Le temps c’est comme ton pain, gardes-en pour demain*

Chuis au taquet ! On m’a défiée en commentaires ! Ça faisait longtemps ! Ça me rappelle le bon temps tiens…Hey les autres ! Prenez-en de la graine !

Bon alors il paraît que manger bio (ou sain) c’est du luxe, que ça prend du temps et de l’argent.

Dis-moi pas que c’est pas vrai ?!

C’est cher ?

Je fais mes courses dans les supermarchés bio et en filière courte (Panier Paysan). J’entends déjà la rumeur publique crier au vol, au luxe ostentatoire. Bon alors j’ai payé mes carottes bio 1,45 €/kg. Chez Carrefour (en ligne, au drive le plus près de chez moi), elles sont à 2,25 €/kg (les bio, les autres sont moins chères). Les patates, je les ai payées 2,49 €/kg, alors que chez Carrouf, les patates même pas bio sont à 2,50 €/kg (le filet de patates basiques pour purée, potage…). Les oranges bio que j’ai achetées pour mon jus du matin : 0,99 €/kg. Chez Carrouf, les bio sont à 2,95 €/kg et les pas bio (oranges à jus), 1,25 €/kg. Je continue ou comment ça se passe ?

Et oui, cher lecteur ! Le bio ça peut être moins cher et même carrément moins cher que chez Carrouf (ou Leclerc ou Géant Caz’ ou whatever). Great news non ?

Ceci étant, je ne vais pas t’embobiner pendant trois heures, les produits transformés bio sont souvent plus chers et mêmes beaucoup plus chers que les « classiques ». Je parle des yaourts, de l’épicerie au sens large…Bon. Mais pour ma part, j’achète fort peu de produits transformés. Des fruits, des légumes, des féculents, des protéines à l’état brut…que je cuisine chez moi. Bref, tout ceci revient au final beaucoup moins cher que les plats préparés que j’aperçois chaque jour à la table commune au bureau. Les plats préparés « Fleuris nichons » sont en moyenne à (largement) plus de 3 € pièce. Tu bouffes une fois. Une quantité ridicule. Pleine de gras, de sel, d’exhausteurs de goût et autres saloperies. Moi, ce que j’ai cuisiné hier, ça va me faire 4 repas de midi et 4 repas du soir (j’ai également fait 2 litres de soupe pour le soir). Le filet de cabillaud est à 1,63 € et je le mange en deux fois. Le coût des légumes est ridicule (cf. ci-dessus), celui du riz aussi. Au final, et même sans faire de calcul savant, je pense pouvoir affirmer que j’ai cuisiné pour moins de 10 €. Pour 8 repas. Je te laisse faire la division. Et tout, ou presque, en bio.

Après, pour vraiment réduire les coûts, on peut aussi manger des pâtes premier prix natures à tous les repas. Mais ce n’est pas l’impression que me donnent les caddies des familles que je croise chez Carrouf.

P1010852Faire ses courses dans les magasins bio ou en commande directe auprès des producteurs, c’est s’assurer de ne pas craquer pour les horreurs qu’on t’expose en tête de gondole. Je le sais ! L’autre fois que je suis allée au Carrouf de mon quartier, je suis repartie avec un paquet de cookies et un sachet de M&Ms. Intérêt nutritionnel ? Zéro. Dépense inutile ? 99%. Les 1% restants sont dus au fait que ces produits étaient dans le bac des bonnes affaires (comprendre : attention, bientôt périmé donc bientôt jeté manu militari) et que je me suis convaincue du fait d’avoir contribué à l’éradication du gaspillage alimentaire. Hem…Tout ça pour dire que les grandes surfaces sont conçues pour qu’on consomme bien plus que ce dont on a besoin. Suffit de reluquer le caddy de la première ménagère de moins de 50 ans pour s’en convaincre. La moitié, si ce n’est les trois quarts des produits sont des trucs transformés inutiles, ultra-chers, et néfastes pour la santé. On bouffe trop, c’est un fait. Et on bouffe inutile. On bouffe pour se remplir. Manger moins c’est dépenser moins et je pense être en mesure d’affirmer qu’en mangeant bio et local, et dans des proportions correspondant à mon métabolisme et mon activité physique, mon budget alimentation est proportionnellement inférieur à celui de toute personne s’approvisionnant dans les réseaux « classiques ». De la merde et encore de la merde, hors de prix et pleine de poney roumain, voilà ce que les industriels te refourguent.

Ensuite, la viande. La viande est chère. La viande bio est très chère. Et c’est normal. Respectueuse des animaux, de leur cycle de croissance et de leur environnement, elle a un coût forcément exorbitant. Mais ! On mange trop de viande. La viande, l’élevage, c’est une hérésie écologique. Et nulle part il n’est précisé que sans viande, on meurt dans d’atroces souffrances. Donc la solution est d’en manger moins (voire pas), c’est bon pour le portefeuille et la planète. Et ce que les vaches ne mangeront pas, tu pourras le mettre dans ton assiette et ça te coûtera carrément moins cher. Mais on vit dans un pays de viandards et il est pratiquement impossible de convaincre les gens de moins en bouffer. Tant pis pour leur pognon, ils l’auront voulu. C’est leur choix.

En parlant de choix. Notre budget, c’est un camembert. Au fil des années, les consommateurs ont consacré beaucoup plus de leur budget à leurs dépenses de loisirs et d’équipement de la maison. Produits électroniques (qui tombent en panne et qu’il faut renouveler tous les quatre matins), forfaits téléphone et internet, et j’en passe. Le camembert n’étant pas extensible, il faut bien gratter sur quelque chose. Le logement ? Pas possible. Bon ben la bouffe alors. C’est un fait, les gens accordent moins d’importance à ce qu’ils insèrent dans leur organisme qu’aux bibelots qu’ils installent dans leur baraque. Sauf le jour où on trouve du poney dans les lasagnes et où tout le monde pousse des cris d’orfraie. Ben oui mais à force de vouloir bouffer pour pas cher, faut pas s’étonner. La qualité, ça a un coût. On est prêt à foutre 500 € dans un téléphone qu’on changera au bout d’un an mais on trouve scandaleux de payer sa baguette 1 €.

Pour finir sur ma démonstration sur l’argent, je voudrais insister sur l’importance de payer ce qu’on consomme au juste prix. Ce qui vaut pour les CD et les bouquins, c’est aussi valable et même encore plus pour la bouffe. Le scandale des lasagnes au cheval a mis en lumière un système beaucoup choquant que la simple histoire de la viande de cheval. Non mais t’as vu le chemin parcouru par ces lasagnes dégueulasses ? Dans le prix final, t’as toutes les marges de chacun des intermédiaires. Combien coûte réellement ce que tu as dans l’assiette ? Que dalle. Soit parce que c’est de la merde, soit parce qu’il y a des producteurs (de viande de cheval ou autre, de farine, de tomates, de tous les trucs qu’on trouve dans les lasagnes) qui ont bossé pour des clopinettes. Moi ça ne me dérange pas de payer plus cher (et encore, pas si sûr!) pour des produits bio ou locaux. Quand je paye du bio, j’ai l’impression de récompenser l’engagement des producteurs et/ou des industriels dans ce mode de production qui devrait être la norme. Quand je paye du local, j’encourage les paysans de ma région à continuer leur activité, à maintenir une économie dans les campagnes, à produire du bon et du sain, du traçable.

L’alimentation, le gaspillage, la malbouffe, la malnutrition, les pesticides…c’est l’avenir de la planète qui est en jeu et aussi ridicule que ça puisse paraître, j’ai choisi de m’engager à mon petit niveau et j’ai la prétention de croire que c’est accessible à beaucoup d’entre nous, à condition de le vouloir et d’être prêt à renoncer à des conneries destructrices (cochonneries industrielles à la composition douteuse, sur-emballées et hors de prix).

Pour info, je gagne environ 1 600 € nets par mois. Je bénéficie de tickets restaurant (payés moitié prix) avec lesquels je fais mes courses dans les magasins bio. Je suis célibataire sans enfant mais avec un chat et j’ai environ 1 100 € de frais fixes par mois (crédit de l’appart, impôts, factures, entretien du chat). Le reste me sert donc à bouffer, m’habiller et me divertir. Mon budget alimentation c’est en moyenne 300 € par mois. J’ai un 13e mois qui couvre les charges annuelles de mon appart, mes cours de sport et l’entretien de ma bagnole. C’est schématique mais c’est pour démontrer que sans être Crésus, on peut choisir de bouffer sain. Mon budget bouffe pourrait être divisé par deux, sûrement, mais non, j’ai choisi. Quand le lave-linge tombe en rade ça fait mal aux côtelettes mais c’est pas de ma faute si les industriels produisent (encore!) de la merde. Je ne vais pas renoncer à ma santé et mes principes pour autant.

