restaurant grâce à des raquettes électriques. Leur chef les récompense au nombre de mouches tuées, ce qui va donner l’idée à l’un d’eux de trouver un moyen d’attirer encore plus de mouches sur le secteur.

 

(3) No free lunch

Sarai vit avec sa mère et végète dans une épicerie. Elle a décroché un entretien avec un responsable d’une grande entreprise et le rencontre autour d’un déjeuner. Pour le convaincre de l’embaucher, elle ne va pas hésiter à humilier la jeune serveuse, même si son objectif au départ était de partir sans payer vu qu’elle n’avait pas l’argent pour. Une histoire un peu cruelle et même si Sarai est arrivée à ses fins, on peut se demander combien de temps elle pourra faire illusion dans sa nouvelle entreprise…

 

(2) Somewhere down the line

Joli film d’animation, road trip d’un bonhomme qui aime bien conduire et prendre des auto stoppeurs. Toute sa vie tient dans l’habitacle d’une voiture : ses parents, sa femme, sa fille… avec quelques accidents au passage.

 

(1) Inspection

Russie. Une équipe de travailleurs sociaux débarque chez une femme pour faire le point et éventuellement lui retirer la garde de sa fille, une gamine d’environ 8 ans particulièrement maline et déjà bien éprouvée  par la vie. Elle va tenter avec une grande intelligence de protéger sa mère, ce qui ne va pas manquer d’émouvoir l’une des assistantes sociales. Ici ou ailleurs, un beau témoignage sur le travail des travailleurs sociaux, leurs dilemmes et la bonne dose d’humanité dont il faut savoir faire preuve.

Il est encore temps de noter vos courts sur www.notetoncourt.com !

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :