Ecarts – exposition de Thibaut Cuisset à l’hôtel Fontfreyde

afficheDu 19 juin au 21 septembre, l’hôtel Fontfreyde de Clermont-Ferrand propose une nouvelle exposition. Thibaut Cuisset a été accueilli en résidence en 2013 et nous livre son regard sur la ville.

Chaque espace d’exposition explore chacun des quatre points cardinaux. Thibaut Cuisset a posé son appareil argentique littéralement aux quatre coins de Clermont pour y étudier la notion de frontière entre l’urbain et le rural. Des maisons au premier plan et les courbes volcaniques en ligne d’horizon, une ferme implantée en pleine agglomération, les usines Michelin et les fameuses pistes qui rejoignent le ciel… Le point de vue de l’auteur déroute et interpelle. Ces paysages si familiers pour les autochtones sont-ils si particuliers ? Les cadrages sobres, la lumière étrange, quasi blanche, et l’absence de toute présence humaine ou animale… la ville nous paraît bien morne, pour ne pas dire glauque. Pour paraphraser un visiteur peu enthousiasmé lors du vernissage, quelle image cette exposition va-t-elle donner de notre ville aux touristes de passage cet été ? Je m’interroge également.

Cependant, la notion de résidence me paraît fondamentale dans la constitution d’un fonds documentaire précieux pour la ville. Un artiste parcourt des rues qui lui sont étrangères, et nous livre sa vision, très personnelle bien sûr, mais aussi à forte valeur testimoniale. C’est sûrement difficile à envisager aujourd’hui mais d’ici quelques années, ces photos offriront une image peut-être, et même sûrement, disparue de notre environnement. Ces flancs volcaniques seront peut-être colonisés par de nouveaux quartiers résidentiels (lorsque Clermont aura détrôné Lyon en tant que capitale régionale, bien entendu ^^), les pistes Michelin auront peut-être enfin été réhabilitées en un ambitieux projet culturel ou touristique, la ferme isolée aura été rasée… Bref, ce qui nous paraît commun et immuable dans ces images de notre quotidien n’est qu’un instantané d’un instant T. J’ai d’ailleurs, par ces photos, découvert certains endroits de la ville où je ne vais jamais, et je pense que ce sera le cas de beaucoup de monde.

Vernissage avec notre nouvelle adjointe à la culture, Isabelle Lavest, et Thibaut Cuisset

Vernissage avec notre nouvelle adjointe à la culture, Isabelle Lavest, et Thibaut Cuisset

écarts2

écarts

Au deuxième étage, Thibaut Cuisset propose un diaporama de ses autres travaux, dans divers pays du monde. Des photos de Syrie de 2008 nous aident à comprendre que les éléments de notre environnement urbain changent vite, très vite. Que reste-t-il de ces quartiers et immeubles syriens ? On ne le saura pas. Des photos de paysages, nordiques ou marocains, semblent eux aussi immuables mais est-ce vraiment le cas ? Réchauffement climatique, augmentation de la population mondiale…qui sait à quoi ils ressembleront d’ici dix ans ? Urbanisme galopant ? Champs d’éoliennes ou de panneaux solaires ? Après, au-delà des considérations testimoniales… si l’on s’interroge sur le potentiel esthétique et artistique des photos… il n’y a pas de grandes différences avec des photos qu’on rapporterait de ses vacances. Pardon pour cet avis lapidaire mais je n’ai pas vu de recherche particulière dans les cadrages et traitements des photos. Ce qui m’a fait conclure en sortant du diaporama que j’avais l’impression de sortir d’une soirée diapo chez un ami un peu relou.

cuisset

cuisset2

Au dernier étage, de grandes photos de paysages terminent l’expo. De jolies photos mais sans grand intérêt pour moi qui en vois passer des quantités du même genre dans mon travail.

Au final une exposition assez décevante mais que je serai curieuse de revoir dans quelques années.

Hôtel Fontfreyde de Clermont-Ferrand, du 19 juin au 21 septembre.

Du mardi au samedi, 14h à 19h. Gratuit.

6 Commentaires

  1. J’ai été voir l’exposition et j’ai eu la même réflexion, je pense aussi que ces photos seront plus intéressantes dans quelques années…

  2. hcorneille

    Rarement vu une exposition aussi absente … Evoquer la notion de résidence photographique de cette manière, c’est faire mal à la notion de culture, de liberté, d’intelligence. Et tout cela reste exposé plusieurs mois !

    • @Hervé : tu es én-hervé ! Je ne suis pas aussi négative sur cette expo, comme tu auras pu le constater. Mais je comprends que ça puisse agacer quand on connaît le processus des résidences. Que ce soit exposé pendant plusieurs mois me contrarie moins que le fait que ce soit pendant l’été, quand de nombreux visiteurs de passage seront là.

      • Hervé Corneille

        Ghislaine, Je viens de voir la réponse. Un peu tard il est vrai. Partante pour une balade aux alentours de villes du Six3 avant fin septembre ? J’aime bien l’article sur Art’Air. Merci pour cette équipe solide et généreuse. A bientôt

      • @Hervé : fin septembre ? Diantre c’est cette semaine ! Je ne suis pas dispo ce week-end malheureusement… et la semaine, boulot boulot…

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :