Le Nouveau

nouveau2Les films d’ados sont toujours un peu risqués à aller voir, surtout quand on est un adulte. Ce sont les bons échos aperçus sur les réseaux sociaux qui m’ont fait m’intéresser à ce Nouveau.

Le jeune réalisateur Rudi Rosenberg signe là son premier long métrage et je dois dire que ça laisse présager de jolies choses pour l’avenir.

Sur le fond ? Rien de bien révolutionnaire. Une classe de 4e dans un lycée parisien, un nouveau qui débarque de sa province, une intégration compliquée.

Benoît arrive du Havre avec sa famille, il est un peu timide et ne sait pas comment nouer des liens avec ses nouveaux camarades de classe. Ces derniers en profitent pour se moquer de ses maladresses et pire, la bande de Charles n’hésite pas à l’humilier à la moindre occasion. Les seuls qui vont accueillir Benoît comme il se doit sont Joshua et Constantin, les deux ringards de la classe, ainsi que la jolie Johanna, esseulée parce que suédoise ne parlant pas encore très bien le français. Le reste… c’est la vie, tout ce qu’il y a de plus classique pour des gosses de 14 ans : les moqueries, les premiers baisers, les fêtes, les questions existentielles, les fous rires…

La réussite de ce film, malgré son scénario tenant sur un timbre-poste, c’est son casting. Les adultes sont remisés au rang de figurants absents, à part pour le tonton Greg (un Max Boublil surprenant de justesse et de drôlerie (j’avoue que de sa carrière je ne connaissais que des « chansons » peu reluisantes)). Et les gosses sont épatants de naturel, au point que je me suis demandé si certains textes avaient été écrits ou s’il s’agissait d’impro brodée au fil de la caméra, certains fous rires ont l’air tellement sincères (car contagieux)… Charles est une véritable tête à claques, l’incarnation de toutes les petites têtes de cons de tous les collèges du monde, Constantin est l’autre version de la tête à claques, l’intello ringard imbu de lui-même et indifférent aux ricanements, Joshua est le gamin entre deux âges, aux blagues puériles et à la moustache naissante…

Bref, une galerie de portraits universelle qui échappe à la caricature grossière et tend un miroir intemporel à cet âge à la fois beau et ingrat où les enjeux sont multiples, périlleux, parfois blessants mais où les joies sont démesurément belles et où chaque jour apporte son lot d’aventures palpitantes.

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :