Zaï Zaï Zaï Zaï

zai_bann

Imaginez le pire des scénarios : vous êtes incapable de présenter votre carte de fidélité au supermarché, car vous l’avez oubliée dans votre autre pantalon. Que faire ? Fuir. Le plus loin possible. En Lozère.

C’est au cours de l’émission Remèdes à la mélancolie d’Eva Bester que j’ai découvert Fabcaro (Fabrice Caro), dessinateur de BD. Un vrai coup de cœur radiophonique et ce n’est pas la première fois que ça m’arrive, chez Eva Bester, avec un dessinateur de BD. Ces gens ont une personnalité extrêmement riche, une culture très large, une sensibilité exacerbée à la fois juvénile et grave… bref, j’ai craqué sur Fabcaro. Je vous invite d’ailleurs à (ré)écouter cette superbe émission.

zai1

Je me suis donc ruée sur sa BD Zaï Zaï Zaï Zaï, sortie en 2015, qui a connu un grand succès critique et public totalement mérité. Le postulat n’était pourtant pas évident ! Le héros, dessinateur de BD (tiens tiens), se retrouve à la caisse de son supermarché, incapable de présenter sa carte de fidélité à la caissière. Le vigile est appelé, on menace de faire une roulade arrière par ici, on brandit un poireau par là, et c’est finalement la fuite que Fab choisit. Commence alors un road movie haletant, au cours duquel il fait du stop avant d’échouer en Lozère où il “sera en sécurité, ils ne captent ni télé ni radio”. Car l’affaire de la carte fidélité a fait grand bruit, toutes les polices de France lui courent après, ainsi que les médias.

Vous l’aurez compris, il s’agit d’un scénario jubilatoirement absurde. Pourtant… les vérités de ce monde sont pointées comme rarement, les personnages sont sans filtres, et si l’on retire la nature du méfait (l’absence de carte de fidélité) et qu’on la remplace par d’autres (tout aussi ridicules), on se trouve face à des réactions que l’on a toutes et tous connues, dans les médias, au café du commerce ou chez nos amis. Et c’est pour ça que c’est hilarant. C’est totalement décalé, inattendu, absurde jusqu’au délire parfois (le groupe de gospel qui se pointe quand il fait du stop…).

Graphiquement, on pourrait être déstabilisé par ce trait, sévère, noir et blanc mis en couleur uniquement avec ce vert caca d’oie étrange, mais on se laisse prendre avec délectation tant le style graphique tranche avec l’humour des textes.

Je me rends compte ces derniers temps que je suis particulièrement sensible à l’absurde (que j’ai toujours aimé, notez bien). Avant de dormir, j’ai souvent besoin d’un peu de Vialatte, j’ai adoré Imbattable, et adoré également ce Zaï Zaï Zaï Zaï. J’ai l’impression que l’absurde démêle mon cerveau tout enchevêtré de la journée, qu’il assouplit mes tensions mentales calcifiées, qu’il fait de grands courants d’air pour chasser les miasmes de la bêtise qui m’empoisonnent (oui je passe quelques mauvaises journées ces derniers temps). Donc balancez vos références de trucs absurdes, merci d’avance.

zai2

zai3

4 Commentaires

  1. Cécile

    Fabcaro est un génie ! Si tu as aimé zaï zaï zaï zaï, essaie et si l’amour c’était aimer ? du même auteur. Le sujet est complètement différent mais on retrouve le même humour décalé.
    Autre bd qui me fait mourir de rire : Francis blaireau farceur. Comme c’est la bd la plus drôle du monde ça devrait te redonner la banane pour un petit moment !

  2. Pingback: Playlist de mars | The magic orange plastic bird said...

  3. Pingback: Playlist d’avril | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :