J’ai testé pour vous le chef à domicile ! Featuring Clémence Moulinou pour La Belle Assiette !

[Mise à jour] Clémence a cessé ses activités de chef à domicile, pour se consacrer à la cuisine pour les artistes qui viennent jouer à la Coopérative de Mai :)

Mercredi soir j’ai assisté à un dîner bien inhabituel. J’ai été conviée par un site internet chez des gens que je ne connaissais pas, pour juger la prestation d’un chef à domicile.

Clémence Moulinou est chef à domicile à Clermont-Ferrand. Qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’elle va faire des petites courses, qu’elle prend ses casseroles et autres ustensiles de cuisine et qu’elle débarque chez vous avec le tout pour vous faire à manger. Et qu’est-ce qu’on mange ? Facile, il suffit d’aller voir ce qu’elle propose sur La Belle Assiette. Et c’est quoi La Belle Assiette ? C’est un site qui propose des prestations culinaires diverses et variées. Buffets, cours de cuisine, prestations en entreprises… et des chefs à domicile évidemment.

Et donc… j’en viens à la soirée de mercredi… Clémence faisait son baptême du feu, elle cuisinait pour un « jury » de 8 personnes, afin de valider sa présence sur La Belle Assiette d’un « LBA Verified » sur son profil.

Alors Clémence je la connais un peu. On s’est croisées ici ou là lors de mondanités mais je n’avais jamais goûté à sa cuisine. Tout ce que je sais, c’est qu’elle milite pour les produits locaux, le bio, qu’elle cuisine dans des endroits improbables, qu’elle fait de la radio, qu’elle blogue, tweete, regarde l’Amour est dans le pré… Bref, une femme de goût, assurément. Je connaissais ses recettes publiées ici et là et notamment sur son blog mais sans y avoir jamais goûté. Une lacune impardonnable !

La Belle Assiette a donc « recruté » huit testeurs. Seule obligation : apporter les boissons. Je te passe les échanges de mails à base de blanc, de rouge, de bière, d’eau minérale… Un premier contact entre les convives plutôt sympa.

Rendez-vous était donné dans une jolie maison appartenant à deux des convives. Un peu bizarre de débarquer chez des inconnus et de s’asseoir devant leur cheminée, tranquillou. Heureusement pour moi j’avais pu « recruter » de mon côté deux têtes connues, ça aide à s’intégrer ! Mais de toute façon, mes appréhensions ont vite été balayées par la bonne ambiance générale et la bonne humeur de chacun. Après un apéritif à base notamment de bière de Noël du Plan B (oui, encore !), nous sommes passés à table.

Apéro à la bière de Noël du Plan B devant la cheminée

Apéro à la bière de Noël du Plan B devant la cheminée

C’est une Clémence un peu plus stressée qu’à l’accoutumée qui nous a apporté les mises en bouches. Je précise que nous avions connaissance du menu (ne serait-ce que pour pouvoir choisir les vins en conséquence), mais la mise en bouche n’était pas mentionnée. Très bonne surprise donc ! Une petite purée de lentille blonde de la Planèze (Saint-Flour) à l’ail des ours, rehaussée de lanières de truite bio locale et accompagnée d’un biscuit à la lentille verte. Plus local, tu meurs. J’adore ! Une superbe association de caractères que cette truite fumée et la lentille blonde.

Mise en bouche : lentille blonde de Saint-Flour, truite bio...

Mise en bouche : lentille blonde de Saint-Flour, truite bio…

L’entrée est très vite arrivée ensuite (timing impeccable entre les plats). Ravioles de gambas au piment d’Espelette et mascarpone, pot au feu de légumes au safran d’Auvergne. Un vrai délice. Les ravioles étaient légères et la garniture extrêmement goûteuse. Et le petit bouillon de légumes dans lequel elles baignaient était divin. J’avais peur du safran et d’avoir une sensation « paëlla » un peu perturbante mais pas du tout, une saveur subtile, douce, réconfortante. Et comme il y avait du rab… mes partenaires testeurs ne se sont pas fait prier pour tomber dedans…

L'entrée : les ravioles de gambas nagent dans le bonheur d'un bouillon au safran d'Auvergne

L’entrée : les ravioles de gambas nagent dans le bonheur d’un bouillon au safran d’Auvergne

A noter que le vin blanc choisi (par JD) pour l’entrée était particulièrement approprié et goûteux. Je n’y connais rien de rien en vin mais je reconnais que je commence à faire certaines différences et à apprécier les bons produits. Enfin quand je dis « choisi par JD », en fait c’est plus « choisi par Stan, le monsieur du 20 Gaillard à Clermont-Ferrand », à qui le menu a été présenté. Excellente suggestion.

Ensuite, le plat ! Brochette de magret de canard aux quatre épices et mangue, aigre doux de mangue et poêlée de légumes d’automne. Il y avait également un biscuit de maïs mais on ne va pas trop en parler, il était un peu raté. Il ne croustillait pas comme il aurait dû, voilà. Mais les brochettes et leur garniture… c’est tout ce que j’aime. Ce n’est pas fait exprès mais le canard est ma viande préférée et la mangue un de mes fruits de prédilection. Clémence a l’air de saupoudrer des épices un peu partout et là encore, ça tombe bien parce que moi aussi. Je regrette juste la présentation en brochettes, que j’aime bien d’habitude mais que j’ai trouvé trop « finger food » pour un dîner de cette qualité. Bon mais c’est un détail, c’était vraiment très bon, le canard cuit comme j’aime, ni trop ni pas assez.

