Air doll

Air dollJ’avais ce DVD depuis un moment sur mes étagères mais n’avais jamais pris le temps de le regarder. Tout ce que j’avais, c’est une vague idée du scénario et le nom du réalisateur. Kore-Eda, c’est l’artisan-poète de I wish, Nobody knows et Still walking, trois films magnifiques, à la fois esthétiques et touchants. Kore-Eda sait, et à mon avis mieux que personne, filmer la gravité, et parfois même la laideur de la vie, avec une poésie et une subtilité qui rendent le propos d’autant plus saisissant.

Nozomi est une poupée gonflable. Elle appartient à un pauvre type qui lui parle comme à une vraie personne, l’installe à table, lui fait prendre son bain, l’habille, la déshabille et fait ce qu’il est prévu de faire avec. Un beau matin, alors qu’il est parti travailler, Nozomi prend vie. Pas un être de chair et de sang, juste une poupée gonflable avec un cœur. Après quelques essayages de tenues, elle part à l’assaut de la ville en costume de soubrette. Émerveillée par les enfants, curieuse des gens qu’elle croise, elle atterrit dans un vidéo-club qui l’embauche et où elle tombe amoureuse d’un employé. Nozomi va vite se rendre compte qu’avoir un cœur n’est pas une sinécure. Faire accepter sa différence à Junichi, se libérer de son « propriétaire », comprendre les névroses des êtres humains…

Bien sûr, ce film est une fable contemporaine (tirée d’un manga, d’ailleurs). Nozomi, pure et innocente malgré sa fonction première, n’est là que pour mettre en lumière toutes les névroses de la société moderne, toutes les solitudes des grandes villes, toute la vacuité de nos existences de fourmis laborieuses. Ici la femme qui n’accepte pas de vieillir, là celle qui vit cloîtrée chez elle au milieu des détritus entre deux sorties au supermarché, ici celui qui se fait traiter comme un chien à son boulot, là cet autre qui s’endort seul dansAir doll 2 le bus…Le souffle de la vie semble les avoir abandonnés. Métaphore concrète incarnée par Nozomi qui ne doit son salut qu’au souffle salvateur de Junichi lorsqu’elle se dégonfle. Métaphore concrète lorsque le vieil homme du banc lui explique que tous, ici, sont vides à l’intérieur. Contradictions épuisantes de notre société urbaine où on a tant besoin des autres mais où on ne les supporte pas. Contradictions écœurantes des relations humaines où l’amour et ses nécessaires complications laissent place aux écrans et au plastique glaciaux.

La réalisation est somptueuse. Une ville inesthétique filmée avec une lumière et une douceur incongrues. Bae Du-na, la comédienne sud-coréenne qui incarne Nozomi, est saisissante de réalisme. De l’effrayante et froide rigidité plastique aux éclats de vie les plus lumineux, elle concentre en un seul personnage toutes les facettes d’une femme qui serait encore une enfant qui attend qu’on lui fête son anniversaire, mais aussi un objet utilitaire abusé et désabusé.

Kore-Eda n’est pas un habitué des happy ends. Ce film n’y échappe pas. Résigné, cynique, il entrouvre une fenêtre et la referme aussitôt, ne nous laissant goûter que quelques instants à la fraîcheur éphémère d’un courant d’air pur.

Ce film rappelle un peu quelques éléments de la série Real Humans, notamment dans le fait de remplacer les êtres humains par des robots, que ce soit pour les tâches ménagères ou plus si affinité. Et ironie de l’actualité, je suis tombée sur cette info ce soir. Après les poupées gonflables qui prennent vie, voici les vraies femmes (sud-coréennes en plus) qui deviennent des objets en plastique.

Et moi de me surprendre une nouvelle fois à empoigner le DVD qu’il fallait surtout pas toucher ce soir.

2 Commentaires

  1. Pingback: Bento mi-fraise mi-frisquet | The magic orange plastic bird said...

  2. Pingback: Tel père tel fils | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :