After life

J’ai vu à peu près tous les films de Kore-Eda, mais ce After Life, je n’avais pas pu mettre la main dessus en DVD. Sa diffusion en ligne sur France TV est une bénédiction. 

L’histoire se passe presque entièrement à huis-clos dans un bâtiment lugubre et passablement délabré. Des employés travaillent ici et reçoivent en début de semaine des nouveaux arrivants. Ces personnes sont décédées, de même que les employés. C’est une sorte de purgatoire où l’on ne vient pas déballer tous ses péchés, mais choisir un bon souvenir. Un seul. Le seul qu’on aura le droit d’emporter dans l’au-delà. Pour cela, chaque nouvel arrivant dispose d’une semaine d’entretiens serrés et guidés par le personnel, afin de sélectionner le bon souvenir, et de finaliser le script du film qui sera réalisé à l’issue des échanges. Car les souvenirs seront “rejoués”, filmés et projetés. 

Il y a celle qui trouve tout de suite LE souvenir précis, joyeux, qu’elle emportera, il y a celui dont la vie morne et sans passion le laisse sans avis, il y a celle qui se fiche des questions et se contente de ramasser des feuilles mortes et des glands dans le parc, il y a cette fille trop jeune pour mourir, celui aux souvenirs techniques hyper précis, celui qui se souvient de la sensation du vent sur sa peau… Et bien sûr, cela renvoie chacun de nous à cette question rhétorique un peu stupide : si je ne devais en garder qu’un ? Quel abîme ! Et comme renoncer c’est choisir, il faut passer en revue toute sa vie, contempler ses joies, ses peines, ses échecs, et sélectionner, élaguer, jauger, et accepter de ne plus se souvenir. Ce qui peut s’avérer bien pratique dans certains cas. Et puis parfois, une personne peut être le plus beau souvenir de quelqu’un sans que celle-ci n’en sache jamais rien. Vertige. Pour celles et ceux qui n’arrivent pas à choisir dans le temps imparti, et qui restent, une deuxième vie à durée indéterminée les attend entre ces murs. 

Les films de Kore-Eda sont toujours d’une grande sensibilité, d’une grande profondeur et si certains de ces derniers m’ont un peu déçue par leur côté répétitif, je suis en admiration devant la délicatesse et la créativité d’After Life. Outre l’intelligence du propos, il y a dans une mise en scène très sobre ce petit côté Michel Gondry (dont je suis fan également, dans un tout autre registre mais tout aussi épatant en poésie de l’âme) lorsqu’il s’agit de filmer les souvenirs : bricolage, système D, souci du réalisme dans l’intention mais assez peu dans la réalisation. Et le fait qu’il existerait des enregistrements vidéo de nos vies, extraits choisis, pour nous rafraîchir la mémoire (et nous coller la honte ou le regret)… une trouvaille bien plus profonde qu’il n’y paraît. 

After Life est disponible gratuitement sur France TV jusqu’au 30 juin 2022. 

https://www.france.tv/films/2996977-after-life.html

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s