Le plat : un magret de canard qui ne mangue pas de piquant (teamcalembour)

Le plat : un magret de canard qui ne mangue pas de piquant (teamcalembour)

Et enfin le dessert… Cœur coulant chocolat noir, tuile grué de cacao (toi aussi apprends de nouveaux mots avec Clémence), clémentine aux épices. Il y avait aussi, non précisé sur le menu, un coulis de papaye et une quenelle de crème fouettée. Le cœur coulant chocolat noir, c’est juste un énorme risque quand on travaille avec un four qu’on ne connaît pas. Et il était parfait. Bien cuit à l’extérieur, encore tout chaud, et franchement coulant à cœur. Top. J’ai adoré les quartiers de clémentines pochés (?) dans du muscat et des épices. Un petit goût de Noël avant l’heure.

Beaucoup de couleur orange tout au long de ce dîner... Clémence devait savoir que je venais ;)

Beaucoup de couleur orange tout au long de ce dîner… Clémence devait savoir que je venais ;)

Un peu d’eau de Saint-Yorre pour terminer ce repas… J’en profite pour remercier le monsieur de chez Clouvel au Marché Saint-Pierre de Clermont, qui a rouvert son stand exprès pour moi. Il n’a pas dû se remettre de cette hystérique venue réclamer 4 bouteilles de flotte à six heures et demie du soir. J’ai enfin goûté la Châteldon, l’eau de Louis XIV made in Auvergne. Une eau gazeuse très fine très agréable. Elle est surtout distribuée en restauration donc difficile à dégoter pour le grand public.

Saint-Yorre, ça va fort ! Châteldon, c'est pas bidon !

Saint-Yorre, ça va fort ! Châteldon, c’est pas bidon !

Enfin, Clémence s’est octroyé une pause bien méritée à table avec un petit verre pour se remettre de ses émotions. Un peu tendue pendant le repas, et c’est bien normal, je l’ai retrouvée fidèle à elle-même bien qu’un peu fatiguée. Un seul regret, ne pas l’avoir vue plus pendant la soirée mais bon… c’est le jeu ! Manquerait plus que le chef s’incruste à table ! ;)

Clémence savoure un repos bien mérité (et un verre de blanc, tant qu'à faire), sous le regard langoureux de Mathieu

Clémence savoure un repos bien mérité (et un verre de blanc, tant qu’à faire), sous le regard langoureux de Mathieu

Quelques mots sur l’ambiance du repas… je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi fluide. Il y avait un bel équilibre entre personnes qui se connaissaient et qui ne se connaissaient pas. Au final, j’ai eu l’impression d’avoir passé la soirée avec des amis de longue date. On a beaucoup ri et ça m’a fait bizarre, en partant, de me dire que cette configuration ne se représenterait peut-être jamais. Tu me diras, ça ne tient qu’à nous, on a les mails des uns et des autres. Non parce que des gens qui suçotent des têtes de crevettes et des têtes de veau, des beaux-pères qui mangent des demi-bananes dans les poubelles et des serial-killers préparateurs mental (mentaux ? manteaux?)… j’en rencontre pas tous les jours.

J’avais du mal à comprendre l’intérêt d’une prestation de chef à domicile et cette expérience m’a permis d’y voir de nombreux intérêts. On est chez soi (ou chez des amis), avec ses amis, devant la cheminée (si on a la chance d’en avoir une) ou sur sa terrasse (en version summer). Bref, à la cool. On écoute la musique qu’on veut. On n’a pas d’autres clients pour parler fort à côté, de courant d’air d’une porte d’entrée, de contrainte horaire. Et surtout… pour ceux qui accueillent, c’est la garantie de passer la soirée à table et pas la tête dans le four et les mains dans le graillon. Pas de courses à faire à part éventuellement pour les boissons, pas de stress de rater ou de décevoir et le chef repart avec ses casseroles sales. Bref, une prestation à s’offrir de temps en temps pour des occasions spéciales.

Évidemment, si vous êtes sur Clermont-Ferrand, pensez à Clémence !

Énorme merci à Clémence et à La Belle Assiette pour cette invitation et cette superbe soirée.

14 Commentaires

  1. Mum

    Je commande au Père Noël un chef à domicile !

  2. Moi, la première fois que j’ai vu ce concept de chef à domicile, j’ai compris tout l’intérêt et eu bien envie!
    Bon, va falloir que je commence par le domicile, mais ça, c’est une autre histoire! ;-)

  3. c’est la grande mode

    avec ma femme nous cuisinons ensemble, nous faisons avec nos moyens.

    il y en a qui ont de la chance de se payer un cuistot à domicile

    • jdo

      Moi aussi avant j’avais une femme, mais ce n’était plus dans mes moyens. Du coup maintenant je vais au resto, c’est bien aussi.

    • @Kiki-129 : il s’agit d’une prestation exceptionnelle. Comme on peut se faire un bon resto à l’occasion d’un anniversaire de mariage par exemple, on se paye un chef à domicile si on souhaite rester dans l’intimité. Et puis il y a des gens qui ne savent tout simplement pas cuisiner et qui ont quand même envie de recevoir leurs amis. Bref, ça n’a rien à voir avec la cuisine du quotidien, ni même avec les « moyens ».

  4. Pingback: Dîner LBA Verified # 26 avec Clémence Moulinou | La Belle Assiette – Le Blog

  5. Pingback: Disco soupe à l’Electric Palace ! | The magic orange plastic bird said...

  6. Pingback: Ida | The magic orange plastic bird said...

  7. Pingback: Déjeuner au Bistrot Zen de Montpeyroux | The magic orange plastic bird said...

  8. Pingback: Disco soupe place de Jaude | The magic orange plastic bird said...

  9. Pingback: Underfest #2 – Cuisine et projections // Mardi | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :