Rendez-vous du carnet de voyage 2019 – voyager sa vie

Clermont-Ferrand a quand même cette particularité de drainer des foules pas possibles pour voir des objets culturels pas communs, comme le court-métrage ou le carnet de voyage. C’est toujours un étonnement autant qu’une grande satisfaction et une grande fierté de voir les files de gens s’étirer dans le plus grand des calmes pour ce genre de manifestations. D’ailleurs cette année, la grande nouveauté au Rendez-vous du carnet de voyage, c’est que les carnettistes ont été installés dans le forum au rez-de-chaussée de Polydome, et non plus dans les salles des étages pleines de poteaux carrés et étouffantes. C’est un soulagement total. Quel bonheur de pouvoir déambuler tranquillement devant les stands sans être bousculé et avec tout le loisir de s’arrêter pour regarder un carnet ou des dessins affichés ! Non franchement, j’en rêvais et cette nouvelle disposition comble toutes mes attentes. 

Les carnettistes

Ils étaient 100 et plus conviés à cette grande fête du carnet Moleskine et de la palette d’aquarelle et parmi eux, le grand Li Kunwu. De nombreux dessins de l’artiste Chinois étaient exposés, dont certains que j’avais déjà vus au FRAC lors de l’exposition exceptionnelle qui lui était consacrée, et dont une gigantesque fresque d’un seul et unique dessin, splendide. J’ai fait un tour un peu rapide des stands des carnettistes car la journée de samedi était bien remplie avec atelier dessin, conférence et film documentaire au programme.

carnet1

carnet2

carnet3

Atelier dessin avec Tilby Vattard

A l’invitation de l’agence Chamina Voyages, l’agence avec laquelle je pars en vacances depuis 2017 pour ma plus grande satisfaction, j’ai participé à une rencontre avec le photographe Tilby Vattard, qui travaille avec Chamina pour des reportages photo. C’est également un carnettiste talentueux et si on m’avait présenté les deux facettes de son travail séparément, je n’aurais jamais pu me douter qu’il s’agissait de la même personne. D’un côté ses carnets de voyage sont très colorés, foisonnants, ponctués d’anecdotes savoureuses et fun, et de l’autre côté ses photos, pour ce qui est de ses projets personnels (je ne parle pas des travaux de commande, qui sont très beaux également) sont des merveilles de dépouillement, de composition, de clairs-obscurs fascinants. Je suis vraiment très très TRÈS admirative de ses photos et comme j’aime beaucoup moi aussi les clairs-obscurs, j’aurais préféré un atelier photo plutôt qu’un atelier dessin mais c’est surtout parce que bon, je suis nulle en dessin et je ne dessine jamais. Mais cet atelier n’aura pas été vain, j’estime m’en être pas trop mal sortie au final, malgré mes outils d’écolière. Après avoir fait le tour des participantes pour connaître notre niveau de pratique, il nous a fait travailler à partir de photos. Les photos avec de forts contrastes lumineux sont bien pratiques car il y a de gros aplats noirs faciles à reproduire mais j’ai un souci majeur avec les perspectives et les proportions. Et puis avec les dégradés de couleurs. Et puis avec plein d’autres trucs mais Tilby nous a montré, tout sourire, son tout premier carnet de voyage et on s’est dit que OK, bon, c’est pas bien grave si on fait des trucs moches au début. L’aptitude au dessin s’acquière avec le temps et l’exercice, il “suffit” juste de s’astreindre à une pratique régulière, sans forcément attendre d’être en voyage au bout du monde (bien au contraire). 

Je remercie Chamina Voyages et en particulier Barbara, ainsi que Tilby pour cette matinée passionnante et conviviale. Je vais peut-être enfin trouver une utilité aux multiples jolis carnets que j’accumule depuis des années sans leur trouver de fonction. 

Jetez un œil au site de Tilby ! www.tilby.fr 

tilby1

tilby5

tilby2

tilby3

tilby4

Ella Maillart

Je n’avais jamais entendu parler de cette femme, Suisse, grande voyageuse, exploratrice, écrivaine, journaliste et c’est avec grand plaisir que j’ai assisté à la projection de ce film documentaire réalisé par Raphaël Blanc. Avec de nombreux témoignages de celles et ceux qui l’ont connue, ainsi qu’avec d’encore plus nombreux documents d’archive, il revient sur cette vie extraordinaire qui force l’admiration.

Ella Maillart est née en 1903 et morte en 1997, après une vie d’exploration et de récits sur des populations d’Eurasie méconnues en Europe. Ce qui frappe chez cette femme c’est la vivacité, l’enthousiasme, l’intelligence qui irradie de ses yeux francs, de son large sourire, et, quand on sait ce qu’elle a traversé comme épreuves, la force physique et mentale quasi surnaturelles dont elle a fait démonstration tout au long de sa vie. Et puis cette sagesse, acquise auprès de maîtres en Inde, qui l’a accompagnée pour le restant de ses jours. Ella Maillart a laissé derrière elle quelque 17000 photos, dont l’intérêt esthétique certain n’a été reconnu qu’assez récemment, ces photos ayant pour but d’illustrer ses récits de voyage. Elle nous lègue un fantastique patrimoine ethnologique et documentaire, consigné au musée de l’Elysée à Lausanne en Suisse. Il paraît que ses textes ne sont pas ceux d’une grande écrivaine mais je suis tout de même curieuse, ce documentaire passionnant m’ayant particulièrement touchée. Merci au réalisateur et à Catherine Domain, l’amie libraire d’Ella, qui sont venus témoigner à la fin du film devant une salle comble.

Sa bio www.ellamaillart.ch/bio_fr.php

Commander le DVD 

carnet4

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s