Ça prend du temps ?

Ne jamais prononcer la phrase « j’ai pas le temps » devant moi. Car la seule et unique réponse que je ferai c’est « non, t’as juste choisi de faire autre chose ». En fait ça marche un peu comme pour l’argent. Le camembert tout ça. Et puis Kolia, si je t’ai « followé » l’autre jour après recommandation de la jolie Pauline, c’est précisément suite à ton article fort bien troussé au sujet du temps perdu. C’est bien toi qui parle de toutes ces choses qu’on voudrait faire et qui finissent irrémédiablement par « 2-3 heures sur internet à baver sur le clavier » ! Si tu savais comme je suis d’accord avec toi ! Moi aussi je bave ! Et pas que sur le clavier !

Pour faire mes repas dimanche soir, ça m’a pris un peu moins d’une heure. Pour 8 repas, donc. Plutôt rentable non ? Bon, c’est sûr, faut pas craindre de bouffer quatre jours de suite la même chose mais ce ne sont que des plats que j’aime, que j’ai pris plaisir à préparer et à présenter donc aucun problème. Pourquoi je fais ça ? Parce que les soirs suivants « je n’ai pas le temps » de préparer mes gamelles. J’ai « choisi » de faire du sport. Ou de me caler devant un film avec mon chat sur le ventre. Ou de bloguer.

Bon moi je suis donc célibataire et sans enfant donc aux yeux de certain(e)s j’ai tout mon temps. Mais je connais quelques mères de famille, trois enfants de moins de 10 ans dans les jupes, qui se présentent jusqu’à trois fois par semaine au cours de body-karaté, qui ont une activité professionnelle à plein temps et qui mettent un point d’honneur à faire bouffer des trucs sains à leurs gamins. Bio je sais pas. Mais y a du monde en cuisine. Je te dis pas qu’elles ont le temps de courir les expos, les festivals et les salles de ciné (comme moi) mais je n’ai pas l’impression que ça leur manque tant que ça. Elles ont choisi, et moi aussi.

*Titre chouré à Serge Reggiani (Le temps qui reste)

14 Commentaires

  1. Merci pour cet article (long !) et fort intéressant d’ailleurs. Étant étudiant, j’ai vraiment du mal à bien manger, et étant en couple, on à pas toujours les même gouts, ce qui complique encore les choses

    Mais tu vois aller à ta petite coopérative, c’est bien ça doit être moins cher, mais actuellement, aller à 3-4 endroits différents pour faire mes courses c’est vraiment pas possible.

    Évidement qu’il y a de la suproduction et touti kuanti pour faire baisser les couts. mais j’ai surtout la sensation que ce sont les supermachés/intermédiaires qui se gavent sur le dos des producteurs. Quand tu vois « intel c’est moins cher » en réalité Leclerc baisse par ses marges, mais baisse les prix de rachats des produits, ce qui est inadmissible

    Quand à la gestion du temps, c’est souvent une question de discipline personnelle, et je t’envie sur tu as réussis à le faire. Ca demande une certaine organisation, et mes semaines actuellement ne se ressemblent pas toujours. D’ailleurs je dois me mettre au sport aussi…^^

    • @kolia07 : c’est sûr qu’en étant encore étudiant, les budgets et les priorités ne sont pas les mêmes. Mais je persiste à penser que chacun peut faire un effort dans le bon sens. Je ne suis pas intégriste (je vais parfois chez McDalle) et je conçois tout à fait que peu de gens peuvent se permettre le « tout bio ». Néanmoins, les bonnes habitudes se prennent de bonne heure, on devient de plus en plus exigeant et finalement les « efforts » deviennent naturel au fil du temps.
      Je n’ai pas passé de commande au Panier paysan depuis plusieurs semaines car mes week-ends ont été chargés (en loisirs) et je n’avais pas beaucoup de temps à consacrer à mes gamelles. Mais balancer des légumes dans un cuiseur vapeur et faire du riz, ça prend peu de temps (et peu d’argent, CQFD).
      Merci pour ton premier commentaire qui a en quelque sorte « réveillé la bête » :) Tu auras compris que tu as touché à un sujet hautement sensible pour moi.

  2. Super article ! Moi aussi, comme Kolia, je suis étudiante. C’est vrai que c’est pas évident, mais de petits gestes suffisent pour commencer. J’étais une adepte des affreux petits gateaux du petits déj, j’en avalais 3-4 à la chaine et à 10h… le ventre qui gargouille. Un jour, par hasard j’ai lu la liste des ingrédients de ces machins ET LÀ… le choc de ma vie ! Au milieu des E-machins bidules habituels, j’ai trouvé des anti-allergènes ! Genre ils nous mettent déjà l’antidote dedans ! Preuve que c’est du poison… Donc j’ai décidé de me bouger le popotin et de me préparer 2-3 cakes basiques maison (choco, bananes, marbré ou style 4 quarts), avec des vrais oeufs, de la vraie farine, du vrai sucre et c’est tout ! Depuis, plus de gargouillis ! :)

    • @gpauline : merci :) Et bravo pour tes petits déj home made ! C’est carrément meilleur en plus non ? ;) Le truc c’est que plus on s’investit dans le « manger meilleur », plus on y prend plaisir et plus c’est facile. Faut commencer modeste et après…on devient incollable sur le bio et les filières courtes. Je suis convaincue que l’un et l’autre, une fois dans la vie active et avec un vrai salaire, vous serez des consommac’teurs avertis ;)

  3. C’est dommage qu’il n’existe pas de site (enfin, j’imagine qu’il en existe quand même) expliquant simplement, par des choses simples, des bons plans, etc…Comment manger bien en ayant un budget modeste.

  4. Mum

    Tu m’inquiètes à t’énerver comme ça !J’espère que ça te défoule! Cool ! Zen !Et pour « réveiller la bête » encore, je te dis que je n’aime pas faire la cuisine,bio ou pas, et que je cours après le temps !

    • @Mum : je m’énerve pas, j’explique ! T’aimes pas faire la cuisine mais t’as toujours cuisiné les trucs de ton jardin, fait des quiches maison, des gâteaux au chocolat pleins de beurre, etc. Donc c’est bon !
      Et pour ce qui est du temps => 1st step : cesser de lire/forwarder des powerpoint miteux. Gain : des heures !

  5. galuchon

    Le temps !
    Si sa gestion est plus ou moins « difficile », c’est que nous subissons tous du temps contraint (travail, déplacements…) et ne faisons pas toujours les choix judicieux pour le temps libre, celui dont nous sommes maîtres. S’inventer des obligations est un choix, s’adonner à ceci plutôt que cela en est un autre. Mais nous en somme les seuls responsables. Bref, il est parfois impératif de faire du ménage dans les contraintes que nous nous laissons imposer.

    Cela dit, « cesser de lire/forwarder des PowerPoint miteux » est un coup bas indigne de toi…

    • @galuchon : tout réside dans un équilibre subtil entre les obligations et le temps libre. Quand j’ai trop de temps, parfois j’ai envie de retourner au boulot !
      Sinon, les Powerpoint…on voit que c’est pas toi qui les reçoit !! :)

  6. Bien d’accord, la vie est faîte de choix que les gens préfèrent ne pas assumer en disant « je ne peux pas faire autrement ».
    Et pourtant, même moi, je mange sain, bio et local également, autant que faire se peut!

  7. Billet très complet….effectivement c’est dommage que les gens suivent le troupeau de la mondialisation. Moi je me sens en gros décalage avec les jeunes d’aujourd’hui, qui s’en tapent complet de bien bouffer, de l’écologie..bref des valeurs humaines quoi !! Bon..ben, j’en profite pour remercier mes parents de m’avoir trainé dans leur jardin étant gamin…même s’ils ne liront pas ce blog, ça m’fait du bien de l’exprimer !
    Schouss

  8. Pingback: J’ai testé Les Marchés de Max et Lucie | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :