Mille diables rient vers Compostelle, le soulier de pèlerin

Le chemin de Saint-Jacques est encore et toujours un itinéraire qui intrigue, un objectif intime, parfois secret, inavoué. Mon métier dans la promotion touristique m’amène à en parler régulièrement, car l’itinérance est un atout de choix dans le jeu de l’Auvergne et j’avoue qu’entre GR65 et Via Podiensis, j’ai moi-même du mal à trancher. Simple sentier de randonnée pour les amoureux de la pleine nature et du patrimoine, ou sentier de pèlerinage religieux ? Peu importe, je m’attache à y envoyer les marcheurs, quelles que soient leurs motivations, qui ne me regardent pas.

millediablesrientComme l’a dit Emmanuel Chanal lors de cette pièce de théâtre : on part faire le GR65 et on finit par faire le Saint-Jacques. Cette pièce de théâtre est le résultat d’une expérience personnelle, sur le Saint-Jacques donc, au départ du Puy-en-Velay et non de Clermont-Ferrand. Pourtant, cette pièce se déroulait sur le parvis de la superbe basilique romane Notre-Dame du Port, point de départ de la Via Arverna et classée à l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques. Peu importe le chemin finalement, ça aussi il l’a dit, car tout le monde part de chez soi, au bout du compte.

Emmanuel Chanal était seul aux manettes de cette pièce : à l’écriture comme à l’interprétation. Grâce à un astucieux jeu de scène (un astucieux bonnet de dentelle, en fait), il était à la fois le pèlerin, et la mort. Le pèlerin devant se justifier de son engagement sur le Saint-Jacques (et repousser la mort), et la mort venant lui égrener quelques vérités et rappels historiques. Durant une heure et demie, il a alterné entre restitutions historiques et religieuses passionnantes, et anecdote cocasses. On a beaucoup ri, mais on a beaucoup appris. Et pas mal réfléchi aussi.

“Faire le Saint-Jacques” reste une question très personnelle : y va-t-on pour fuir, pour trouver quelque chose, pour rencontrer quelqu’un ? Est-ce que le faire par portions ça compte autant que de le faire d’un seul coup ? Est-on obligé de s’infliger les gîtes d’étape collectifs ou peut-on s’autoriser une coquette chambre d’hôtes ? Faire appel à un service de portage de bagages entre les étapes, c’est tricher ? Doit-on obligatoirement en chier pour trouver un sens à sa (dé)marche ?

Il y a deux ans, j’ai séjourné deux jours à Saugues. J’étais en pèlerinage moi aussi, mais sur les traces de Robert Sabatier et de ses noisettes sauvages (chacun ses icônes, hein). J’ai croisé de nombreux pèlerins, enveloppés dans leur cape de pluie. Ils me saluaient, se fichant pas mal du pourquoi de ma présence ici. Certains ont même dormi dans la même confortable chambre d’hôtes que moi, postée pile poil sur le tracé du chemin. J’ai été subjuguée par les sculptures de bois qui bordent le chemin juste à l’arrivée à Saugues, à quelques mètres de la statue de la Bête du Gévaudan. Pays de légendes, de croyances, moi l’impie j’ai failli m’y laisser prendre. Que l’on soit croyant ou non, c’est un chemin magnétique et qui force le respect envers quiconque s’y est engagé. On demande rarement aux gens pourquoi ils l’ont fait. Ni même s’ils ont trouvé ce qu’ils étaient venus y chercher. De toute façon ils n’ont pas à nous répondre.

Cette pièce très personnelle était accompagnée par le Wakan Théâtre, qui une fois encore sait nous emmener sur le chemin de belles et intelligentes histoires, sans négliger l’indispensable et délicieuse ration de divertissement. J’en profite pour signaler qu’ils rejoueront cet été la pièce “Ma déclaration” qu’ils ont présentée l’an dernier au sommet du puy de Dôme (voir la programmation). Comme j’ai zappé l’article qui était prévu (ooops), ça me fera une bonne occasion de vous en parler et de sortir mes photos.

Il y a eu plusieurs représentations des Milles diables rient à Notre-Dame du Port mais celle à laquelle j’ai assisté (de justesse, c’était une date bonus) était la dernière. Surveillez l’agenda, on ne sait jamais !

 

millediables1.jpg

(j’étais en avance, toutes les chaises ont trouvé preneur, et les marches aussi ;)

millediables2

millediables3

Moment de convivialité à la fin de la représentation

millediables4

 

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :