Les apparences

Avant de parler du film, je précise qu’il s’agit de ma première séance de cinéma post-coronacata et que pour le coup, c’était plutôt très satisfaisant et moins risqué que, par exemple, dans un open-space où des gens refusent de porter le masque. Là, le peu de personnes présentes l’avaient, je me suis sentie parfaitement en confiance. Bref, je vais essayer d’aller au ciné plus souvent (tant qu’on a encore le droit), car il faut continuer à pratiquer des activités culturelles “safe”, pour le bien des professionnels du secteur mais aussi pour notre propre santé mentale. 

Donc ce film ! Les seuls noms de Karin Viard et Benjamin Biolay ont suffit à me donner envie d’aller le voir, qu’importe le sujet. Dans ce thriller “soft”, le réalisateur Marc Fitoussi nous entrouvre la porte d’un monde ouvert à peu d’élus : le microcosme des expats français à Vienne. Eve a suivi son époux Henri, chef d’orchestre renommé, dans cette ville prestigieuse et entre les dîners à organiser, le coiffeur, et son activité de directrice de la médiathèque française, elle n’a que peu de temps mais suffisamment pour constater qu’Henri semble avoir un comportement étrange. Coups de fil à la dérobée, retours de répétitions tardifs… elle finit par mener l’enquête et son monde s’effondre. Dans sa dérive, elle rencontre un jeune autrichien séduisant qui va s’avérer un poil envahissant, mais que ce soit à propos d’Henri ou de Jonas, il va falloir sauver les apparences (les fameuses), sauver son couple, sauver la face. Je n’en dis pas plus car les rebondissements sont nombreux. 

Cette communauté bourgeoise et bien propre sur elle va révéler ses failles et sa noirceur. Les mensonges et les faux-semblants s’infiltrent dans cette pseudo comédie du bonheur qui n’est rien d’autre qu’une caricature à peine appuyée de cette micro-société. 

Karin Viard est parfaite dans ce rôle d’ex-provinciale arrivée à son idéal d’ascension sociale : manipulatrice, machiavélique et surtout, prête à tout pour conserver son rang et son honneur. Quant à Benjamin Biolay, il excelle dans le costume de la star ombrageuse (qu’il est dans la vraie vie) qui, contrairement à son ambitieuse épouse, recherche la simplicité et la vérité d’une relation, quitte à descendre plusieurs étages de l’immeuble social. Il se fera toutefois rattraper par sa fierté masculine et par son statut social (fichues apparences, encore une fois).

Les apparences est un thriller à l’élégance sombre, porté par des comédiens particulièrement habiles à montrer les deux visages que nous portons tous en nous. 

Je vous mets la bande-annonce mais si vous voulez voir le film, ne la regardez pas : c’est un scandale de spoilers ahah.

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s