Everywhere, an empty bliss – Ivan Seal & The Caretaker // Expo au FRAC Auvergne

bann_seal

Comme souvent (toujours ?) au FRAC, cette exposition est née d’une découverte, d’un coup de cœur de Jean-Charles Vergne, le directeur, pour une oeuvre. Une oeuvre musicale. C’est un album de The Caretaker (James Leyland Kirby de son vrai nom), dont la couverture était illustrée d’une oeuvre d’Ivan Seal, qui a attiré son attention. Il s’est rapidement rendu compte que l’un n’allait pas sans l’autre et surtout, que le projet allait bien au-delà d’une simple collaboration d’illustration. L’exposition présentée au FRAC est d’une richesse incroyable, c’est une stimulation complète et permanente des sens qui conduit presque au vertige.

Ivan Seal et James Leyland Kirby ont depuis 2016 entamé une réflexion sur la mémoire et son lien avec la musique. En s’inspirant des conclusions d’une étude montrant le lien entre les souvenirs de personnes atteintes d’Alzheimer et la stimulation musicale, ils ont produit 6 albums à la progression aussi significative qu’angoissante (le dernier volume est difficile à écouter, j’avoue). La musique de The Caretaker est une musique électronique fondée sur des samples, des boucles, des extraits sonores aussi divers et variés que des craquements de vinyles, des crépitements de feu, de la musique jazzy ou de bal vintage, de musique classique ou religieuse, de ritournelles entêtantes… bref autant de sons qui rappellent à chacun d’entre nous des situations, des émotions qu’il est difficile de resituer, tantôt agréables, tantôt oppressantes. The Caretaker joue sur cette familiarité, ce socle culturel commun indéfinissable, sur le pouvoir nostalgique de certains sons, pour démontrer leur puissant rapport à notre mémoire, collective mais aussi individuelle. Au fur et à mesure des albums du projet de The Caretaker, la musique se fait de moins en moins reconnaissable, plus vaporeuse.

Et Ivan Seal dans tout ça ? Le peintre travaille lui aussi sur les rapports qu’entretient notre cerveau aux images qui lui sont présentées. Ivan Seal nous présente des compositions colorées, graphiques, plutôt joyeuses (voire drôles) qui évoquent des formes familières sans qu’on sache exactement quoi, et sans savoir si ce n’est pas notre inconscient qui nous joue des tours, comme dans un périlleux exercice de Rorschsach. Et histoire de brouiller un peu plus les pistes, Ivan Seal travaille également les titres de ses œuvres au moyen d’un générateur de mots aléatoires, qu’il va ensuite modifier (ou pas) en fonction du rendu final de sa peinture. La paréidolie exploitée à son maximum. Ainsi, la déambulation au FRAC met notre cerveau à rude épreuve car il faut d’une part tenter d’interpréter la peinture, tenter d’interpréter son titre, puis les deux à la fois, tout en ayant en fond sonore une musique composée par The Caretaker qui va venir générer ses propres projections mentales. C’est aussi jubilatoire qu’épuisant, notamment dans la petite salle qui diffuse, via deux enceintes distinctes, la face A en même temps que la face B d’un disque de musique religieuse, pour accompagner deux “portraits” qui se font face.

Le fond sonore de chaque salle a été composé durant l’installation des œuvres au FRAC, ce qui fait de l’expo une pièce unique. Et le CD livré avec le catalogue d’exposition est également une composition originale pour l’expo, ce qui traduit un investissement particulièrement important des artistes dans ce projet. Chaque salle possède une ambiance différente, discrète ou plus sonore, et l’ensemble forme, lorsqu’on tend l’oreille, un brouhaha étrange. L’expérience de l’exposition sera très différente selon les visiteurs car certains sons peuvent être assez désagréables, comme un cailloux dans la chaussure qui donne envie de fuir, et d’autres très apaisants, donnant l’envie de s’attarder. Je vous recommande une visite si possible au calme, pour vous épargner les conversations parasites des autres visiteurs, et bien sûr une visite guidée, pour bien appréhender la richesse de cette exposition.

Cette exposition m’a fait penser à deux romans lus récemment. Tout d’abord au dernier roman de Pierre Jourde, Le voyage du canapé-lit, qui est entièrement dédié à ses souvenirs, aux petits arrangements avec la vérité, et notamment à ce passage où il explique qu’on a tous l’impression d’avoir toujours connu certains lieux (ici, les châteaux de la Loire) alors qu’on ne les a découverts que tardivement, à l’âge adulte. Et puis cette réflexion sur le souvenir fait parfaitement écho au roman de Haruki Murakami, Le meurtre du commandeur, dans lequel le peintre, le personnage principal, ne peut peindre ses portraits que sur la base d’un souvenir et de discussions avec les sujets, et jamais via des séances de pose. La restitution de la réalité se fait via le souvenir, les sons, l’ambiance… quitte à ce que le résultat ne soit pas à proprement parler ressemblant mais dont la vérité soit indéniable.

Autre sujet que cette expo m’a rappelé : une discussion que j’ai vue passer sur Twitter au sujet du port d’écouteurs (et d’écoute de musique) durant une visite de musée ou d’expo. Comme toujours, il y avait les pour, les contre et pas de demi-mesure. C’est dommage, c’est bien parfois, la demi-mesure. Une ambiance musicale peut transfigurer la perception que nous avons d’une oeuvre et avec Everywhere, an empty bliss, on en a la démonstration magistrale. Oui, évidemment qu’une peinture peut s’accommoder d’un accompagnement musical ou sonore et puis des fois non (quoique). Et peut-être même de plusieurs, selon l’humeur. Je ne sais pas si j’oserai visiter une expo en faisant ce test, avec plusieurs ambiances musicales, mais ça me tente bien. Au FRAC et à Fontfreyde, je suis certaine qu’on ne m’en voudra pas !

Du 6 avril au 16 juin 2019

Du mardi au samedi de 14h à 18h et le dimanche de 15h à 18h

Gratuit

Pour en savoir +

https://thecaretaker.bandcamp.com

https://www.frac-auvergne.fr/exposition/ivan-seal-the-caretaker-everywhere-an-empty-bliss

Le catalogue d’expo est superbe et est vendu avec le CD (+ carte de téléchargement mp3) réalisé spécialement pour l’exposition par The Caretaker.

seal4

seal3

seal2

seal5

seal

seal6

fracivanseal

1 Comment

  1. J’aime me promener sur votre blog. Un bel univers agréable. Blog intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon blog récent. A bientôt.

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s