Calamity job

Je connais certains d’entre vous, mais pas tous bien sûr… Je ne sais donc pas ce que mes lecteurs “font dans la vie” comme on dit, pour peu que la vie se résume à ça (spoiler : non). Je ne sais pas quel est votre métier, quelle est votre position sur l’échelle hiérarchique, ni même si vous en avez une, d’échelle hiérarchique (un simple escabeau peut-être ? Un marchepied ?). Mais peu importe, on va parler boulot, si vous le voulez bien. Nan mais restez hein !

calamityjobCalamity job est une pièce de théâtre que j’ai eu le plaisir de voir au café-théâtre Défonce de rire. A l’écriture, Jacques Chambon, à la mise en scène, Patricia Thévenet, et sur les planches, les excellents Sabine Messina, Luc Chambon et Laurent Lacroix. Cette pièce est une comédie mais franchement, si on est là c’est pour pleurer de rire afin de s’éviter de pleurer vraiment.

C’est la malheureuse histoire de Martine, secrétaire de son état (et pas secrétaire d’Etat), qui va se retrouver licenciée par son “manager intermédiaire”, Chastaing, et par le big boss, Favreau. Rien de drôle, me direz-vous. En effet. Mais c’est jusqu’à ce que Martine révèle sa véritable personnalité ainsi que sa volonté de tout faire péter (au sens propre), et fasse vaciller le petit chef autant que le grand. Pris dans la stupide et cynique spirale de l’économie libérale, ils vont peu à peu ouvrir les yeux sur un certain nombre d’évidences que Martine a comprises depuis bien longtemps, elle.

Si j’ai commencé cet article en m’interrogeant sur votre métier et votre fonction, c’est parce que s’il y a des managers parmi vous, vous allez en prendre pour votre grade. Ce que Martine subit de la part de ses supérieurs… ça a beau être une comédie, je ne sais pas si finalement le trait est si appuyé que ça. Chastaing lui planque ses dossiers, lui reproche de ne pas arriver en avance pour lui préparer son café, la charge de boulot tandis que lui… passe ton temps au téléphone ou à visionner des vidéos de cul que lui envoie son collègue de la compta. Quant à Favreau… il ignore jusqu’au nom de cette pauvre Martine qui est dans la maison depuis 27 ans, et semble atterrir d’une lointaine planète. Ce qu’ils vont apprendre au cours de leur nuit imposée au bureau avec Martine, c’est qu’elle n’est pas celle qu’ils croyaient.

dsc_2779

Martine pense, Martine réfléchit, Martine a son avis bien à elle et bien argumenté sur la marche du monde, Martine a même des compétences en anglais et en compta (jamais exploitées bien sûr car ignorées superbement), et Martine est loin d’être la vieille fille coincée qu’elle semble être. Surprenant non ? Non, on est bien d’accord. Des êtres humains réduits à l’état de fonction opérationnelle, de fusible qu’on fait sauter à loisir, voilà la conception du management dans cette entreprise. Ça vous rappelle quelque chose ? Oui ? Bon. Cette pièce décortique avec une malicieuse acuité les mécanismes pervers du monde du travail, pointe du doigt les aberrations de notre système, basé sur une domination écrasante, souvent sexiste, où les bourreaux eux-mêmes sont manipulés par des forces qu’ils ne contrôlent pas, un peu victimes eux aussi.

Mais n’imaginez pas qu’on ressorte de là déprimé, écœuré, découragé et prêt à mettre les voiles avec son troupeau de chèvres. Non. Calamity job a le bon goût d’ouvrir des perspectives plus réjouissantes. Sans vouloir vous révéler la chute, on finit par entrevoir la possibilité d’un monde plus humain, quand il a compris que le mur se rapproche et se rapproche pour tous, puissants y compris. Suffit juste que toutes les Martine du monde sortent un peu de leurs gonds et tout ira mieux. Martine, le colibri enragé de l’open space.

Calamity job est une pièce extraordinairement riche car drôle autant que sérieuse, loufoque autant que didactique, et le propos n’en est que plus fort, porté par des comédiens exaltés et habités par leur personnage. Pas très étonnant que la troupe ait joué à guichet fermé durant les 5 jours de représentation à Défonce de Rire !

Un grand merci à Défonce de Rire et Sabine pour l’invitation ! J’ai passé un superbe moment, vraiment.

Je vous invite à suivre l’actualité de Evedia, qui comme c’est précisé sur le site, “construit un pont entre le monde de la création artistique et le monde de l’entreprise”. J’espère que, comme Sabine l’a évoqué, la pièce Troubles de l’élection sera programmée l’an prochain à Clermont, ça devrait faire du bien par où ça passe ! Je compte sur Défonce de Rire pour nous programmer ça ! ;)

Et rien à voir mais si quand même un peu… je vous invite également à suivre La Lily, troupe professionnelle de théâtre d’impro à Lyon, qui bosse aussi beaucoup avec les entreprises et a envoyé deux excellents éléments animer mon séminaire de boulot la semaine dernière. On a ri à en pleurer.

Le théâtre, la littérature, l’art, la culture dans son immense diversité… pour dire l’indicible, exorciser les peurs, dédramatiser l’inéluctable, plus que jamais indispensables, salutaires et à défendre contre ceux qui voudraient les faire taire. Sortez, allez au spectacle, au concert, lisez… et seulement là, vous pourrez vraiment répondre à ma question “vous faites quoi dans la vie?”. Pardon, je m’enflamme mais bon, merde quoi ! Le mur quoi ! 

3 Commentaires

  1. Cécile

    Haha ! Ba moi chui… Secrétaire ! 😊
    Super article, cette pièce avait l’air bien chouette !!

  2. Cécile

    Ha oui ! Pourquoi ?? 😃 Voui les apparences… Hum… 😉

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :