Le gourmet solitaire – Taniguchi & Kusumi

bannierearticle

Une véritable torture que cette bande-dessinée, pour quiconque aime manger et aime le Japon. La première raison, est que les tribulations de ce gourmet donnent inévitablement faim. La deuxième est que l’intégralité des plats présentés n’est disponible qu’au Japon. Il est impossible de se passer l’envie après avoir lu un chapitre, une vraie torture, je vous dis. Je vous vois venir : aller chercher des sushis dans l’une de ces chaînes qui pullulent dans les centres-villes ou zones commerciales ? C’est bien mal connaître la gastronomie japonaise. Nous n’en connaissons que les sushis, alors que là-bas il s’agit d’un plat parmi des centaines d’autres, souvent cher et réservé aux grandes occasions, même s’il existe des échoppes bon marché, comme celles avec le fameux tapis roulant, comme notre gourmet va en fréquenter un peu contraint et forcé. Bref.

🍣

On ne présente plus Jirô Taniguchi, décédé en février 2017, qui réalise ici les illustrations gourmet1de cet ouvrage, tandis que le scénario est écrit par Masayuki Kusumi, un scénariste qui a notamment créé un studio de manga. Du gourmet, on ne sait pas grand chose, si ce n’est qu’il est très souvent en déplacement pour ses affaires. Il enchaîne les rendez-vous avec ses clients et c’est bien souvent à l’issue de ces derniers qu’il se met en quête d’un endroit où se restaurer. En France, si on veut manger à une heure incongrue, c’est-à-dire hors des sacro-saints créneaux 12h-14h et 19h-21h, il faut bien souvent se contenter d’une boulangerie, d’un MacDo ou d’un sandwich sous plastique acheté en grande surface ou sur une aire d’autoroute. Au Japon c’est vraiment différent, les échoppes sont très nombreuses, hyper spécialisées, voire trop. Notre gourmet va notamment se retrouver dans un établissement “à boire” alors qu’il ne boit pas. Ça ne l’empêchera toutefois pas de s’y restaurer quand même. Chaque restaurant, chaque plat lui évoque des souvenirs, d’enfance ou de jeune homme, et il faut bien le dire, il a souvent les yeux plus gros que le ventre.

🥢🍚

Outre les toujours magnifiques dessins de Taniguchi, foisonnants de détails, ce livre nous plonge dans une certaine idée de la gastronomie japonaise, des coutumes, des pratiques… c’est culturellement très intéressant et j’ai essayé de m’imaginer un équivalent en France : impossible, tout simplement. Une série télévisée tirée de cet ouvrage (Kodoku no gurume) a été réalisée au Japon. Elle en est apparemment à sa 6e saison. Je vais voir si je peux trouver quelques épisodes sous-titrés (si vous avez des tuyaux, je prends). En attendant je vais me procurer le deuxième volume, intitulé “Les rêveries du gourmet solitaire”.

Du coup j’ai ressorti quelques photos prises lors de mon séjour au Japon en 2009.

gourmet2

gourmet3

gourmet4

japon1

japon2

A gauche, les « edamame », gousses de soja salées un peu difficiles à trouver en France (j’adore)

japon3

japon4

Shabu shabu : fines tranches de bœuf cuites au bouillon au centre de la table

japon5

Plateau pour 1 personne lors de notre dernier dîner du séjour

japon6

Vitrine de restaurant présentant les plats au menu (en plastique évidemment)

Un commentaire

  1. Pingback: Playlists des vacances de Noël | The magic orange plastic bird said...

T'as un truc à rajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :