L’anomalie

Après avoir entendu Hervé Le Tellier parler de son roman, primé par le Goncourt 2020, et en apprenant qu’il appartenait au mouvement de l’Oulipo, je m’attendais à lire quelque chose de particulièrement tarabiscoté. Finalement pas tant que ça. Enfin, un peu quand même, on va pas se mentir. 

Alors il est très compliqué de parler de ce roman sans en éventer l’intrigue principale mais si le sujet s’oriente rapidement vers une forme de récit fantastique, de science-fiction, il reste un prétexte astucieux pour évoquer des préoccupations beaucoup plus proches de notre quotidien, la vie, l’amour, la mort. 

Du coup, que dire ? Que plus de deux-cent passagers d’un vol Paris-New-York vont être amenés à partager une expérience singulière. Durant le vol, pour commencer, particulièrement agité par une tempête d’une intensité jamais égalée. Puis à leur arrivée sur le sol américain. Une expérience surnaturelle, inexplicable autant que vertigineuse, une faille spatio-temporelle qui va bouleverser la science autant que les trajectoires personnelles de Victor, Johanna, Blake, David, André, Lucie…

Cet exercice de style, permis par la fiction, plonge les personnages dans un tableau mental, psychanalytique, qui renvoie chacun d’entre nous à sa propre existence, à ses propres choix, à sa propre destinée avec tout ce qu’elle comporte d’impondérables. Trois mois dans la vie d’un homme ou d’une femme, c’est si peu et c’est en même temps énorme en termes de possibilités de basculement du cours des choses. L’expérience singulière vécue par chacun des passagers leur impose un pas de côté, un miroir tendu sur ce qu’ils sont, avec tout ce que cela peut comporter de satisfaction, de dépit, de lâcheté, d’estime ou de dégoût de soi, de confiance en soi et en les autres. “Je est un autre” avait mystérieusement écrit Arthur Rimbaud, pour évoquer cette part de nous-mêmes qui nous échappe, ces forces extérieures qui nous poussent à agir, et Victør Miesel, passager du vol Paris-New-Yord, aurait pu l’écrire dans son livre intitulé L’anomalie, qui plonge le lecteur de L’anomalie dans une mise en abyme étourdissante. Et si je est un autre, peut-on lui parler, lui donner des conseils, l’engueuler, lui laisser les clés de la voiture et se barrer ailleurs?

Hervé Le Tellier le mathématicien, l’oulipien, livre une écriture souple et élégante, parfois drôle, au service d’une intrigue à l’enchevêtrement complexe dans sa première partie. De nombreuses références à des personnalités suscitent quelques sourires complices et contribuent à insuffler à ce récit de fiction une dimension réaliste qui questionne sur autre sujet en trame de fond, la volonté et la capacité des dirigeants de ce monde à communiquer sur des phénomènes qui pourraient bouleverser l’ordre du monde. 

L’interview d’Hervé Le Tellier, invité de La Grande librairie sur France 5 https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-13/2147193-herve-le-tellier-prix-goncourt-2020.html

>> Acheter L’anomalie en librairie indépendante <<

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s