Autour de Lucie & Aline à la Coopé

Je suis fan d’Autour de Lucie depuis 15 ans. Jusqu’à présent, je n’avais pas eu l’occasion de les voir sur scène, le groupe étant discret, peu prolifique, et en sommeil durant de longues périodes. Je ne vous dis pas ma joie lorsqu’il y a quelques mois j’ai su qu’ils venaient se produire sur la scène de la Coopé ! Enfin !

C’est malheureusement dans un contexte particulier peu festif que je me suis rendue à ce concert. Le 18 novembre 2015 était le jour de la reprise des spectacles dans les salles clermontoises, après trois jours de deuil national suite aux ignobles attentats perpétrés à Paris le 13 novembre. Un cocktail d’émotions très étrange : de la tristesse, de la joie, de l’excitation, mais aucune peur. J’avais mis mon t-shirt « Carpe that fucking diem », il ne pouvait donc rien m’arriver d’affreux. Si les vigiles étaient plus nombreux et nécessairement plus zélés que d’habitude, le public, en revanche, était particulièrement clairsemé. Je ne m’attendais pas à une foule compacte dans la petite Coopé pour cette soirée mais tout de même. Pour l’un de mes groupes favoris, j’aurais voulu un parterre de fans en délire, rien de moins. Et pour en finir avec les déceptions de la soirée, je ne m’attendais pas à un set d’Autour de Lucie en forme de première partie. Une petite heure et demie de musique et pas de rappels. Lumières. Techniciens. Installation d’Aline, set et pour eux, un rappel. Je ne connaissais Aline que de nom, j’ai apprécié, vraiment, de les découvrir, mais je ne venais pas pour eux. Voilà.

Autour de Lucie, historiquement c’est Valérie Leulliot. C’est peu pour faire un groupe, alors elle s’entoure de musiciens et du coup ça va, ça fait un groupe. En vingt ans de carrière, seulement cinq albums et un album solo. Je les ai tous et bien sûr, j’ai mes chansons préférées. Et comme tous les fans de n’importe quel artiste, j’ai une tendresse particulière pour les premiers albums. Nous avons eu droit à quasiment l’intégral du dernier album (Ta lumière particulière), avec en introduction, un « OK chaos » dont la résonance était vraiment particulière étant donné les circonstances.

“Et marcher, même à genoux / Et dans le brouillard, avancer surtout”.

Et puis ils ont joué « Je reviens », l’un de mes titres préférés. C’est assez dingue comme des circonstances particulières peuvent trouver un écho dans certaines chansons à la poésie intemporelle. Au final, trop peu d’anciennes chansons à mon goût. J’aurais aimé « Les ciels de traîne », j’aurais aimé « Avril en octobre », d’un album dont aucun titre n’a été joué. Mais je ne boude pas mon plaisir, le set est passé à la vitesse de la lumière, particulière, et donc, sans le moindre rappel. Quand on attend ce moment depuis quinze ans, c’est forcément un peu spécial.

autour_de_lucie_coope

VID_20151118_213113

Puis j’ai découvert Aline. Tout ce que je savais d’eux, c’est que Michelin les avait obligés à changer de nom à l’époque où ils s’appelaient les Young Michelin. Déjà pas mal que je me souvienne de cette (particulière et pitoyable) anecdote ! Musicalement, je n’avais jamais pris le temps de m’y intéresser. Ce qui frappe, c’est la sonorité vintage très eighties de cette pop française qui assume de chanter en français (comme Autour de Lucie, d’ailleurs). Pourtant peu amatrice de cette période musicale, j’ai beaucoup aimé l’ambiance, l’énergie, l’humour. Et c’est festif, on a envie de se trémousser, tant et si bien qu’à la dernière chanson, quelques spectateurs sont montés sur scène pour se déhancher.

aline_coope

VID_20151118_234306

Chez moi, je découvre les albums et me souviens très bien de certains titres, certains refrains, et comme cette soirée était un peu particulière, je vais garder une place, particulière aussi, pour Aline, dans ma discothèque.

Je me souviendrai de ce type heureux qui dansait comme un fou devant la scène, puis sur la scène. Je me souviendrai de la connasse qui a dit « des gros hippies de merde » en réponse à une question d’Aline. Je me souviendrai que notre maire avait fait le déplacement. Je me souviendrai des lumières bleu-blanc-rouge sur la scène avant le début du show. Je me souviendrai que j’avais envie d’être là, depuis si longtemps, et que je n’aurais manqué ça pour rien au monde. Carpe that fucking diem.

coope_bleublancrouge

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :